Ja Rule « R.U.L.E. » @@@½


Tha rule was back. Les genoux à terre après deux échecs consécutifs (l’affreux Last Temptation et Blood in my Eyes) et une campagne de dénigrement par le rouleau-compresseur Shady/G Unit/Aftermath, Ja Rule parvint à relever la tête. Merci 50 Cent sans qui notre rappeur de n’aurait pas donné le meilleur de lui-même sur ce sixième album sobrement appelé ‘R.U.L.E.‘, pour que ce soit bien écrit en gros au vu de tous. Tant pis pour les haters qui pensaient que la carrière de Jeffrey Atkins était six pieds sous terre.

Chronique écrite en 2004 revue en 2016

La première clé du succès était pourtant évidente : refaire un album mainstream toujours à cheval entre le rap et le r&b, ce que Ja Rule savait faire de mieux, mais avec l’idée de ne pas en faire trop pour remettre un pied dans la street. Avec des extraits tels que « Wonderful » feat R Kelly ou « Caught Up« , voire « Never Thought » et « What’s My Name« , la case « tubes » était cochée. Signalons au passage que les chanteurs maison, Ashanti et le jeune Lloyd, sont très présents. Autre surprise : la quasi absence du hitmaker de Murder Inc, Irv Gotti, laissant la place à un dénommé Jimi Kendrix. Ce qui fait surtout plaisir avec ‘R.U.L.E.‘, même s’il faut supporter le côté lover du rappeur, c’est de constater qu’on est loin d’un r&b formaté et très commercial de ‘Pain Is Love‘ et ‘3:36‘. Pour le style ça reste du Ja Rule, c’est-à-dire qu’il chante du rauque.

La deuxième clé était de refaire du son Eastcoast comme le public l’entendait. Chose faite avec la bombe « New York » (produite par les Cool & Dre) avec deux pointures de taille : Jadakiss et Fat Joe. Ja répresente sa ville, reprend confiance et monte en grade en formant sur un seul titre une ligue MCs dans la ligne de mire de leur ennemi commun 50 pour mener une contre-offensive envers le G Unit pour reprendre du terrain. Et ce n’est pas une diss track. Toujours dans les  tueries, on peut ajouter à la liste « Gun Talk« , « Last Of The Mohicans » et « Bout My Business« . Pour l’épauler, les autres rappeurs du clan The Inc participent activement (BlackChild et Cadillac Tah). Attention aussi à « Where I’m From », à écouter attentivement.

Vous l’aurez compris, ‘R.U.L.E.‘, c’est du Ja Rule à son meilleur. Le niveau est plus élevé que ‘Pain Is Love‘ aussi bien dans le style que dans la finition, avec l’intelligence de ne pas en faire trop. Aucune prise de risque, le but du rappeur du Queens était clairement de réinverser la tendance en sa faveur, avec ce disque beaucoup plus sérieux et travaillé. N’ayez pas honte de l’écouter, vous verrez bien par vous-même. Pas la peine de le nier, Ja Rule était revenu pas loin du top, son meilleur disque depuis ‘Venni Vetti Vicci‘.

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s