Kendrick Lamar « section.80 » @@@@


A la fin de l’été 2010, j’osais espérer passer la prochaine période estivale avec Detox. Au lieu de quoi, dans mon iPod sont listées d’autres très bons crus westcoast tels que Book of David de DJ Quik, Doggumentary de Snoop (en ayant pris le soin de supprimer « Sweat »), From the Westside with Love II de Dom Kennedy et le petit nouveau Kendrick Lamar avec Section.80. Attention, nouveau talent !

 

Ce jeune rappeur de Los Angeles fait partie de cette génération qui se donne les moyens de faire (re)connaître leur musique grâce à Internet, un univers digital impitoyable où le goût du public et l’avis des sites spécialisés sont les principaux facteurs de propagation d’un artiste en devenir. Et son buzz s’est matérialisé dans le monde réel, et son nom n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd : Dr Dre l’a personnellement approché et, photo à l’appui, lui et Kendrick se sont enfermés ensemble en studio. Avec J.Cole aussi. Le protégé de Jay-Z aussi lui a réalisé l’instru de « HiiiPower », qui fut le premier extrait du prometteur Section.80.

Comme Dre, Kendrick est originaire de Compton, berceau historique du gangsta rap. Et force est de constater que deux générations après les N.W.A., ce quartier où les gangs font la loi engendre encore des rappeurs avec une fibre sociale dans leurs propos. Pur produit post-« Ronald Reagan Era », période des années 80 durant laquelle les ghettos américains ont connu une montée de violence, Kendrick narre le racisme silencieux entre les différentes communautés sur le titre choc « Fuck Your Ethnicity », lui qui était encore un bambin quand ont eu lieu les émeutes de 92 à LA. La misère de la population environnante est aussi un sujet de préoccupation de Kendrick, ces gens qui n’ont plus que les rêves comme semblant d’espoir (« Poe Mans Dreams » feat GLC).

Les propos sont plus dérangeants qu’ils en ont l’air lorsqu’on retire le voile de l’ironie et des métaphores, laissant parfois la place à des lyrics crus (« The Spiteful Chant » feat Schoolboy Q). L’écriture est un des talents de Kendrick Lamar, doublé d’un flow à plusieurs vitesses. Quitte à tricher sur les ralentis avec du screwed and chopped sur le suave « Blow My High ». Utilisant un sample de « 4 Page Letter » d’Aaliyah, le refrain de ce titre est l’occasion de rendre hommage à la mémoire de la chanteuse. D’autres instrus très locaux nous font flotter sur un nuage de weed (« Kush and Corinthians » feat BJ The Chicago Kid, « Hol’Up » et le planant « ADHD »), avec un brin de nouveauté et de fraîcheur qui témoignent du renouvellement bienvenu que subit la scène westcoast.

Des gens penseront que c’est l’adoubement de Dr Dre qui sera probablement le point de départ d’un avenir radieux pour Kendrick Lamar. Section.80 démontre que la chance n’a rien à voir avec ça, ce garçon a les compétences pour suivre son propre chemin, et aller loin.

5 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Sky's The Limit dit :

    Un Classique. Ce mec a un putain d’avenir s’il continu avec du Rap Authentique.
    Lyricalement c’est du très haut niveau. Je retiens tout l’album.
    19/20
    Hiii Power morceau de l’année.

    J'aime

  2. Speeky dit :

    Même pas un petit mot sur « Keisha’s Song » ?! Arf..
    Très bonne Chronique autrement ;)

    J'aime

  3. Koustourika dit :

    pure dope…
    J’y reviens après avoir posté mon avis sur Watch the Throne.
    L’un était archi attendu. L’autre un peu moins.
    L’un m’a sacrément déçu. L’autre m’a fait l’effet d’une bombe.

    Reste a voir comment l’album murira (=> ça fait partie de ma théorie; chaque albums est différents. Certains te font l’effet d’une bombe à leur sortie, puis plus tu l’écoute, plus il te dégoute, alors que d’autres albums t’indiffèrent, mais le temps fais son œuvre et trouve un nouvel echo au fond de ton coeur…. pffff c’est quoi ces rimes à deux balles?)

    J'aime

  4. TeloS dit :

    Ta chronique est intéressante, mais j’ai beau chercher, tu ne fais nulle part mention des deux pépites de l’album qui justifient, à mon sens, largement l’achat de ce CD : « No Make-Up Today », et surtout « Keisha’s Song (her pain) ».
    Ne pas insister dessus et surtout ne pas en parler, est, je pense, une erreur. Mais ta chronique reste au demeurant très bonne ! ;)

    J'aime

  5. HarveyDent dit :

    superbe album annoncé par l’excellent HiiiPower. Je le saigne depuis sa sortie et il va sans aucun doute faire parti des albums a retenir de cette année. Le travail suit ce qu’il nous avait offert sur le kendrick lamar ep et sur overly dedicated. Le gars est talentueux et c’est cool de voir des blogs comme le tien qui supportent ce genre d’artistes

    J'aime

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.