Prodigy x Alchemist « The Albert Einstein LP » @@@@


Il y a des duos rappeur/producteur qui n’ont jamais existé en tant que groupe et dont on rêverait bien qu’il sortent ou ressortent un album. Le binôme des productifs Prodigy/Alchemist font partie associations idéales. Albert Einstein LP est l’aboutissement d’un long travail de collaboration (depuis Murda Muzik), qui a aussi donné le street-album Return of the Mac en 2007. L’alchimie plus complète entre les deux compères semble avoir porté ses fruits.

Par où commencer? La pochette qui représente Albert Einstein ressuscité par le Dr Frankeinstein? Non, le contenu évidemment. On peut déjà dire qu’Alchemist s’est fait plaisir niveau sampling, cherchant à varier les atmosphères d’un titre à un autre, d’une ambiance yacht music (« Give ’em Hell« , « YNT » et « Breeze« ) à des breakbeats 80’s (« RIP » qui reprend le célèbre « UFO » des ESG ou encore « Bear Meat » où une boucle de piano se place sur le break de « It’s Your Rock » des Fantasy Three. Autre curiosité, ce sample utilisé sur « Curb Ya Dog« . On passe par différents styles dont le dénominateur commun est la patte caractéristique de leur beatmaker, Alan Maman. Son empreinte est très forte sur cet opus, ceci justifie bien le « & Alchemist » parmi les auteurs. Il place même d’ailleurs un couplet sur le terrible « Bible Paper« .

Albert Johnson alias Prodigy de son côté laisse exprimer sa facette la plus sombre et la plus glauque de sa personne, celle qu’on apprécie le plus généralement, et aussi son côté plutôt cool. S’il ne pose pas sur des instrus laid-back (« Say My Name« , « Breeze« …), il établit des descriptions, des situations macabres et menaçantes, des pièces de boucher  comme le bien nommé « Beat Meat« , « Confessions« , « Bible Paper« , « Death Sentence » et sa basse très sombre qui rappelle celle de « STFU part 2 » de Sean Price. L’atmosphère de ce dernier track correspond parfaitement au style de Roc Marciano, le bon guest qu’il fallait au bon endroit. Havoc (qui a fait la paix très vite avec P) permet une brève reformation des Mobb Deep, qui plus est en compagnie de Raekwon, sur « RIP« . Deux rookies parmi les featurings: le gros roux Action Bronson qui vient mitonner sur « The One » et plus étonnant Domo Genesis des Odd Future sur « YNT » (pour « Young N Thuggin' »), sûrement par le biais d’ALC qui se rapproche du jeune crew d’effrontés et trasheurs.

Vous l’aurez deviné, Albert Einstein LP n’est pas un Return of the Mac pt 2, Alchemist l’a redit lui-même sur son compte Twitter. Les beats très variés d’Alchemist et moins glaciaux qu’attendus (au contraire) habillent les différents visages de Prodigy sans chercher non plus surjouer chacun leurs rôles respectifs. On apprécie également les différents ambiances de l’album et les choix de samples parfois osés mais qui challengent le rappeur du Queens. Dans la playlist de l’été.

Une réflexion sur « Prodigy x Alchemist « The Albert Einstein LP » @@@@ »

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s