Murs « Murs 3:16 – The 9th Edition » @@@@


C’est la rencontre d’un talentueux rappeur et d’un surdoué de la production, tous deux indépendants : le californien Murs des Living Legends s’est associé avec le beatmaker de Caroline du Nord, 9th Wonder de Little Brother. C’est la rencontre de deux mondes différents, de deux côtes opposées presque. Le résultat ne peut naturellement qu’être de haute qualité. Murs a un don d’écriture proche de l’humour noir, capable de faire quelques jolies acrobaties avec son flow. 9th Wonder quant à lui n’est pas qu’un simple guest, sinon le titre de l’album serait Murs featuring 9th Wonder. Non c’est bien plus que cela car en tant que producteur, c’est un réel métronome s’exprimant par ses beats dopes très inspirés des DJ Premier ou Pete Rock.

Murs 3:16 paru chez Def Jux (label d’El-P) était le début d’une longue saga de Murs & 9th Wonder.

Chronique écrite en 2004 revue en 2016

Vous l’aurez compris, le jeune Wonder a une présence tout aussi importante que Murs, des fois un peu limité dans ses sujets. Dix morceaux seulement et pas un de plus, tout de même suffisant pour se faire une idée de cette très bonne alchimie. Les thèmes traités par Murs ne sont pas d’une grande variété mais font preuve d’une lucidité à toute épreuve. Il suffit que 9th lâche un beat puissant sur des boucles jazzys pour que le rappeur lâche un couplet sur les femmes et autres pulsions hormonales mâles par exemple (« Freak These Tales« ), ou encore des femmes qui préfèrent les gros bras (« Bad Man« ). Le rappeur sait être aussi introspectif quand il parle aussi de ses mauvaises relations avec les femmes (encore!) sur « The Pain« .

Mais son registre ne se limite heureusement pas à ces thèmes récurrents, même si cela se fait toujours avec une démarche réfléchie. C’est là qu’il peut transcender son art de MC, pouvant aussi avoir une dose de cette conscience à tendance militante. Son implication pour la cause des Noirs est aussi un de ces sujets de prédilection. Ici, il touche un point sensible du Hip Hop en général sur « And This Is For« , comme les nouvelles tensions raciales, dernier exemple en date en 2004 étant le beef entre The Source et Eminem. 9th se surpasse aussi sur ce dix-titres d’une certaine manière, avec une créativité assez surprenante d’ailleurs comme sur « Walk With A Man« ; morceau véritablement déroutant où le merveilleux producteur change trois fois d’instru. A noter la présence de Phonte sur le titre final « The Animal« .

Beaucoup de points forts sur cet petit album (gros EP?) très frais. Quoique Murs aurait pu faire quand même un léger effort au niveau de son flow ou des textes, même s’il est déjà très bon. Dommage aussi que l’on se contente en réalité que de neuf morceaux en décomptant l’intro. En tout cas, mis à part ces reproches, The 9Th Edition est un véritable perle Hip Hop, qui plaira autant aux puristes qu’aux amateurs.

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s