KXNG Crooked « Good vs. Evil » [deluxe edition] @@@@


Les rappeurs de Slaughterhouse se rebiffent en 2016, pour préparer le terrain avec leur troisième album? C’est ce qu’on espère tous ardemment. Deux d’entre eux ont déjà sorti l’artillerie lourde cette année : Royce Da 5’9 a tué massivement avec Layers et récemment Joe Budden a tout laminé sur son passage avec Rage & The Machine. Au tour de KXNG Crooked f/k/a* Crooked I de sortir le lance-grenade avec Good vs Evil, autre grosse surprise.

Plus qu’un album qui traite de l’interminable débat entre « le gnagnagni ça c’est bien » et « gnagnagna ça c’est mal », Good vs Evil est un album conceptuel. Hé pan! Le résultat d’une réflexion, d’une envie de changer les choses. « Tout a commencé quand je regardais les bandeaux de news sur les meurtres d’Eric Garner, Tamir Rice et tous ces autres personnes Noires tuées par la police, explique Crooked sur XXL. J’ai vu la mère de Tamir Rice à la TV et la douleur dans ses yeux a fait bouillir mon sang. Aucune mère ne devrait perdre son enfant comme ça. Ensuite j’ai vu des flics tuer des gens sans arme et rentrer chez eux dans leur famille comme si la vie des Noirs n’avait aucun intérêt. Aucune charge et avec congés payés. […] Je me suis dit, sommes-nous attaqués en tant que Noirs au point de devoir tirer sur un agent de police juste survivre à un simple contrôle routier? […] Ensuite j’ai pensé que ça serait dingue d’avoir un super-héros Noir (que certains enfants afro-américains peuvent admirer à la manière des héros Marvel) afin de s’attaquer à ces problèmes ».

Et cette idée de super-héros, tel qu’on le voit sur la pochette avec son costume de pharaon armé, a fini par prendre forme. « J’ai imaginé une réalité parallèle où les politiciens sont des poupées contrôlées par un ‘Marionnettiste’ et la police sont des robots avec des intelligences artificielles programmés pour tuer les classes les plus pauvres, poursuit-il sur Soundcloud. Cela peut paraître habituel mais dans la réalité de cette Planète X les citoyens pauvres créent un mouvement et répliquent. » Ce n’est pas Just Blaze qui parlotte dans l’introduction qui explique le pourquoi du comment mais Eminem qui narre l’idée en quelques phrases sur « Welcome to Planet X« . C’est parti pour une histoire d’anticipation en treize chapitres très chargés politiquement ce dès « Dem People » (qui réunit Xzibit et le Strong Arm Steady après dix ans de séparation). En bon fils spirituel d’Ice Cube, KXNG Crooked assène des lyrics dangereux avec un uzi en guise en flow. Il nous convainc même de voter pour son « Rebel Party« , le partie des sans-voix qui ne se reconnaissant ni chez les Démocrates, ni chez les Républicains.

Impossible de trouver les producteurs crédités pour ce projet et c’est dommage de ne pas pouvoir mettre de nom sur ces bangers (genre « Obey« , « The Oath« …). On se pose la question de savoir où se trouve le DA aussi, Crooked I part un peu dans tous les sens, passant à la trap (…) sur « CrazyPsychoLoco » (sur lequel il rappe exactement à la façon de Rick Ross et plein d’autres gars qui posent sur de la trap) puis le futuriste « Revolutionnary Funk » (terriblement addictif), mais il ne perd pas de vue ses cibles : institutions politiques, racisme, forces de l’ordre. La contre-attaque est totale avec des tueries comme « I Want To Kill You » (au moins c’est clair), « Intergalatic Hustling » ou sur une note plus soulful, le single « Shoot Back » co-animé par Tech N9ne.

Dans son édition « normale », malgré un défaut de cohérence au niveau du choix d’instru, Good vs Evil vaut un solide @@@@. Cette note est consolidée par les 6 pistes supplémentaires de la version deluxe pour arriver à un total de 20. Ces six morceaux sont ceux qui figuraient sur l’EP Valley of Death qui a précédé la sortie de cet album de deux semaines. Touchons-en quelques sur ces morceau indispensables pour rendre l’expérience complète, où là encore la variété d’instrumentaux soulignent les incohérences stylistiques compensé par la lourdeur des textes et du flow. Seul un titre sur les 6 n’est pas concerné, « Fun« , un freestyle a capella.

Jusqu’alors, la discographie solo de Crooked I ça a été {vide} pendant dix ans avant d’être cousi-cousa, et voilà que sans prévenir, parce que peu de promo et aucune attente particulière il faut l’admettre, il balance son meilleur projet. Il ne perd pas de vue le thème de l’éternelle lutte entre le bien et le mal en dominant les débats à travers des fictions qui pourraient bien être réelles dans le futur vu comment le monde tourne. Pour ce qui est de l’album qualitativement parlant, il penche du côté du du très bien.

*formerly known as (anciennement connu sous le nom de…, NdT)

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s