Chamillionaire « The Sound of Revenge » @@@@


Après chronologiquement Mike Jones, Slim Thug et Paul Wall, c’était le tour d’un autre membre influent de la scène réémergente de Houston de sortir son disque en major: Chamillionaire. Comme ses autres camarades, ce dernier s’est fait un nom pour lui-même sur mixtapes en compagnie de Paul Wall avec deux albums en commun : ‘Get Ya Mind Correct’ et ‘Controversy Sells‘. Mais suite à une embrouille avec son comparse, Cham a choisi de se venger de la clique Swishahouse avec ‘The Sound Of Revenge‘ (Universal Music), un album Dirty South bien lourd et mainstream. Houston, nous avons un problème…

Après un album sorti en indépendant premier semestre 2005 (‘Chamillitary‘ qui deviendra le nom de son propre label), le caméléon millionnaire revient armé jusqu’au dentier doré prêt à faire péter les enceintes et les dents de ses haters avec des productions signées Mannie Fresh, Cool & Dre, Scott Storch et The Beat Bullies. Le banger « Turn It Up » feat Lil Flip signé Scott Storch n’est qu’un léger avant-goût de ce que Chamillionaire réserve à la concurrence. Après une introduction (« Sound Of Revenge« ) qui met directement les points sur les i avant de poursuivre sur les roulements de tambours de « In The Trunk« , le rappeur montre que ses ambitions nourissent bien ses prétentions. Evidemment, on tombe vite nez à nez avec le single « Ridin’ Dirty » avec Kraysie Bone et son refrain devenu culte aujourd’hui (« they see me rollin’ they haatiiiiiin’« ), single qui a permis à Sound of Revenge d’atteindre la consécration de platine tout comme son vieux pote Mike Jones.

Il faut admettre effectivement que Cham possède un excellent flow et pouvait compter dans le top10 des lyricistes sudistes dans les années 2000. Et puis comme le confirme le terrible « Southern Takeover » (feat Killer Mike et Pastor Troy), la vague sudiste commençait sérieusement à ravager le rap game comme un tsunami. On retrouve d’ailleurs de très bons morceaux teintés de blues typique du Sud sur « Rain » feat Scarface et « Picture Perfect » avec l’omniprésent Bun B qui était en feat sur n’importe quelle sortie de l’époque.

Seulement voilà, ‘The Sound Of Revenge’ n’est pas si irréprochable que cela, c’est que Chamillionnaire a opté pour certaines options de facilités pour rendre son style plus accessible. D’abord, un effet de mode de plus en plus courant dans le rap: les refrains chantonnés. Plutôt paradoxal non? Le plus troublant reste sur « Radio Interruption« , le nombre de similarités que l’on peut faire avec 50 Cent au niveau de la voix et l’intonation. C’en était tellement agaçant que l’on préfererait mettre cet effet de style sur le compte de l’ironie propre au thème de ce morceau. Le second défaut concerne les sujets bateau comme les filles faciles (« Grown & Sexy » et « Peepin Me« ): on aura beau dire, parmi le lot figurent deux singles à succès. Quelques consolations tout de même comme le banger « Fly As The Sky » feat Lil Wayne & Rasaq.

The Sound Of Revenge‘ était et est toujours un album de très bonne qualité (production, lyrics, flow…), Chamillionaire y faisait très forte impression, s’imposant comme un Nième poids lourd du Dirty South. Dommage en tout cas que cet opus soit tempéré par des douceurs pas forcément bienvenues surtout lorsqu’on veut se mesurer à d’autres valeurs sures de Houston.

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s