Archives du mot-clé Sicknature

Heavy Metal Kings « Black God, White Devil » @@@½


Au départ Heavy Metal Kings était un projet collaboratif et très explosif né en 2011 de la volonté de Vinnie Paz (Jedi Mind Tricks, Army of the Pharaohs…) et d’Ill Bill (Non-Phixion), faisant suite à leur titre apocalyptique « Heavy Metal Kings » extrait de Servants in Heaven, King in Hell, grand album des Jedi Mind Tricks sorti en 2007. Dix ans après leur rencontre historique, le duo reforme les Heavy Metal Kings pour Black God, White Devil (Enemy Soil, Uncle Howie Records) avec l’assistance d’un troisième larron, l’autre membre des Non-Phixion, Goretex.

Lire la suite Heavy Metal Kings « Black God, White Devil » @@@½

Blastah Beatz « PhD in Beatmaking » @@@@


Fin 2011, le jeune étudiant franco-portugais Blastah Beatz avec atteint le grade de Master avec Graduate Studies. Mais le cursus n’était pas encore terminé puisqu’il s’est inscrit dans un doctorat de beatmaking qui prendra presque cinq ans de travaux. Soit le temps de rassembler du beau monde venu de l’autre côté de l’Atlantique, de concevoir des prods à leur mesure, mettre en forme le tout avec un artwork chouettement horrorcore… Voici le résultat de ses travaux avec PhD in Beatmaking.

Lire la suite Blastah Beatz « PhD in Beatmaking » @@@@

Ill Bill « Septagram » @@@


Un album d’Ill Bill, on ne dira jamais non, même si ce quatrième album solo tombe en été et que ouais, ce n’est pas trop-trop la saison pour écouter du rap hardcore et bresom. Septagram s’adresse en particulier à ses fans hardcores justement, ceux qui vivent cachés de la lumière.

Lire la suite Ill Bill « Septagram » @@@

Matt Maddox « Righteous Fury » @@@½


matt maddox righteous fury

Aujourd’hui je vais vous parler de Matt Maddox qui nous vient du Kansas mais qui n’a strictement rien à voir avec son proche voisin Tech N9ne. Son style à lui c’est plutôt du rap ‘viking’, dans la même veine que l’Army of the Pharoahs, cette fameuse légion étrangère du rap underground. Le rappeur nous livre aujourd’hui son premier album à l’intitulé Righteous Fury, un nom accompagné d’une pochette arborant une déesse vengeresse s’emparant de ces codes de ce style rap très typique. Cet album est sorti chez Seven 13 Records, anciennement Gracie Productions qui ont lancé les Slaughterhouse.

Lire la suite Matt Maddox « Righteous Fury » @@@½

La Coka Nostra « Masters of Dark Arts » @@@½


Il fait beau, le ciel est bleu, c’est les vacances et puis voilà que La Coka Nostra éclipse le soleil pendant près d’une heure. Le super-groupe blanc nous remmène dans les tréfonds du côté obscur avec Masters of the Dark Arts, leur second LP. En l’absence de Mr White a/k/a Everlast (pour raisons familiales), Slaine, ILL Bill, et les ex-House of Pain DJ Lethal et Danny Boy, ont de nouveau fait appel aux puissances occultes. Grisant à mort.

Lire la suite La Coka Nostra « Masters of Dark Arts » @@@½

Ill Bill & Vinnie Paz « Heavy Metal Kings » @@@@


Pas mal d’amateurs d’indie hip-hop ont été traumatisé à vie par le son cataclismique de « Heavy Metal Kings » des Jedi Mind Tricks (extrait de Servants in Heaven, Kings in Hell sorti en 2006), prémices de cet album en commun entre Vinnie Paz et Ill Bill (ex-Non-Phixion). Deux monstres de l’underground réunis sur un seul et même album ça ne pouvait donner que quelque chose de… monstrueusement monstrueux, à l’image de la pochette : rouge comme une giclée d’hémoglobine, lourd comme du métal, terrifiant comme un Terminator gothique. C’était prévisible.

Lire la suite de cette entrée sur Streetblogger.fr »

Vinnie Paz « Season of the Assassin » @@@@


Un des leaders de l’underground de Philly livre son premier album solo après quinze ans de carrière souterraine. Il est le MC impérial des Jedi Mind Tricks, au sein desquels il a écrit ses lettres de noblesse, et général de l’Army of Pharaohs, on le surnomme Louis Doggs, Vin Laden ou encore the Pazmanian Devil : Vinnie Paz, 31 ans. Mieux vaut tard que jamais comme on dit, l’occasion se présentait alors qu’il vient d’ouvrir son label Enemy Soil afin de pouvoir régner sans partage dans le milieu indie hip-hop en s’affrichissant de Babygrande Records. Avec un album très personnel et typique, Season of the Assassin va souffler un vent sec et glacial en toutes saisons.

Lire la suite Vinnie Paz « Season of the Assassin » @@@@

Snowgoons « The Trojan Horse » @@@1/2


Les climatologues du rap ont fortement ressenti l’hiver nucléaire qui a sévi l’été 2008 en Allemagne avec Black Snow des Snowgoons [cliquez ici]. Un an plus tard les voilà qu’il redébarquent pour instaurer un climat de terreur cette fois avec une stratégie militaire datant de l’antiquité mais qui a fait ses preuves : un Cheval de Troie contenant pas moins de 19 bombes et soldats sans Foi ni loi venus du Nouveau Continent. Une nouvelle bataille sanglante et sans pitié se prépare, et dont seuls les plus forts d’entre nous survivront.

Lire la suite Snowgoons « The Trojan Horse » @@@1/2

La Coka Nostra « A Brand You Can Trust » @@@1/2


La Coka Nostra (à prononcer en roulant le ‘r’) est la nouvelle organisation mafieuse trans-côte qui fait tressaillir le hip-hop underground. Ce collectif qui sévit depuis 2006 est formé de cinq malfaiteurs récidivistes, casquettes et bandanas noirs : Everlast a.k.a. Whitey Ford a.k.a. Mr White (le rappeur devenu chanteur de country/blues redevenu rappeur), Danny Boy O’Connor (le blanc, pas le mec de Detroit) et DJ Lethal (anciennement DJ des Limp Bizkit), Ill Bill (ex-Non Phixion) et Slaine (Special Teamz). Grosso modo, il s’agit d’une résurrection des californiens House of Pain – devenus célèbres avec le non moins célébrissime « Jump Around » dans les années 90 – en plus « bad »  et auxquels se sont greffés Ill Bill (de Brooklyn) et Slaine (de Boston). Pour les nombreux aficionados qui attendaient impatiemment cette sortie, il faudra maintenant payer pour être membre de LCN.

Lire la suite La Coka Nostra « A Brand You Can Trust » @@@1/2

Snowgoons « Black Snow » @@@@


Dehors c’est le désert urbain, 35°C à l’ombre et ciel bleu-gris pollution, ici à l’intérieur, c’est la fournaise. Il fait accablant sous les toits l’été. Il y règne une atmosphère chaude et sèche, lourde dans l’appartement, où le frigo et la douche sont les uniques oasis de fraîcheur et d’humidité. Les fenêtres grandes ouvertes, volets en plastique rabattus à moitié pour se protéger des rayons lumineux calorifères, pas d’effet de serre mais pas d’air circule dans la pièce, hormis un vent chaud brassé par le ventilo pour ne pas éprouver d’insuffisance respiratoire. Ce n’est pas la canicule non plus, mais des après-midis à rêvasser de climatisation, de Mister Freeze, d’expédition en Antarctique et de vacances au Touquet, on a à peu près tous connu ça quand on vit reclus dans une pièce sombre. Pour ma part, j’ai découvert une solution plus efficace que les bonbons Tic Tac pour me glacer le sang en quelques minutes. Au début de cet été est sorti chez Babygrande Black Snow, la seconde salve des Snowgoons. J’insère le disque dans ma mini-chaîne et il se passe instantanément une sorte de phénomène paranormal. La radio m’annonce un avis de tempête venant d’Allemagne. Une masse nuageuse noire menaçante s’approche de ma ville soudain plongée dans l’obscurité et des températures négatives. Les volets vibrent à cause des violentes bourrasques de vent et en refermant les fenêtres, j’aperçois des flocons recouvrir les habitations et les rues d’une épaisse couche noirâtre. 

Lire la suite Snowgoons « Black Snow » @@@@