Archives du mot-clé 112

Faith Evans & The Notorious B.I.G. « The King & I » @@@½


Pour fêter les 20 ans de la disparition de Christopher Wallace alias Notorious B.I.G., son épouse Faith Evans a offert un beau cadeau en sa mémoire : un album duo The King & I. Et même plus qu’un classique duo homme/femme, un couple mort/vivant. Avis aux nostalgiques des débuts de Bad Boy Records.

Lire la suite Faith Evans & The Notorious B.I.G. « The King & I » @@@½

LL Cool J « Todd Smith » @@½


Les Neptunes avaient permis à Ll Cool J de se faire une cure de Jouvence (‘Ten’) et Timbaland une bonne cure de remise en forme (‘The DEFinition’). La pochette de son 12e (!) album arbore la musculature de notre rappeur, et n’est pas sans rappeller celle de ‘Mama Said Knock You Out’ (les poils sur le torse en moins). Et ‘Todd Smith’ (Def Jam/ Barclay), qui est le nom de famille de LL, évoque forcément ‘Mr Smith’, sorti en 1995 et aux accents r&b prononcés: on se souvient de « Loungin’ », « Hey Lover », « Doin’ It »… Todd Smith c’est aussi sa ligne de vêtement, dont on peut apercevoir un avant-goût de la collection dans le livret avec LL dans le rôle du mannequin. Mais ne limitons pas le côté artistique à quelques tablettes de chocolat enroulées dans des vestes en cuir, et passons en revue ce nouveau cru de James Todd Smith sous l’ère Shawn Carter.

Chronique originale écrite le 16 Mai 2006

Lire la suite LL Cool J « Todd Smith » @@½

Young Gunz « Brothers from Another » @@@


Intrigante cette pochette ? Ne dites pas que la posture des Young Gunz, chapeaux noirs et chaussures Adidas, ne vous rappelle-t-elle pas les Run DMC ? Seconde remarque : le nouveau Roc A Fella respecte les dates de sorties prévues, ce qui fait un très bon point ! Avec un léger décalage par rapport aux sorties françaises certes.

Rentrons maintenant dans le vif du sujet, sur les pistes de ‘Brothers From Another’, le 2e album du duo de Philly formé de Young Chris et Young Neef. La question importante est de savoir s’ils ont profité des enseignements de ‘Tough Luv’ pour faire album aussi cohérent et compact. Après une écoute attentive, première constatation : le 2e essai n’est jamais le fort de jeunes artistes qui ont soif de succès. Logique quand on crache tout son vécu dans un premier effort et ne rien garder pour la suite. Deuxième constatation : Chris est toujours meilleur que Neef. Troisième constatation : ‘Brothers From Another’ se scinde en deux parties.

Note : un 2e album Roc A Fella sous l’ère du Président Carter… mi-figue mi-raisin. Quelques années après, Young Chris a failli sortir (j’ai bien dit ‘failli’) sortir un album solo tandis que Neef a disparu de la circulation. Dommage pour eux, et pour Peedi Crakk également qui devait être le prochain à dégainer avec ‘Rocstar’.

Lire la suite Young Gunz « Brothers from Another » @@@

Ma$e « Welcome Back » @@


À la fin de la dernière décennie, Ma$e, c’était des tubes à la pelle à coup de samples grillés et des albums pas terribles. Avant qu’il devienne pasteur, c’était la poule aux œufs d’or de Bad Boy : ses albums vendaient, malgré leur médiocrité, et tout le monde dansait sur ses singles en crachant dessus. Ensuite, coup de théâtre, juste après son dernier gros hit « Get Ready » (sorti en 1999) avec les Blackstreet, il se retire du rap game (on a déjà entendu ça quelque part…) pour s’adonner à la vie pastorale. Re-coup de théâtre, il y a quelques semaines, Ma$e annonçait son retour, et pour preuve, il enregistre « Welcome Back » avec Kanye West. Le succès est immédiat et l’engouement est à son comble, tout le monde se remet à apprécier sa petite bouille. Et comme dit l’expression, il faut battre le fer tant qu’il est chaud. Dans la lancée, il sort donc son 3e album titré comme son dernier single. Bon retour dans le rap game. Alleluia!

Note : quelle blague! Cet album du retour était wack au possible. Pour se racheter une crédibilité, Ma$e a trompé Puffy pour 50 Cent en rejoignant où il y sortira une mixtape et quelques apparitions… Il sombrera à nouveau dans l’anonymat vers 2006-2007, pire que lorsqu’il a décidé de devenir pasteur.

Lire la suite Ma$e « Welcome Back » @@

8Ball & MJG « Living Legends » @@@@


Que savez-vous sur le Dirty South Master P et No Limit, Big Tymerz et les Ca$h Money Millionnaires, les OutKast, ou plus récemment Ludacris, T.I. et les Lil Jon & The Eastside Boyz? Et le légendaire duo 8Ball & MJG? Chez certains, cette « perfect combination » ne sont que des rappeurs de featurings ou des gloires locales. Chez les plus connaisseurs adeptes du pimp rap, ce sont des vrais représentants du son crâde du sud, de Memphis pour être exact, ce depuis plus de dix ans, au même titre que les Three 6 Mafia, avec des classiques du genre comme Comin’ Out Hard leur premier album ou bien Top of the World.

Maintenant signés sur Bad Boy South, nouvelle succursale régionale de Bad Boy Records, le combo allait enfin peut-être atteindre la consécration de platine tant méritée. L’intro commence… « To be or not to be? That’s the question… »

Chronique originale écrite en Avril 2004

Lire la suite 8Ball & MJG « Living Legends » @@@@

Joe Budden (éponyme) @@@@


Joe Budden, tout comme Fabolous et “l’homme-qui-ne-vaut-pas-un-dollar”, a conquéri son auditoire à coups de mixtapes et de freestyles. Point de temps n’en faut pour qu’il fusse signé assez vite sur Def Jam. Considéré comme le rookie de l’année 2003, Joe ne représente pas New York mais Brick City, avec sa voix particulière et son flow très frais. Comme le démondre son tout premier single « Focus », Joe Budden se situe entre l’underground et le mainstream, entre la rue et les clubs.

Chronique originale écrite le 13 Aout 2005 pour Rap2K.com

Lire la suite Joe Budden (éponyme) @@@@

P Diddy & The Bad Boy Family present… « We invented the remix » @@@@


P Diddy & Bad Boy Records present We Invented The Remix… Oui c’est vrai, P Diddy a ‘inventé’ le remix… dans le monde du rap/r&b. Comme il le dit lui-même dans l’introduction, il n’était alors que manageur des Jodeci chez Uptown Records lorsqu’il a remixé le single de leur hit « Come and Talk To Me » qui a connu un certain succès au début des années 90. Sean ‘Puffy’ Combs a depuis toujours eu le chic de lancer des artistes à succès mais aussi des tendances pourrait-on dire. Au sujet des remixes, c’est un précurseur en la matière et là dessus, pas moyen de lui donner tort. Lui-même, lorsqu’il a sorti ce type de compilation, bon nombre de labels et maisons de disque ont repris cette idée.

Souvenez-vous en 2002 combien les bacs étaient remplis d’albums de remixes douteux à la qualité plus ou moins discutable: Destiny’s Child, Jennifer Lopez, même Nas… Mais avec P Diddy, il faut s’attendre à un bon produit commercial, c’est-à-dire qui plaît facilement tout en faisant ça bien, à partir des derniers hits de ses artistes de son label (exception faite de son amie Mary J Blige) sortis pendant l’année 2001/2002.

Lire la suite P Diddy & The Bad Boy Family present… « We invented the remix » @@@@

Puff Daddy & The Family « No Way Out » @@@@½


Nous sommes en 1997 et la Eastcoast venait de perdre un très grand soldat : Notorious BIG, l’un des meilleurs MC que la planète rap ait engendré dans les années 90. C’était entre autre le meilleur ami de Sean « Puffy » Combs alias Puff Daddy, le businessman/ entertainer/ rappeur et responsable du label Puff Daddy Records devenu Bad Boy Records. Sans lui, Biggie n’aurait jamais pu être découvert et connu le destin (tragique) qu’il a vécu et inversément, Puff n’aurait jamais pu engrosser de telles recettes et de succès, ni avoir la fâcheuse habitude de danser dans des clips.

L’un n’était rien sans l’autre et réciproquement. ‘Life After Death‘ venait tout juste de sortir et l’assassinat de Notorious BIG aurait pu tout stopper net. Pourtant ça n’a pas empêché Puffy et Mase de tourner le clip de « Mo’ Money Mo’ Problems ». Et à Puff Daddy de saisir l’opportunité de sortir ce premier album ‘No Way Out’ quelques jours après que la vidéo cartonne sur MTV, où l’ombre fantômatique de Christopher Wallace plane tel un spectre, normal puisqu’il en est le producteur éxécutif.

Rétrospective écrite en Octobre 2006

Lire la suite Puff Daddy & The Family « No Way Out » @@@@½

Notorious BIG « Life After Death » @@@@½©


Branle-bas de combat chez Bad Boy en cette fin d’année 96, le label étant suspecté d’avoir prémédité le meurtre de 2Pac. Notorious B.I.G., engrené dans cette guerre Eastcoast/Westcoast, termine son double-album au titre et à la pochette prophétique, ‘Life After Death‘, dans une atmosphère extrêmement tendue. Contrarié et furieux après l’attaque personnelle de 2Pac et son « Hit’em Up« , Biggie va reprendre du poil de la bête. Ce second opus possède pourtant une ambiance moins ghetto et pesante que son premier classique ‘Ready To Die‘, elle est même plus rhythm’n blues et funky, très mainstream pour ainsi dire. Life After Death était né pour être un gros blockbuster. Cependant une odeur de mort y plane constamment car dans sa paranoïa, Biggie Smalls sait pertinemment que la faucheuse le suit de plus en plus près, sa vie était réellement menacée de mort à chaque instant. La photo de lui posant à coté d’un corbillard n’est que trop parlante.

Note : rétrospective remise à jour à l’occasion des 15 ans de la disparition de Biggie. Cet album a été certifié disque de diamant aux Etats-Unis et a gagné trois Grammy Awards dont celui du meilleur album de rap.

Lire la suite Notorious BIG « Life After Death » @@@@½©