Nelly « M.O. » @@


Depuis le succès phénoménal de Country Grammar en 2000 (plus de 8 millions d’albums vendus à ce jour rien qu’aux States), Nelly n’a cessé de cumuler les certifications multi-platine avec Nellyville et les albums jumeaux Sweat/Suit faisant de lui le rappeur mainstream par excellence avec les clichés qui vont avec (vas-y que j’ai de grosses jantes chromées, des dentiers en métal rare et des gonzesses à gogo dans mes clips). Mais en 2008 la situation s’est inversée de façon spectaculaire: ses deux derniers albums se sont mal vendus. Et ce 7e, M.O., encore plus avec seulement 15 000 copies écoulées la semaine de sa sortie. Comment expliquer cela?

nelly-mo

Il n’y a pas que la médiocrité qui justifie cette baisse des ventes : ses deux albums Sweat/Suit sortis simultanément en 2004 se vendus à des millions d’exemplaires alors qu’ils étaient au mieux très moyens… Il y a son idylle avec la chanteuse Ashanti non plus n’a semble-t-il rien changé à sa ligne artistique qui se résume grossièrement à du rap radio-friendly mélangé à du r&b-placebo avec de temps à autres un peu de pop et de country/blues. Ne plus être épaulé par Jay E et les Basement Beats qui ont façonné son identité musicale à ses débuts ne semble pas être le frein principal.

La promo de M.O. avait débuté normalement, avec un premier clip bien commercial, « Hey Porsche« , qui a rappelé qu’en 2013, le machisme qui consiste à comparer des femmes à des voitures, c’est pas top. C’est alors que le jeune marié Pharrell vient à la rescousse en offrant le beat de « Get Like Me« , calqué sur le classique « Drop It Like It’s Hot » de Snoop. Avec Nicki Minaj en featuring, rien n’aurait du stopper ce single, sauf que ça n’a pas décollé. La moitié des Neptunes, accompagné de T.I., a sorti deux autres instrus redoutables, le funky « Rick James » et « IDGAF« . Pour se mettre à la page, Nelly est allé chercher le producteur de chez Young Money Detail, la J.U.S.T.I.C.E. League, ainsi que 2 Chainz (« 100K« ), Wiz Khalifa et Fabolous (« My Chick Better« , en réponse au « My Bitch Bad » de Ludacris?), Nelly Furtado (comme ça ça fait 2 Nelly sur un même morceau haha), le monsieur refrain du moment Future et l’anglais Daley. Le résultat est souvent pas terrible : de la soupe r&b mélangé à de la pop… Seul producteur éxécutif, Nelly n’a aucun sens artistique. Il tente malgré tout de recapturer le son de ses débuts sur « Maryland, Massachussetts » mais il ne l’effleure que du bout des doigts…

Ce qu’on retient de positif sur cet album : l’investissement de Pharrell Williams (« Rick James » quoi !) et les apparitions de T.I., 2 Chainz et Daley. C’est à peu près tout.  Mon hypothèse pour expliquer cette chute brutale de popularité : plus personne n’en a quelque chose à foutre de Nelly en 2013, tout connement.

3 réflexions sur « Nelly « M.O. » @@ »

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s