Archives du mot-clé Black Milk solo album

Black Milk « FEVER » @@@@


Black Milk s’était fait très discret après la sortie de If There’s a Hell Below fin 2014, si ce n’est les mini-projets collaboratifs The Rebellions Sessions et Sunday Outtakes avec Nat Turner qui ont reçu d’excellentes critiques. Le producteur-rappeur de Detroit a pris son temps, afin de concevoir de la nouvelle musique, ce qui a eu pour second effet Kiss Cool de nourrir une attente certaine à propos d’un futur album. Comme le futur c’est maintenant, on peut s’offrir un moment d’écoute de FEVER, sixième album solo où l’accent a été mis sur la soul.

Lire la suite Black Milk « FEVER » @@@@

Black Milk « If There’s a Hell below » @@@@


If There’s a Hell below (Computer Ugly/Fat Beats), sixième opus du rappeur/producteur Black Milk, est à quelques détails près la suite logique du chef d’oeuvre No Poison, No Paradise paru l’an dernier. Ces deux albums sont forcément reliés, par cette thématique du bien et du mal, le péché et la vertu, par le graphisme de la pochette aussi, et tant au niveau musical, entre tendances électronica eighties et psyché-rock prononcées mêlées à des instrumentations live et soulful.

Lire la suite Black Milk « If There’s a Hell below » @@@@

Black Milk « No Poison No Paradise » @@@@@


Dans la liste déjà conséquente des « meilleurs albums rap de l’année 2013 », veuillez noter celui-ci : Black Milk No Poison No Paradise (Computer Ugly/Fat Beats Records). Le rappeur/producteur de Detroit s’est fait très discret ces derniers temps, pour mieux rebondir avec un quatrième LP très travaillé et différent de ce qu’il a pu faire auparavant, de la pochette à la note de clavier.

Lire la suite Black Milk « No Poison No Paradise » @@@@@

Black Milk « Album of the Year » @@@@


Ce n’est peut-être pas l’album de l’année 2010 mais au minimum on peut parler de la sortie hip-hop de la rentrée, un album qui représente le fruit d’une année de travail de Black Milk. La moitié des BR Gunna avait produit parmi les meilleurs beats de 2008 avec la bombe Tronic, logique que l’on soit impatient d’entendre les douze nouveaux instrumentaux au calendrier de l’Album of the Year, paru chez Fat Beats Records (qui vient hélas de fermer cet été ses deux magasins à New York et L.A). Drums !

Lire la suite Black Milk « Album of the Year » @@@@

Black Milk « Tronic » @@@@½


Après avoir fait forte impression avec Popular Demand l’an dernier, en confirmant tout le bien que l’on pensait de lui en tant que nouvelle sensation de Detroit, Black Milk n’a cessé d’étendre son territoire des quartiers de Motor City (en produisant pour Guilty Simpson, Fat Ray et Elzhi) jusqu’au quartier général d’Aftermath. Et ce par le biais de sa mixtape associative Caltroit avec Bishop Lamont, le protégé de Dr Dre avec qui il est venu en tournée en Europe courant Octobre, laquelle a généré des échos qui se sont propagés comme des ondes de tremblement de terre dans l’underground du centre-nord à l’ouest des Etats-Unis.

Soutenu par toute sa ville et maintenant la Californie, Black Milk se lance dans une nouvelle étape de son évolution avec Tronic (Fat Beats Records), qui comme son titre l’indique dérive petit à petit vers des sonorités électroniques. Comme l’a fait J Dilla avant lui vers 2001/2002. Décidément la comparaison revient une fois de plus avec le défunt producteur dont il assume la succession, bien que leur style de prod n’ont rien à voir. Prêts pour un électrochoc ?

Lire la suite Black Milk « Tronic » @@@@½

Black Milk « Popular Demand » @@@@


Pur produit de la scène hip-hop de Detroit, Black Milk a obtenu une notoriété conséquente au fil de ses rapports avec les Slum Village et les divers autres MCs de Motor City qui lui a valu d’être considéré comme le successeur émérite de J Dilla. Évoluant depuis 2005 au sein des BR Gunna, qu’il forme avec Young RJ, ce jeune talent de la MPC et MC pendant ses heures sup’ se révèle localement en solo sur la mixtape Sounds of the City vol.1 et sur l’album éponyme des Slum V. Il signe ensuite en 2006 chez le petit indépendant Fat Beats, où il sort à l’automne son EP Broken Wax qui fera bien parler de lui. Son nom commence à circuler dans le milieu, au point qu’il devient sollicité par des acteurs majeurs de la scène rap tels que Lloyd Banks et Pharoahe Monch pour ne citer qu’eux. Ce premier LP Popular Demand est – comme son nom l’indique – l’œuvre de l’offre et de la demande de ses supporters qui ne lui demandaient qu’à montrer l’étendu de ses capacités. Prometteur. 

Lire la suite Black Milk « Popular Demand » @@@@