Dwele « Wants, World, Women » @@@@


Bonne nouvelle, il existe encore des soul singers qui font de la NuSoul ! Mis à part la divine Erykah Badu qui a irradié l’année avec Return of the Ankh, dans le clan mâle on peut compter sur Dwele. Le chanteur de Detroit a sorti cet été Wants World Woman (ou WWW en abrégé), son cinquième album. Lui a pris le risque de ne pas entreprendre de virage à 180° comme son confrère Bilal ou en partant dans les vieux sentiers de la mode rétro. Bien au contraire, avec l’âge il continue d’affiner son style, librement et tranquillement, fidèle au genre.

Des rhodes, des cuivres, une voix crémeuse, il n’en faut pas plus pour créer un petit bonheur musical, une musique suaves aux vertus décontractantes. Dwele ne change pas ses habitudes, il chante, joue des instruments et produits la majorité de sa musique, accompagné de quelques assistants comme Nottz et G-One. À l’image du single « What’s Not To Love », l’artiste perpétue sa nusoul zen, soft et laid-back, ce qui ne l’empêche de se chercher dans d’autre sonorités, comme « Grown », « Love You Right » et « Give Me a Change » qui changent un peu de rythme et de percussions. L’écriture de Dwele est toujours fort appréciable, il nous partage ses expériences, ses relations,… Il est doué pour retranscrire ses émotions, pour nous mettre dans l’ambiance et apaiser les tensions (« The Hangover », « I Understand »…).

Les invités ont de quoi surprendre, David Banner en premier, mais soyez rassurés cette collaboration se déroule à merveille à en juger « Dodgin Your Phone ». Et surtout il y a le gentleman lover Raheem DeVaughn qui se joint à Dwele pour forme un duo exceptionnel sur l’opération séduction « Dim The Lights ». Madame ou mademoiselle la lectrice, si vous êtes insensible à ce titre sublime, c’est que votre libido est à plat. Messieurs, tamisez les lumières et allumez les bougies. La Westcoast est à l’honneur en la présence de DJ Quik sur le dernier titre « I Wanna », avec les guitares sèches et le groove qui garnissent usuellement les instrus du producteur/rappeur de Compton. Mais « Detroit Sunrise » avec Lloyd Dwayne et Monica Blaire montre bien que des éclaircies illuminent parfois Motor City. Bien sûr les Slum Village sont fidèles au rendez-vous, Elzhi et T3 posent sur « How I Deal », le morceau socio-politique de WWW avec « My People ».

Est-ce que l’indépendance a marginalisé cet artiste ? Absolument pas, avec W.W.W. Dwele a réalisé sa meilleure entrée dans le Billboard 200 en se classant 28e la semaine de sa sortie. Pied de nez à ceux qui disent que la NuSoul était en voie de disparition.

3 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Florian dit :

    Je ne connaissais pas dwele, mais la présence de g-one et nottz m’a fais découvrir cette artiste avec une bonne voix, ma track de l’album « grown ». Bon album

    J'aime

  2. Soul Brotha dit :

    Un très bon album, son meilleur depuis « Subject » selon moi. Le fait de faire 3 parties donne une belle variété au disque. Vraiment du bon Dwele qui a su se remettre un peu en question tout en conservant sa patte.

    Ca fait plaisir.

    J'aime

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.