Prophets of Rage (éponyme) @@@


Que font d’après vous des anciennes gloires du rap pour s’occuper et faire parler d’eux après trente ans de carrière? He ben un super-groupe de fusion rap/rock pardi ! Après un premier EP The Party’s Over en 2016 pour se déboucher les oreilles, les vieux routiers Chuck D des Public Enemy, B-Real des Cypress Hill et quelques musiciens des Rage Against the Machine unissent leurs forces tel les Expendables sur ce projet éponyme Prophets of Rage, histoire de remettre un peu d’action.

D’entrée, le ton est donnée : il va y avoir des bourrasques de vent et des moments tonitruants. En plus ça commence avec un jeu de mot en plus, « Radical Eyes« . Chuck D et B-Real, tels l’est et l’ouest réunis sous une même bannière, scandent haut et fort tel des porte-voix du peuple d’en bas leurs positions politiques vigoureusement et fermement, sans ambiguïté aucune (« Legalize Me« ) comme s’ils avaient encore vingt ans. Ils sont restés restés les mêmes qu’il y a un quart de siècle. Vu les musiciens impliqués (dont Tom Morello), les sonorités typiques sont sensiblement proches des RATM (comme par exemple sur « Living in the 110« ), ce qui n’est pas une surprise dans le fond (et dans la forme). Justement, les Prophets of Rage retombent vite dans des schémas, des sonorités et des messages qui appartiennent au siècle précédent, comme ces films d’action qui cartonnaient dans les nineties et qui réapparaissent de nos jours avec son lot de désuétude. « Take Me Higher » avec ses riffs funky et les flows/lyrics très old school ne mentent pas :

« I been one for years
I’m never in fear
Standin’ up with my peers
Making these tears, rain down like a monsoon
Listen to the streets go boom
Explosion (the motion)
Fight the power and
Over the fucking injustice I’m towerin’
Bets no props
When I drops these lyrics that’ll make you sing « fuck the cops! » »

Alors, nouveauté, oui et non, cet album est un mini-coup de tonnerre sans vouloir minimiser. Pour rien arranger, l’album est plutôt court, composé de onze chansons (le skit est soustrait du décompte) dont une petite moitié s’oublie trop facilement. Ça fait plaisir, ça fait du bruit, pas pour rien, mais pas suffisamment pour casser la baraque. Comme pour les Expendables en fait. On se remémore ces bon vieux films d’action, on sourit en revoyant ces anciennes stars reprendre du service pour quelques cascades et des distributions de baffes, cependant le sentiment de déjà-vu reprend le dessus d’où une certaine lassitude qui revient au galop, et l’énergie que déploient nos artistes ne masque pas les rides. Les voir en concert en revanche, je dirai pas non.

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s