Blaq Poet « Tha Blaqprint » @@@@


Alors que tous les hip-hopeurs rêvent d’un album de Nas entièrement produit par DJ Premier, un autre MC basé à QueensBridge l’a devancé : Blaq Poet. Signé sur Year Round Records, le label de Primo, et licencié chez Fat Beats Records, cette rencontre entre le secret le mieux gardé de QB et le légendaire producteur new-yorkais (que l’on ne présente plus à moins que soyez ignorant) allait faire parler la poudre. Comme vous allez voir, Tha Blaqprint, c’est hood, c’est real, c’est hardcore : c’est strictly hip-hop à 100%. Une seule envie nous vient en tête : allumer la mèche.

« I-Gititin’ » nous immerge dans l’ambiance : la rue c’est sale, triste, pauvre, sans espoir et le climat délétère. Les ghettos du Queens sont réputés pour être parmi les plus dangereux des Etats-Unis, des projects où la drogue détruit les populations de l’intérieur, où le taux de survie est inversement proportionnel au taux de criminalité. Avec Primo et Blaq Po, on est en plein dedans. On avait oublié ce que c’était d’entendre de telles paroles depuis les derniers disques des Infamous Mobb. Surtout que le flow bestial du rappeur témoigne de son mode de survie.

Lyricalement parlant, le poète de la rue ne fait pas dans la dentelle, c’est comme si les gens de la rue, leurs vies et leur réalité commune parlaient à travers lui. « U Phucc’d Up », produite exceptionnellement par Easy Mo Bee (illustre producteur de Ready To Die de Biggie), le storytelling en triptyque « Sichuwaychunz », « Never Goodbye », « Let The Gun Blow » sont des reportages à chaud dans lesquelles la tension est palpable, grâce aux instrus de DJ Premier en partie. Rien n’a changé vous me direz, Po’ le confirme sur « Ain’t Nuttin’ Changed » et « S.O.S », pour « same old shit ».

Je disais ‘en partie’ car la force mais aussi la faiblesse de Tha Blaqprint provient des beats de DJ Premier. Ses samples sont toujours exploités avec maestria et l’aspect rustique de ses prods en fond de bons millésimes, ce sont juste les beats qui paraissent moins inspirés qu’auparavant. Ils n’en restent pas moins très bons si on prend des boucheries comme « What’s The Deal », « Legendary pt 1 », « Ain’t Nuttin Changed » ou « I Don’t Give A Fuccc », et passables pour « Hood Crazy » et le bassy « Stretch Marks & Cigarettes » avec ses protégés les NYGz. Ses scratches font toujours des merveilles, il reprend un bout de refrain Akon sur « I Still Kill » de 50 Cent pour « Ain’t Nuttin’ Changed » (sorti de son contexte, c’est mieux que l’original), Tupac, Biggie et Nas sur « Legendary » et – ironie du sort – Michael Jackson (enfant) sur « Never Goodbye ».

A « Legendary pt 1 » répond « Voices », Blaq Poet entend les voix des légendes mortes comme 2Pac, Big Pun, Big L… un autre bonne pièce du boucher avec cet instru sombre et glacial. A noter l’intervention de N.O.R.E. sur « Hate », il y a gagne en crédibilité par son bon couplet, et Lil Fame.

Si Tha Blaqprint doit représenter ce qu’il se fait de mieux en real street hip-hop aujourd’hui, c’est un peu décevant si l’on a connu le Hip Hop dans ses meilleures périodes. C’est dur de lutter contre la nostalgie. Cependant, comparé à ce qui se fait actuellement, on ne pourra pas se priver d’un album rap authentique pur et dur. Entre cet LP et Double Barrel de Marco Polo & Torae, la concurrence est rude et c’est tant mieux pour relancer le mouvement !

Existe aussi en version double-CD avec instrumentaux.

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Kizza dit :

    Je kiffe « Don’t Give a Fuccc », beat de psycho :)

    J'aime

  2. Crazy Horus dit :

    Très gros album pour ma part, et c’est vrai que si on le compare à Double Barrel ce dernier est plus explosif mais les deux nous sortent du gros son bien dur. Après comme je l’avais déjà souligné dans ma chronique, Blaq Poet n’est pas la plume la plus élégante mais il sonne vrai et son flow est tout simplement méchant, dévastateur, c’est du solide et peu de MCs peuvent rivaliser. Même son regard quand il n’est pas caché derrière ses lunettes noires est perçant. Ce mec est un bouffeur de mic, et allié à Primo, c’est 100% pur jus. On regrettera parfois la mollesse de certaines prods mais cet hiver je vais le ressortir c’est sûr.

    J'aime

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.