TLC (eponyme) [Deluxe] @@@


Ce genre de retour annoncé de longue date et qui finit un beau jour par devenir concret. Après une série de best-of/greatest hits/compilations pendant quinze ans, ce projet final voit enfin le jour, non sans les donateurs de leur opération Kickstarter (c’est comme une cagnotte Leetchi sauf qu’il faut atteindre une somme à 6 chiffres). Voici l’album final éponyme du trio culte r&b féminin d’Atlanta, ou plutôt duo bien que T-Boz et Chilli aient conservé le ‘L’ de TLC en la mémoire de Left-Eye.

Le dernier album du groupe, 3D, est paru en 2002 quelques mois après la dispiration de Lisa. Ce dernier n’a pas tant marqué les esprits, malgré les productions de Babyface, Dallas Austin, The Neptunes, Timbaland ou encore Rodney Jerkins, avec l’air de rien la récompense d’un double disque de platine aux US. T-Boz et Chilli ont entretenu leur statut de ‘people’ durant les 2000 grâce à la télévision, notamment à l’émission de TV-réalité R U The Girl? en prétextant la recherche d’une chanteuse pour remplacer Lisa Lopez. Et comme la mode est aux biopics en tout genre, les TLC ont eu droit à leur téléfilm (faut pas déconner non plus) en 2013, avec la rappeuse Lil Mama (…) incarnant la défunte artiste. Bref, en 2015, les deux TLC sont partie en campagne (de levée de fonds) pour enregistrer leur ultime disque.

Il y a toujours comme un décalage quand on entend la voix de chanteurs/euses de notre adolescence 15-20 ans après avec un nouveau disque. Un mélange de joie et de mélancolie à la fois car on sait tous pertinemment que la magie et l’engouement général de l’époque ne fait plus du tout effet de nos jours, sauf cas exceptionnels (D’Angelo). Quitte à la jouer à l’ancienne pour le plaisir et appâter le nostalgique, le single « Way Back » joue très bien la carte du throwback avec des vibes à l’ancienne qui fait référence à de plus anciennes références et Snoop Dogg pour la touche laid-back. Puis throwback encore, « It’s Sunny » reprend l’air du refrain de « September » des Earth Wind & Fire et l’air toasté du standard « Sunny » de Bobby Hebb, logique. Sympa pour passer l’été de manière anonyme.

Bien que la pluplart des extraits de TLC sonnent très actuels comme sur « No Introduction« , « American Gold » ou « Haters« , le formatage est tellement trop dans les standards du moment (pop, trap’n b…), que cela manque terriblement de personnalité, ou d’idées, comme ce « Perfect Girls« , sorte de suite version moderne à « Unpretty« . C’est nettement moins foufou, moins sexy, pas top cool, et sans Left-Eye par dessus le marché (pas de couplet posthume parce que déjà sur 3D). En gros cet album, c’est « coucou ça va, on est là » et « merci pour tout, c’était sympa » (« Joyride« ). On retient toutefois l’agréable ballade à la guitare sèche de « Start a Fire« , là aussi avec des relents d’autrefois avant de s’achever dans un style plus contemporain.

Voilà le résumé des 11 titres. En fait 10 si on retire l’interlude. L’édition deluxe ajoute une version plus longue de trente secondes du single « Way Back« , et cinq de leurs plus grand hits remasterisés, dont « No Scrubs« , « Creep » et « Diggin’ On You » (mince pas de « Waterfalls« ). Pour résumer le menu ‘deluxe’ : un come-back peu reluisant des TC (manque le ‘L’…) et un mini best-of. Content et déçu à la fois, sentiments confus.

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s