Archives du mot-clé T3 album

Slum Village « YES » @@@@½


Slum Village est un groupe survivant. Il n’a succombé ni aux départs (Elzhi en 2010) et/ou à la mort de deux de ses membres fondateurs, Baatin en 2009 (qui venait tout juste de réintégrer la formation pour Villa Manifesto) ni celle plus importante de James Yancey, alias Jay Dee a/k/a J Dilla, un des producteurs hip-hop les plus influent de son vivant. Villa aurait eu 40 ans cette année.

Si le groupe a pu surmonter toutes ces épreuves, c’est parce que Slum Village peut compter sur un pilier, T3, et une famille qui s’est petit à petit agrandie avec Young RJ notamment et des membres « non-permanents » ou occasionnels comme Illa J (le jeune frère de Dilla), Frank Nitt, Black Milk. Bien sûr la patronne Ma Dukes, j’ai nommé Maureen Yancey, gardienne des bien de son fils disparu, veille au grain. Slum Village a failli s’arrêter après Villa Manifesto en 2010, il finit par renaître en 2013 avec la baffe Evolution. Cette année on fait tous un grand YES! parce que devenez quoi…

Lire la suite Slum Village « YES » @@@@½

Slum Village « Evolution LP » @@@@


Une surprise de plus en cette année 2013, ce sixième album des Slum Village. Après le décès de Baatin et le départ houleux d’Elzhi après l’excellent Villa Manifesto, annoncé comme l’ultime album du collectif de Detroit, je n’y croyais plus, me demandant plutôt si le survivant T3 allait poursuivre une carrière solo (le rappeur a sorti un EP 3Illa). Alors quand j’ai appris que les SV, formé de l’éternel pilier T3, Young RJ et le petit frère de J Dilla, Illa J, j’avoue que je suis resté perplexe et pas emballé mais…

Lire la suite Slum Village « Evolution LP » @@@@

T3 of Slum Village presents « 3iller, The EP » @@@½


C’est avec tristesse qu’on avait accueilli Villa Manifesto, le dernier – et très réussi – album des Slum Village. Le départ d’Elzhi l’an dernier pour de sombres motifs a sonné la mort définitive du groupe. Mais un espoir subsiste, l’unique membre originel restant, T3, poursuit l’héritage (la ‘legacy’ comme on dit aux US) de ce groupe emblématique de Detroit avec un futur album solo, 3iller, précédé par cet EP 5-titres.

Lire la suite T3 of Slum Village presents « 3iller, The EP » @@@½

Slum Village « Villa Manifesto » @@@@½


Ça a l’air de pas grand chose mais Villa Manifesto LP était à mon avis l’une des cuvées hip-hop les plus importantes et les plus incontournables de 2010. Et ce pour une raison: cet ultime album regroupe toute la famille Slum Village, c’est-à-dire T3, Elzhi, Baatin et J Dilla, puis son jeune frère Illa J et le beatmaker Young RJ.

La famille s’est agrandie depuis le classique Soulquarian Fan-Tas-Tic vol.2 malgré des départs, des remplacements et des décès. Elzhi et les BR Gunna (RJ et Black Milk) sont venus suppléer Dilla respectivement au mic et à la production sur Trinity. Puis Baatin s’est désolidarisé du noyau pendant Detroit Deli et leur LP éponyme car il souffrait de schizophrénie. L’histoire, après, on la connaît, l’hécatombe qu’a vécu les Slum V comme la perte infiniment lourde de J Dilla et celle de Baatin en 2009, année où est sorti l’excellent EP Villa Manifesto qui fait office de prélude à ce long format.

Villa Manifesto n’est pas le testament du groupe de Detroit, c’est la synthèse de leurs expériences, dans la vie comme dans la musique, avec tous les éléments des Slum Village réunis, qu’ils fassent partie de la formation initiale, même les disparus (RIP Baatin et J Dilla), ou qu’ils gravitent autour  d’eux depuis plus de dix ans (Dwele, AB, Illa J, Waajeed…).

Lire la suite Slum Village « Villa Manifesto » @@@@½

Slum Village « Fan-Tas-Tic vol.1 » @@@½


L’été 2004, une nouvelle a failli nous effrayer: l’hospitalisation de Jay Dee aka J Dilla. Sur le forum du site Okayplayer, Amir « ?uestlove » Thompson (le batteur des The Roots) avait démentit son décès, après s’être précipité en le croyant pour mort. Mais toujours était-il que l’état de santé du producteur originaire de la ville de Detroit était préoccupant : il souffrait de malnutrition provoqué par une maladie rare. A peu près rétabli, Jay Dee tentait de vaincre son mal avec sa seule thérapie : la musique. Depuis, il avait produit le très old school « Verbal Clap » pour les De La Soul, deux chansons magnifiques sur ‘Be’, le dernier classique de Common, avant de s’éteindre le mois de Février 2006 une semaine à peine après la sortie de son album instrumental ‘Donuts’. Une bien triste nouvelle qui a bouleversé la sphère Hip Hop toute entière.

Cette chronique a été écrite quelques semaines après la disparition de J Dilla. Cette réédition tombait à pic pour revenir sur sa carrière à travers une bio raccourcie en guise d’intro.

Lire la suite Slum Village « Fan-Tas-Tic vol.1 » @@@½

Slum Village (éponyme) @@@@


Après un passage en major chez Capitol, les Slum Village reviennent en indépendant avec un 4e album éponyme plus brut qu’à l’accoutumé. Donc oubliez le mielleux, mais néanmoins bon, ‘Detroit Deli’ ou la mixtape peu prometteuse ‘Prequel To A Classic’, car de toute façon ils ne pourront plus en refaire de classique tant que Baatin et les productions de Jay Dee seront absents. ‘Slum Village’ (Barak/Scenario Records), tout simplement, est un nouveau départ sur de nouvelles bases pour nos deux MC de Detroit, T3 et le prodigieux Elzhi.

Note : je précise par rapport à cette chronique d’origine que cet album était produit par BR Gunna, un duo de producteur composé de Young RJ, Fat Ray et un certain Black Milk, dont les prémices de ses productions à base de caisses claires caractéristiques se faisaient déjà bien entendre sur cet album.

Lire la suite Slum Village (éponyme) @@@@

Slum Village « Detroit Deli » @@@@


Quand on parlait de la scène rap de Detroit, les noms qui arrivaient en premier lieu étaient ceux d’Eminem, les D-12, Proof, Royce da 5’9, etc… Pourtant évoluait dans l’ombre le groupe Slum Village, propulsé en 2000 grâce à leur classique Fan-Tas-Tic vol.2 et un second album Trinity qui m’a pas remporté tous les suffrages malgré l’appui d’une major (Capitol). Pour ce troisième album studio (officiellement), les SV connaissaient leur troisième mutation. Avant Trinity, Jay Dee avait quitté Baatin et T3 pour être remplacé par un MC très doué, Elzhi. Sur Trinity, Jay Dee laisse à la place au très doué Elzhi. Là, désormais le trio est devenu un duo puisque Baatin été contraint de stopper le rap (il souffrait de schizophrénie aiguë), peu avant la conception de Detroit Deli. Restaient donc T3 et Elzhi.

Lire la suite Slum Village « Detroit Deli » @@@@

Slum Village « Fan-Tas-Tic vol.2 » @@@@@


Originaires de ghettos les plus défavorisés de Detroit, ce trio est initialement formé de deux MC, Baatin et T3, et du producteur/rappeur Jay Dee perce dans l’underground d’abord sous le nom de J-88 avec le single « The Look of Love » et un premier album qui restera dans les cartons. Renommé Slum Village, le groupe prend le wagon Soulquarian en marche en suivant l’impulsion de son génial producteur qui est la pierre angulaire de ce mouvement rap/nusoul (incluant les Roots, Common, Erykah Badu…). Cette pièce de collection Fantastic Vol 2 a mis trois années pour naître. Ce premier album officiel des SV offrira autre visage de la scène rap de Detroit au milieu d’Eminem, ses D-12 et Royce Da 5’9.

Lire la suite Slum Village « Fan-Tas-Tic vol.2 » @@@@@