Angel Haze « Dirty Gold » @@@


Rappelez-vous, j’avais évoqué le nom d’Angel Haze dans mon dossier ‘Rappeuse, espèce en voie de réapparition’ issu du numéro Mars-Avril de Now Playing Mag. Native de Detroit devenue brooklynite à l’âge de 16 ans, la jeune MC a fait des coudes pour présenter son premier album en major, comme remettre à sa place l’insolente Azealia Banks et menacer sa maison de disque pour avancer la sortie de son disque, Dirty Gold.

Angel Haze a suivi le cursus habituel qui consiste aujourd’hui à faire parler de soi dans le milieu underground à travers diverses mixtapes. Malgré un handicap lié à une trop faible exposition, la jeune femme attire l’attention d’Universal Republic. Cette signature a permis à sa carrière de décoller et de publier New York EP en digital qui a permis d’avoir d’importants feedback. Les médias, papiers comme télé (BET), se penchent sur son cas et ne manquent pas d’en faire son éloge.

Avec des sonorités très pop, il ne faut pas s’attendre à une nouvelle Lauryn Hill ou Missy Elliott.

Elle, qui est parvenue à signer un deal en maison de disque en ne comptant que sur ses seules forces pour réussir (quasi aucune présence en featuring, pas de producteurs connus pour l’épauler), a donné vie à un disque suivant cette philosophie : un seul guest (Sia) et des beatmakers sans véritable notoriété. Le long des douze titres, Angel Haze laisse exploser son talent au grand jour en alternant un flow soutenu nécessaire pour écouler ses rimes et de très bonnes aptitudes au chant. « Black Synagogue » et « White Lilies/White Lies » suffisent pour totalement nous en convaincre. Néanmoins avec des sonorités très pop, il ne faut pas s’attendre à une nouvelle Lauryn Hill ou une nouvelle Missy Elliott. Elle kicke sévère, met du coeur à l’ouvrage, sur des instrus programmés pour passer facilement en radio. Le single « Echelon (It’s My Way) » a lancé la machine, suivi de « Battle Cry« . On aurait volontiers voulu l’entendre sur des beats plus… hip-hop.

Derrière son envie de prouver sa valeur au monde s’en cache une autre : celle de décrocher un jour un disque serti de quelques centièmes de feuilles d’or pur. Mais pour l’heure, il y a encore du chemin à parcourir et des étapes à franchir.

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.