Archives du mot-clé Diplo

Lil Yachty « Teenage Emotions » @@½


Parmi les Power Rangers de la trap, ou plutôt la bande Mumble Trappers, comptez sur force jaune (Young Thug), bleu (Lil Uzi Vert) et rouge/violet avec Lil Yachty. Il y a deux ans encore, personne ne murmurait le nom de ce dernier et en deux EP seulement, cet original originaire d’Atlanta a fini signé chez Motown à 18ans, tandis qu’il était décrié pour son zéro pointé en matière de Hip Hop. Vous avez bien lu Motown, label ô combien légendaire qui a depuis plusieurs années perdu de son excellence, sans vouloir jouer le vieux qui rouspète. Je n’ai pas parié un seul kopeck sur Yachty mais je m’étais dis « pourquoi pas… »

Lire la suite Lil Yachty « Teenage Emotions » @@½

Beyonce « LEMONADE » @@@@


Nul besoin de présentation, vous connaissez toutes et tous la reine Beyoncé, alors entrons directement dans le vif de sujet : LEMONADE. Comme pour Drake, l’arrivée de ce sixième album pour le mois d’Avril était secret de Polichinelle. La première secousse fut la diffusion en grande pompe du clip « Formation« , histoire de créer la surprise, suffisant pour relever son armée de fans derrière elle, la fameuse Beyhive. Une rythmique sèche et contemporaine signée Mike Will Made It qui rappelle « Flawless« , un texte co-écrit par les gamins de Rae Sremmurd, des images fortes qui évoquent le mouvement Black Lives Matter, l’esclavagisme, Katrina, un double doigts d’honneur très chic, le cocktail est explosif.

Lire la suite Beyonce « LEMONADE » @@@@

RiFF RaFF « Neon Icon » @@@


Si vous n’avez pas aperçu ce rappeur haut-en-couleur quelque part sur les Internets, c’est que vous vivez loin de bornes Wi-Fi. RiFF RaFF a/k/a Jody High Roller est un vrai personnage, qui mérite qu’on s’attarde un petit moment sur son look : tresses africaines, fine barbe en forme d’éclair, survêtement coloré, tatouages,… Le voilà tel qu’il apparaît sur sa pochette kitchissime (et déjà culte?) qui concentre les nineties en un cliché jusqu’à la typographie du titre de l’album.

Aux détails près que ce n’est qu’une version soft de son accoutrement puisqu’il manque : ses grillz en dents de requin, ses lentilles blanches, lunettes style surfer et d’autres parures fluos en tout genre (même un husky!)… Le hip-hop a souvent été une affaire de look mais il faut admettre que le sien… Hum. Avec un chapeau de cow-boy, Riff Raff est pas loin physiquement d’être le Bruno Vandelli foufou du rap texan, ou le plus m’as-tu-vu des m’as-tu-vu des beaufs amateur de rap tel un Fatal Bazooka cainri, c’est selon.

Lire la suite RiFF RaFF « Neon Icon » @@@

2 Chainz « B.O.A.T.S. II: #METIME » @@@½


J’étais convaincu que je n’allais pas du tout aimer cet album en partant de l’idée qu’il serait une banale suite du premier, que j’avais trouvé bien chiant. Puis je n’arrêtais pas de penser que 2 Chainz n’était qu’un bouffon dont je ne saisissais pas pourquoi tant de rappeurs voyait de l’intérêt à lui proposer des feats si ce n’est pour sa hype (je pense à Cruel Summer, l’album d’A$AP Rocky, etc…). Rien qu’un rappeur au succès tant éphémère que tardif. Je reconnais que je me suis bien planté avec B.O.A.T.S II: #METIME. En réalité, c’est lui qui m’a convaincu du contraire, comme ça a été le cas avec Lil Jon en 2004.

Lire la suite 2 Chainz « B.O.A.T.S. II: #METIME » @@@½

Mac Miller « Watching Movies with the Sound Off » [Deluxe edition] @@@½


Le responsable du meilleur démarrage dans les charts américains catégorie album indépendant avec Blue Slide Park négocie le virage compliqué du second album. Les auditeurs, qui l’attendaient au tournant, auraient pu croire à raison que Mac Miller s’orienterait vers des choix plus faciles et mainstream pour Watching Movies With The Sound Off (Rostrum Records). Mais en fait pas du tout. Le rappeur de Pittsburgh a pris le contre-pied et le rendu lui convient plutôt bien à condition d’avoir bu du café avant.

Lire la suite sur Now Playing Mag →

Snoop Lion « Reincarnated » [Deluxe edition] @@@


Non, ceci n’est pas une hallucination collective. Snoop le chien est devenu félin. Il porte une petite crinière de dreadlocks, chante du reggae et il s’est baptisé Snoop Lion. Honnêtement, quelle transformation incroyable ! Tant sur la plan mental qu’artistique. Un documentaire a d’ailleurs été tourné par Eli Roth illustrant ce processus survenu l’an dernier quand Snoop a rejoint la communauté rastafari, comme pour justifier cette nouvelle qui a totalement stupéfait les amateurs de rap et reggae. A croire qu’après voir fumé des hectares de verdure en tout genre, on franchit une palier qui permet de devenir comme Snoop en se « rastafarisant ». Manquerait plus que Method Man, Redman ou des Wiz Khalifa se sentent aussi l’âme de jamaïcains.

Lire la suite Snoop Lion « Reincarnated » [Deluxe edition] @@@

Lil Wayne « I am not a Human Being II » [Deluxe Edition] @½


Gremlins 2, le retour. A 30 ans seulement, la vedette de Cash Money Records cumule plus d’une centaine de featurings et depuis ce mois de Mars 2013 un 10e album solo. Surhumain? La preuve que non, sinon il n’aurait pas été victime de ses premières crises cardiaques il y a quelques jours. Le syrup mélangé à l’hyper-activité vraisemblablement. Ou alors parce qu’il a totalement pété les plombs sur I Am Not a Human Being 2, version trash XXX de The Carter IV.


Lire la suite Lil Wayne « I am not a Human Being II » [Deluxe Edition] @½

Yelawolf « Radioactive » @@@


Dans le tout premier numéro de Now Playing, j’avais consacré un article sur le phénomène Yelawolf, un rappeur sudiste atypique au sang Cherokee fraîchement signé chez Shady Records. Pas que je veuille me dispenser d’une introduction mais pour simplement éviter la redite, allons directement aux faits : Radioactive doit son nom à quelques morceaux potentiellement ‘radio-actifs’. Pas la peine de crier au loup, c’est pas Fukushima…

Lire la suite Yelawolf « Radioactive » @@@

Wale « Ambition » @@@½


En quittant AllIDo Records pour signer chez Maybach Music Group, Wale a délaissé son backpack pour devenir swag. Fini l’image du gentil rappeur de Washington qui côtoyait les Roots, 9th Wonder et Mark Ronson, il faudra bien se faire une raison. Wale ne cache plus ses ambitions : s’il est devenu très copain avec Rick Ross, c’est pour rouler tranquillement en Maybach super-équipée pour négocier le virage de l’album sophomore tout en accélérant sa carrière, avec le succès au bout du chemin.

Lire la suite Wale « Ambition » @@@½

Lil Wayne « Tha Carter IV » [Deluxe edition] @@@½


Lil Wayne est sans doute le rappeur le plus hyperactif que l’on ait rencontré dans ce bas monde. Tenez, rien qu’en 2010, il a sorti trois albums : la compilation Young Money, son essai rock autotuné, le désastreux Rebirth, et I Am Not a Human Being qui était sorti alors qu’il purgeait sa peine de prison. Toutes ces trois sorties étaient au minimum certifiées disque d’or mais les supporters n’attendaient qu’une seule chose : que Weezy sorte de Rikers Island et sorte Tha Carter IV.

Lire la suite de cette chronique sur Now Playing »

Beyoncé « 4  » @@@½


Album studio n°4 pour Beyoncé Knowles. Passons le sempiternel débat sur sa stratégie marketing et promotionnelle pour se focaliser sur la douzaine de nouvelles chansons retenues pour cet opus aux influences diverses et variées, allant de la pop/soul anglaise contemporaine, le r&b des années 80s, à Fela Kuti ou Prince… En y délaissant la dance music pour revenir petit à petit vers son style de prédilection : le rhythm’n blues.

Pour en savoir plus, lire le sujet qui lui est consacré dans le numéro Juin-Juillet du magazine Now Playing »

Lire la suite Beyoncé « 4  » @@@½

Chris Brown « F.A.M.E. » [Deluxe] @@@


Moche la pochette. Mais on me rabâche souvent de ne pas juger un disque sur sa couverture, c’est pas bien. Ayons donc une description plus utile de ce quatrième album de Chris Brown : l’acronyme F.A.M.E signifie ici Fans Are My Everything, une manière comme une autre de remercier le soutien de son public à qui il doit son succès, genre « fans je vous aime ».

Il existe un autre sens à cet acronyme : Forgive All My Enemies, phrase qu’il a tatoué sur son bras. Ceci laisse penser que Chris Breezy est devenu plus adulte, du moins en théorie car il vient tout juste de passer le cap de la vingtaine. Mais en pleine période post-adolescence, il reste encore un garçon influençable dont il est difficile de réguler les ardeurs…

Lire la suite Chris Brown « F.A.M.E. » [Deluxe] @@@

The Roots « How I Got Over » @@@@


Chose promise, chose due : les Roots rempilent pour quatorze nouveaux titres, atteignant maintenant leur 156e chanson au total. La bande à ?uestlove et Black Thought en sont, avec How I Got Over, à leur 11e album, leur 3e chez Def Jam. C’est qu’on ne voit plus le temps passer après plus de vingt ans d’existence, les tournées, les live en direct du talk show Late Night Jimmy Fallon Show,…

Heureusement How I Got Over reprend là où les Roots nous avait laissé, sur la note positive de Rising Down avec le constrastant « Rising Up », repassant de l’ombre à la lumière comme on est passé du gouvernement Bush à Barack Obama. Le changement dans la continuité en somme.

Lire la suite The Roots « How I Got Over » @@@@

Snoop Dogg « More Malice » @@½*


Bon, entre nous, Malice N Wonderland est l’un des albums les plus foireux de Snoop (lire la chronique). Il a tenu personnellement à s’affranchir de toutes directives artistiques, il sort un truc à la Snoop Dogg & Friends. Il n’en reste pas moins un businessman calculateur, car juste après cette sortie était déjà programmé More Malice.

Présent dans les bacs depuis fin Mars, ce disque n’est pas une réédition avec des morceaux supplémentaires en CD bonus (comme Refill d’Eminem), simplement l’extension en question de quelques inédits accompagné d’un film co-starring Jamie Foxx, DJ Quik et Xzibit. Mais c’est qu’il a de supers idées marketing le Snoop !

Lire la suite Snoop Dogg « More Malice » @@½*

Ninja Cuts vol.5 « You Don’t Know » @@@@1/2


Ninja cutsLe célèbre label indépendant Ninja Tunes vient d’atteindre l’âge adulte, de quoi rendre fier ses fondateurs Johnathan More et Matt Black, les deux membres des Coldcut. Mars 2008, la maison-reine-mère, abritant sous son parapluie les sous-labels Big Dada Recordings et Counter, publie son nouveau catalogue, « You Don’t Know », 5e volet de la série Ninja Cuts.

Cette compilation triple-CD rassemble pas moins des 50 meilleures créations (dans leurs versions originales ou remixées ainsi que 9 inédits) édités par notre label anglais, avec notamment un panorama des récentes sorties (Cinematic Orchestra, Ty, le millésimé Sound Mirrors des Coldcut, Fink et The Heavy) et signatures (Ghislain Poirier, DJ Kentaro, Bonobo et le petit dernier, Cadence Weapon).

Lire la suite Ninja Cuts vol.5 « You Don’t Know » @@@@1/2