Dizzy Wright « The Growing Process » @@@@


C’est vraiment par curiosité que je me suis penché sur le cas Dizzy Wright, voyant pas mal d’articles vanter ses talents. Il fait partie de ces rappeurs de la nouvelle vague qui est arrivée en même temps que les Kendrick Lamar et qui fait sa musique comme il le sent en indépendant, puisqu’il est signé sur le label du psychopathe Hopsin, Funk Volume. Aujourd’hui âgé de 24 ans, il signe un album soigné,  réfléchi, et qui porte bien son nom : The Growing Process.

Une question qui se pose avant toute chose : de quel côté se situe-t-il? Pas simple de répondre tellement Dizzy brouille les pistes. Il a grandi dans le Michigan, transité entre la Géorgie et Vegas, la Californie… et la boussole s’affole avec le choix de ses instrumentaux très actuels  South/Midwest/West. On retrouve des morceaux mélancoliques et calmes comme « God Bless America » avec les apparitions remarquées de Big K.R.I.T. et Tech N9ne et le single « Daddy Daugther Relationship » pour parler des rapports à l’alcool. Les morceaux avec Krayzie Bone et Layzie Bone (séparément) sont dans cette veine également (respectivement « Don’t Ever Forget » et « Regardless« ). D’une nature éclectique, Dizzy a opté pour du blues/rock live sur « Good Vibes », avec quelques parties de scratches, de plus en plus rares sur les disques qui passent ces années-ci. La moralité est celle-ci : ça reste hip-hop. D’autres titres procurent de très bonnes vibrations comme « False Reality » pour son ambiance jazz nocturne,  « I Can Tell You Needed It » et l’atmosphérique « Can I Feel This You » dont l’unique but est de nous faire sentir bien (et ça marche).

Assez parlé de la forme, discutons du fond, parce qu’il y a beaucoup de profondeur dans les propos de Dizzy Wright. C’est une personne qui prend beaucoup de recul par rapport à ce qu’il vit et ce qu’il voit au point de pondre ce brillant « Train Your Mind » qui tombe à pic dans cette période de répression à l’encontre de la communauté afro-américain où les artistes rappeurs libèrent leur parole. Dizzy est une personne entière qui livre le fond de sa pensée avec énormément de facilité puisque son flow soutenu maintient toute notre attention et ne s’égare jamais, même lorsqu’il partage l’affiche avec ses potes sur « Explain Yourself » avec Hopsin et SwizZz entre autre. Après, on ne peut pas échapper aux sujets classiques comme l’argent (« Floyd Mayweather Money« , prétexte pour utiliser un instru trap) et la weed (« Smoke You Out« ) même s’il est plus question de jouer les gros bras. Peu importe, ce gars-là est très solide, il avancera loin en espérant qu’il aura gagné des rap-listeners une fois achevé son processus de maturation.

 

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.