Tyga « The Gold Album: 18th Dynasty » @@@


Faute de se faire payer les royalties par Young Money/Cash Money (chose dont il se plaignait régulièrement dans les médias) suite à des clauses entubatoires de son contrat d’artiste, le jeune Tyga a préféré prendre les devants et se mettre à son compte, ce qui était le mieux pour lui. Son album commun avec Chris Brown dédié à la débauche Fan of a Fan  sorti en début d’année était alors son dernier projet estampillé YMCMB. De toute façon, Lil Wayne a lancé une procédure judiciaire pour divorcer de la structure paternelle et il ne pouvait pas saquer la tronche de son collègue Drake qui lui faisait la morale. Parce que bon, l’actualité people du rappeur de Compton défraie la chronique plus que les chroniques de ses albums à cause de ses mœurs douteuses. C’est bien grâce à ça qu’il fait parler de lui aujourd’hui mais ce n’est pas le sujet, je ne suis pas pigiste à Grazia.

Voilà comment The Gold Album: The 18th Dynasty a fini par voir le jour, non sans difficultés (il manque des titres comme le single « 40 Mill » et l’autre avec Justin Bieber) pour des problèmes de copyrights. Je dois dire en premier lieu que je trouve la pochette teintée de bronze superbe, à mi-chemin entre les artworks des Earth Wind & Fire et un délire franc-maçonnique de graphiste (plus égyptien en réalité). Le produit fini est supervisé par Kanye West et Mike Dean qui lui appose sa touche trap à l’éther spécifique sur plusieurs des douze pistes retenues, avec une mention spéciale pour « Pure Luxury » et son ambiance incroyable. Le niveau de Tyga a monté d’un palier, de rappeur « médiocre » il est devenu ceinture orange (sur « Muh Fucker » il sort quand même « It made me a muh fucker/ When I fuck around I fuck your mother » et sort que des fins de rimes en « homie » sur « Hollywood Niggaz« ). Un autre point positif, c’est qu’il n’y a que deux feats sur son 4e album : Boosie Badazz sur « Pleazer » (qui va cuire des fesses) et Lil Wayne très bon sur le refrain de « 4 My Dawgs » qui ferait un single fédérateur. Les morceaux sombres (« Bloodline« , « Shaka Zulu« ) sont préférables aux autres où Tyga prend des airs de ce Drake qu’il ne peut pas piffer (« Hard For You« , « Down for a Min« , « Muh Fucker« ). C’est mieux aussi quand il joue les gangsta rappeur de la West sur les « Hollywood Niggaz » qu’il critique et « Pleazer« .
The Gold Album divise assurément. Les critiques sont majoritairement très négatives, le disque s’est hyper mal vendu (à peine 2,200 copies physiques écoulées la première semaine), alors que pour une fois, mon opinion sur un album de Tyga n’est pas défavorable. Je dois avoir un souci. Ce que je pense honnêtement c’est que c’est un album compact et homogène loin des standards pop-radio de YMCMB qui ont faut son succès passé et terriblement appauvri sa musique. Son éloignement de Young Money et rapprochement de Kanye West & Co est salutaire. Enfin ça, c’était deux minutes avant de faire une grimace incrédule devant les rumeurs de relation avec un individu transgenre (comme le père, euh non mère de sa petite copine Kylie Jenner). Mais cela ne nouuuus regarde pas bien entendu.

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s