Archives du mot-clé R Kelly

Twista « The Day After » @@@


En dépassant la barre convoitée du million d’albums vendus avec ‘Kamikaze’, Twista a troqué son dentier en or contre un nouveau en platine pour ‘The Day After’ (Atlantic/ Warner). Il est vrai que le succès du précédent opus est significativement et indiscutablement dû, osons le dire, à l’apport de Kanye West avec les deux singles « Slow Jamz » et « Celebrity Overnight », sans compter « So Sexy » feat R Kelly. Mais pour ‘The Day After’, ça se fera sans Kanye, d’une part.

Note: cet album de Twista aurait mérité une pire note si on en restait sur des critères purement rap mais les morceaux r&b sont bons… Plus une tempête tropicale qu’une tornade.

Lire la suite Twista « The Day After » @@@

R Kelly « TP.3 Reloaded/Trapped in The Closet » @@@½


Twelve Play 3e partie pour un R Kelly de retour, le boxer rechargé et le mojo gonflé à bloc. Fini ses délires soulfuls stériles pour revenir au vif du sujet : la luxure, le stupre, les filles et les pistes de danses des boîtes de nuit. Ou les couvertures de ton lit puisque R aime ta femme (« Kickin Wit’ Your Girlfriend »), descendant le niveau en dessous de la ceinture et avec une imagination débordante de fantaisie (« In The Kitchen », « Sex Weed »). Il est AUCH le Robert ! On vous aura prévenu.

Chronique originale écrite le 12 Novembre 2005, ré-écrite le 20 Décembre 2015.

Lire la suite R Kelly « TP.3 Reloaded/Trapped in The Closet » @@@½

Notorious BIG « Duets – The Final Chapter » @@@


Notorious BIG est mort, vive les morts ! Nous sommes le Noël 2005 et Diddy décide de faire un jubilé pour célébrer Biggie Smalls en invitant le gratin du rap et des producteurs. Bon autant être franc (et pas objectif), Biggie Duets masque en réalité une compilation de remixes. L’idée du multimillionnaire patron de Bad Boy est malicieuse : reprendre des anciens couplets issus de Ready to Die et Life After Death, les mélanger avec les rappeurs et chanteurs du moment sur de tout nouveau instrumentaux récents et tadaaaaam. Le tour de passe-passe aurait pu être réussi si on avait pas deviné son secret en quelques secondes.

D’après un commentaire rédigé Décembre 2005.

Lire la suite Notorious BIG « Duets – The Final Chapter » @@@

Fat Joe « All or Nothing » @@@½


Au pays du Coca Cola et Mc Donald’s, des milk-shakes et pizzas taille XXL, il est normal de trouver pas mal de poids lourds, entendez par là des personnes en surcharge pondérale. Depuis la mort de son gr…and copain Big Pun début 2000, Fat Joe s’est curieusement mis à faire des albums lights, parlant de jalousie et de loyauté. Le rappeur latino du Bronx avait d’ailleurs serré la ceinture avec l’album des Terror Squad durant l’été 2004, sans jamais vraiment décoller.

Note: All or Nothing est le dernier album du gros Joe en maison de disque. Un bon disque mainstream dans son ensemble, qu’il tentera de perpétuer tant bien que mal par la suite. Plus en mal en fait.

Lire la suite Fat Joe « All or Nothing » @@@½

Lil Jon & The Eastside Boyz « Crunk Juice » @@@@@


SaLut leS AMinChes! Lil JoN çA VouS DiT QueLQuecHoSe? Ce MeC QuI GueuLe A Tout Va Des ‘YEAAaAaH’, ‘What?!?’ et ‘OkAyYy’ La BouChe PlaTinEe TouJourS GrAnde OuvErte, SeS GroSsEs LuNEtteS NoiRes eT SeS GroSses DreAds BienS CradoS. LiL Jon C’eSt AuSsi Le ProDuCteuR le Plus GroS VenDeUr De DisQueS en IndéPenDAnt avEc 2 MillIonS d’eXempLAires de ‘KinG Of CRunK’ OuaAAaAAais! C’eSt AuSsI Le HiTCluBber le Plus DeManDé De La PlanèTe aVec PhArreLl. GrAce A Son Tube « Yeah » Avec UshEr, Jon jOuiT DéSormAis D’Un SucCès InTerNatioNAl Sans EquiVoque! CooOoOol!

Chronique originale écrite en Novembre 2004

Lire la suite Lil Jon & The Eastside Boyz « Crunk Juice » @@@@@

Ja Rule « R.U.L.E. » @@@½


Tha rule was back. Les genoux à terre après deux échecs consécutifs (l’affreux Last Temptation et Blood in my Eyes) et une campagne de dénigrement par le rouleau-compresseur Shady/G Unit/Aftermath, Ja Rule parvint à relever la tête. Merci 50 Cent sans qui notre rappeur de n’aurait pas donné le meilleur de lui-même sur ce sixième album sobrement appelé ‘R.U.L.E.‘, pour que ce soit bien écrit en gros au vu de tous. Tant pis pour les haters qui pensaient que la carrière de Jeffrey Atkins était six pieds sous terre.

Chronique écrite en 2004 revue en 2016

Lire la suite Ja Rule « R.U.L.E. » @@@½

R Kelly & Jay-Z « 2004: Unfinished Business » @@@


‘Unfinished Business’ aka ‘The Return Of Best Of Both Worlds’! La surprise de l’année. À la base, un ‘Best of Both Worlds 2’ était prévu avec Baby aka Birdman des Big Tymers. Qu’en est-il advenu? Nous n’en savons rien… Ensuite celà devait être une réédition du premier album du duo R Kelly & Jay-Z avec quelques inédits, et finalement non. ‘Unfinished Business‘ (le même titre que le 2e album des EPMD) est bien un tout nouvel album! Jay-Z a mis sa retraite anticipée en stand-by pour ressortir une suite à son aventure avec le chanteur r&b avec qui il s’est réconcilié après avoir l’abandonné à son sort avec des démêlés judiciaires. Un mini-coup de théâtre en quelques sortes… Enfin bon, c’était tout de même prévisible!

Lire la suite R Kelly & Jay-Z « 2004: Unfinished Business » @@@

R Kelly « Happy People/ U Saved Me » @@@@½


Pendant les cinq minutes que vont durer la lecture de cette chronique, faites abstraction du contexte juridique tournant autour de la personne de R Kelly. Ce n’est peut-être qu’une précaution mais il faut savoir que beaucoup d’auditeurs ont jeté tous ses albums à la poubelle depuis que le monde entier a découvert le scandale de ses amourettes avec des adolescentes.

Chronique originale publiée le 12 Novembre 2005 sur Rap2K.

Lire la suite R Kelly « Happy People/ U Saved Me » @@@@½

LL Cool J « The DEFinition » @@@½


Les Neptunes avaient permis à LL Cool J de recouvrer une seconde jeunesse sur 10, qui devait être soit-disant le dernier album de LL chez Def Jam. Mais le sort en a voulu autrement. Cela faisait vingt ans pratiquement que James T. Smith est resté fidèle au label historique. Vingt putain d’années ! Record de longévité pour un mariage artiste rap+label. Un chèque plus tard, il appose une nouvelle signature pour deux nouveaux disques (merci Kevin Lyle), avec ce onzième album à la clé : The DEFinition. Autant profiter de sa cure de jouvence pour faire appel à un autre super-producteur de pointe : Timbaland (Aaliyah, Missy Elliott, Jay-Z,…). C’était aussi l’album de deux promesses de la part d’oncle L. La première: arrêter de faire des ballades mielleuses. L’autre pour Timbo, qui s’était juré de produire intégralement des albums. Ce fut plus ou moins ça.

Lire la suite LL Cool J « The DEFinition » @@@½

Jay-Z « The Dynasty : Roc La Familia » @@@@½


Théoriquement,  Jay-Z était censé prendre sa retraite après sa trilogie Life. Mais c’était plus fort que lui, il a besoin du game et le game a besoin de lui. Avec de nouvelles chansons inscrites dans les méandres de ses neurones, il sort à l’automne 2000 son cinquième album ‘The Dynasty‘ sous-titrée ‘Roc La Famila‘, le Roc que Jayhovah sous son bandana noir signifie manuellement de ce signe triangulaire. Comprenez par là que ce LP n’est pas proprement dit un album ‘solo’ de Jay-Z, plutôt celui de son crew de Roc A Fella 2000 : Amil des Major Coins, Memphis Bleek, Beanie Siegel, Clue. Son entreprise ne connaissait pas la crise.

Lire la suite Jay-Z « The Dynasty : Roc La Familia » @@@@½

R Kelly « TP2.com » @@@@@


TP-2.com, ou comment user du titre de l’album à des fins marketing. Malin le R Kelly*. Nous sommes en l’an 2000 et l’Internet est devenu le média incontournable à l’aube de ce troisième millénaire, que ce grand monsieur du R&B enjambe avec cette suite de Twelve Play, le nom de son tout premier album solo paru en 1993.

Chronique originale écrite le 4 Juillet 2007.

*le site internet n’existe plus aujourd’hui.

Lire la suite R Kelly « TP2.com » @@@@@

R Kelly « R. » @@@@@


R, la 18e lettre, cela nous rappelle ce grand morceau de Rakim. R. c’est aussi le plus grand double album du rhythm & blues, si ce n’est le seul. R comme Robert, le prénom du grand R Kelly, le ‘R’ de R&B, celui qui à l’époque était propre de tout jugement, celui qu’on ne considérait que par son immense talent de chanteur/ auteur/ compositeur/ interprète. Au point que Micheal Jackson en personne lui avait demandé ses services pour la chanson « You Are Not Alone ». Et le grand Micheal Jordan pour les besoins de la bande originale de Space Jam, sur laquelle il a écrit ce grand classique « I Believe I Can Fly », orchestrant à merveille cette symphonie de violon et les chœurs gospel. R Kelly faisait partie de la cour des grands, côtoyant les personnalités les plus respectables et idolâtrées de la communauté afro-américaine, mais pas seulement : Hollywood le subventionne pour le troisième volet de Batman, avec la chanson « Gotham City », et il alla jusqu’à attirer les faveurs de Céline Dion pour un duo (pop), « I’m Your Angel ».

Lire la suite R Kelly « R. » @@@@@

Notorious BIG « Life After Death » @@@@½©


Branle-bas de combat chez Bad Boy en cette fin d’année 96, le label étant suspecté d’avoir prémédité le meurtre de 2Pac. Notorious B.I.G., engrené dans cette guerre Eastcoast/Westcoast, termine son double-album au titre et à la pochette prophétique, ‘Life After Death‘, dans une atmosphère extrêmement tendue. Contrarié et furieux après l’attaque personnelle de 2Pac et son « Hit’em Up« , Biggie va reprendre du poil de la bête. Ce second opus possède pourtant une ambiance moins ghetto et pesante que son premier classique ‘Ready To Die‘, elle est même plus rhythm’n blues et funky, très mainstream pour ainsi dire. Life After Death était né pour être un gros blockbuster. Cependant une odeur de mort y plane constamment car dans sa paranoïa, Biggie Smalls sait pertinemment que la faucheuse le suit de plus en plus près, sa vie était réellement menacée de mort à chaque instant. La photo de lui posant à coté d’un corbillard n’est que trop parlante.

Note : rétrospective remise à jour à l’occasion des 15 ans de la disparition de Biggie. Cet album a été certifié disque de diamant aux Etats-Unis et a gagné trois Grammy Awards dont celui du meilleur album de rap.

Lire la suite Notorious BIG « Life After Death » @@@@½©