Joe Budden « No Love Lost » @@½


Avec une carrière reboostée par la signature du super-groupe Slaughterhouse (dont il fait partie) chez Shady Records, Joe Budden avait toutes les cartes en main pour renouer avec le succès qui l’avait lâchement plaqué après le disque d’or de son premier album éponyme chez Def Jam en 2003. Bien que No Love Lost, son troisième…

The Alchemist « Russian Roulette » @@@½


The Alchemist est déjà de retour avec Russian Roulette, un projet qui se place dans la continuité de Vodka & Ayahuasca de Gangrene (le duo qu’il forme avec Oh No) sorti en ce début d’année 2012. Visiblement il en resté sur la partie ‘vodka’ de la chose avec ce délire russkoff. On voit bien également que travailler aux…

Cassidy « C.A.S.H. » @@@


La carrière de Cassidy aurait pu être super glorieuse, mais non. Trois albums en demi-teinte, aussi bien commercialement que point de vue feedbacks, des grosses unes aux effets néfastes (un long épisode juridique pour meurtre avec préméditation) et un très grave accident de la route (dont il en sortira miraculeusement vivant), pas tip-top pour espérer…

Slim Thug « Tha Thug Show » @@@


A mesure d’observations parfois anodines de ce qui se passe dans le rap game, j’ai fini par échafauder une drôle de théorie, selon laquelle les rappeurs qui rasent leurs dreads perdent en créativité. Comme tout processus scientifique, cette théorie demande une démonstration et un échantillon d’individus représentatifs. Pour l’instant, j’ai évalué deux exemples concrets :…

Alchemist « Chemical Warfare » @@@1/2


Avec 1st Infantry, Alchemist a gravi un échelon décisif dans sa carrière : en plus de produire pour des figures majeures de l’underground (Prodigy, Evidence, Pharoahe Monch…), sa réputation lui a permis de se connecter avec des rappeurs mainstream (comme Fat Joe, Snoop Dogg, Jadakiss ou Lil Wayne). En cinq ans, son style de prod a…