Ciara « The Evolution » @@@


La jeune et jolie Ciara poursuit son évolution artistique dans le monde du r&b de mode. Pour rester ultra-tendance et fashion, la chanteuse rendue célèbre avec « Goodies » a fait appel aux stylistes en vogue : son producteur Jazze Pha, Pharrell Williams des Neptunes, Lil Jon et Will.I.Am, le faiseur de tube du moment, pour que The Evolution transforme votre moquette (ou le carrelage) en dancefloor ou votre voiture en poste-radio ambulant. Pour le coup, il ne manquait que Akon sur la liste. Ces designers n’ont pas lésiné sur les outils technologiques pour créer un habillage faussement pseudo-futuriste, puisqu’il n’ont fait que recycler des vieux breakbeats en y ajoutant des synthés amélodiques et des rythmiques remises au goût du jour. « Make It Last Forever » et « Proceed » sont parmi les parfaites démonstrations de ce retour aux up-tempos qui ont fait les premiers pas de danse du Hip Hop. Ce qui dans le fond paraît une bonne initiative n’est que la poursuite de la mouvance actuelle ‘back to the basics’. Un comble pour un album qui arbore un tel titre. 

Les singles « Get Up » feat Chamillionaire et « Like A Boy » ont été accueillis à bras ouverts par les programmeurs radio et les DJs des boîte de nuit branchées, les grands responsables du succès de cet album sophomore puisqu’elle est déjà platine aux States à l’heure où sont écrites ces lignes. Et parmi les quinze chansons restantes, il y a largement de quoi faire le choix pour les prochains gros tubes. La principale qualité de Ciara est d’être une artiste visuelle, douée en danse et dont les chorégraphies qui alimentent ses clips vidéos vendeurs feraient un tabac dans les cours d’aérobic. Outre son langage corporel aguicheur et pratique, le chant de Ciara s’apparente à un doux chuchotement qu’elle met à profit sur les ballades formatées (« Promise », « So Hard » et « I Found Myself »). D’autres invités de marque viennent gonfler le taux d’intérêt de ce disque, tous des artistes qui contribuent à leur manière à l’évolution du r&b de masse, à savoir 50 Cent (« Can’t Leave’Em Alone »), Lil Jon pour mettre du crunk vitaminé sur « That’s Right » et R Kelly, qui ne dément pas une fois de plus son attirance pour les jeunes demoiselles.

Qu’on se le dise, The Evolution est un pur produit r&b commercial à la Coca Cola Zero : saveur artificielle et sans édulcorant, énergétique et pas très digeste. Ce que Ciara considère elle-même comme l’album le plus personnel n’est qu’un enrobage de guimauve et branché réutilisant des éléments de la old school et de pop, parce ce qui fait la modernité aujourd’hui, c’est la simplicité, le vintage et ce qu’il faut de superficiel. Pour l’album de la maturité, il faudra attendre.

 

(chronique écrite le 30 Avril 2007)

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.