Sa-Ra « Nuclear Evolution : The Age Of Love » @@@@@


Il s’est passé deux ans depuis l’atterrissage de l’OVNI Hollywood Recordings, un album unique en son genre qui fut pour moi une révélation (lire la chronique). Rien n’est plus vraiment pareil dans ma perception musicale des choses désormais. Les Sa-Ra Creative Partners représentent pour moi les figures indépendantes de l’innovation suprême en matière de musique urbaine haute-couture. Autant d’originalités qui rendent leur musique universelle et avant-gardiste et qui rejaillit sur l’aspect extérieur de ces dandys, arborant le look gentiment excentrique que l’on a pu observer pendant les Fashion Week à Paris quand ils accompagnaient Kanye West faire sa pub pour ses sneakers Louis Vuitton.
A l’arrivée de leur nouvelle collection 2009/2010 (à prendre à l’échelle de temps galactique bien entendu), je me suis empressé de commander Nuclear Evolution : The Age of Love sur Amazon, le temps qu’il arrive dans ma boîte aux lettres. L’intitulé peut paraître paradoxal en cette période où l’écologie et la mode du bio s’installent dans nos mentalités, c’est sans évoquer l’aspect cosmique de leur musique qui fait fi de la crise et du moral en berne. Cette nouvelle œuvre des Sa-Ra, publiée chez Ubiquity, redonne couleur, exotisme et gaieté comme en saison d’amour. Dépaysement et sensations fortes garanties.

Dès les premières secondes, on quitte le monde réel, en train de chercher la lumière en pleine dépression. Le vent froid disparaît comme par enchantement, la brume se dissipe laissant entrevoir leur univers space et paradisiaque dont on peut croquer leurs fruits juteux et gouteux à pleines dents. Il y a comme un charme latino sur ce « Space Fruit » avec Debi Nova, un titre chaleureux et tropical également chanté en espagnol, et dont certains ont pu en écouter les prémices le temps d’un interlude sur Eardrum de Talib Kweli. Il n’y a qu’à fermer les yeux pour se croire dans un lieu de vacances surnaturel et luxuriant. Erykah Badu marche dans le monde des SRCP telle une reine de beauté, et baduistes qu’ils sont, les Sa-Ra en font leur idôle sur « Dirty Beauty » pour personnifier les vices. L’instrumental à mélodie électronique s’inscrit dans la continuité de leur collaboration sur Nu AmErykah pt 1, à la différence près que la vibe est ici magnifiquement maussade.

Impossible de décrire les beats de cet opus, ils sont pour le moins très avant-gardistes voire inconnus. On pourrait y trouver des influences de Detroit, Stones Throw, du Outkast, du Platinum Pied Pipers en plus californien et exhubérant… En plus, je doute que l’on puisse faire la comparaison avec Hollywood Recordings, parce que Nuclear Evolution n’est pas une suite mais une maturation de leur style, plus riche et imprévisible, avec plus d’éléments organiques (cuivres, etc…). Cette distinction rend leurs deux disques encore plus uniques l’un par rapport à l’autre. Leur musique reste pourtant la même, un genre de fusion entre du p-funk muté à l’électro et du néosoul-hop extravagant, c’est la base de leur recette. Avec cette vision futuriste vue des années 80. Autre caractéristique qui sépare Nuclear Love de leur premier bébé, c’est la présence de parties uniquement instrumentales (« Souls Brothers » et l’up-tempo disco-lounge « Move Your Ass« ).

Et du son, ils en fabriquent à leur image et changent d’orbites comme ils le veulent. Des créateurs ce sont (voilà que j’opte pour les formules syntaxiques de maître Yoda). Ils sont capables aussi bien de nous transporter dans des poursuites surréalistes (« Traffika« ) que de nous faire transcender avec « Love Czars« , sept minutes pour transformer notre esprit en volute psychédélique. Et la chanson qui suit, « Gemini’s Rising » avec la fameuse Rozzi Daime nous fait franchir la barre de l’hyper-espace pour atteindre des constellations jamais atteintes par l’homme, sur le chemin des nébuleuses du désir féminin. Les lois de la pesanteur sont chamboulées par moment, comme sur « I Swear« . Notre corps se retrouve entre ciel, grâce à la voix enchanteuse de Noni Lomar et la candeur de l’air, et terre, avec les caisses brutales inspirées du trip hop. « Love Today » rappelle un peu le final « Hollywood » du précédent album. Même « Bitch Baby« , le morceau le plus ‘ordinaire’ du CD n’a rien de conventionnel vis-à-vis des codes de la musique actuelle. Fantasques, sensuels et sans pudeur (la parade nuptiale « Can I Get You Hi » provoquera quelques sueurs et roucoulements), les trois comparses savent faire preuve de douceur avec « My Star« , ballade amoureuse la tête dans les étoiles de la Voie Lactée au volant d’une Cadillac volante en compagnie d’Erika Rose. Entre le rêve et la musique, il n’y a pas de barrières avec eux.

Les rares personnes qui ont pu écouter Mind Of An Afro-american Angel du funky méditérannéen Aqeel (que je recommande chaudement) ont reconnu l’instru « The Bone Song« . Les Sa-Ra défient notre imagination au point de nous prendre à contrepied : on aurait pu anticiper sur le fait que leur dernier morceau, « Cosmic Ball« , soit un vrai festival, il s’agit en réalité de pur jazz, revu par le trio de partenaires créatifs, dont on voudrait qu’il s’éternise pendant des années-lumières. Question de maturité.

Les Sa-Ra n’ont plus de limites à leurs frontières. C’est dans ces instants-là que l’on se rappelle que nous somme des êtres créés à partir de poussières d’étoiles. Et vous croyez vraiment qu’ils en ont fini là? Comme pour la Lune à la Terre, Nuclear Evolution est accompagné d’un CD satellite contenant leur excellent single « Death of a Star (Supernova) ». Très inspiré de la musique des eighties (funk, rock, new wave, synthpop…), cette chanson aux influences venant d’un Prince ‘commercial’ est la bombe à neutron de cet album. Tous les éléments s’enchaînent comme il faut avec entrain, ryhtme et groove, et quand on se demande s’il faudrait une guitare électrique, un solo fait place comme pour réaliser cette envie. Autre morceau intéressant de ce CD (mais que j’aime le moins), « Double Dutch (Coco Pop) », où l’autotune fait son incursion. Avec trois autres instrumentaux et le « Just Like a Baby » nu-old-fashioned, on est gâté.

Ne me demandez pas mon sentiment sur cette seconde épopée avec les Sa-Ra, je ne risque pas d’en revenir avant de longues révolutions.

6 réflexions sur “ Sa-Ra « Nuclear Evolution : The Age Of Love » @@@@@ ”

  1. Attention album hip hop,jazz,soul,electro,funk comme on en fais plus.Ca ressemble beaucoup a du Funkadelic/Parliament (20-25ans plus tard bien sur).Difficile d’écouter un autre CD apres un tel ovni.

    J'aime

  2. Je l’ai écouté mais rien ne m’a réellement marqué. Plutot étrange car le premier volet m’avait beaucoup plu. D’ailleurs je me le repasse assez souvent. Or sur cet opus là, je n’ai pas été captivé par l’univers. Tant pis. Je réécouterais peut etre à l’occas’.

    J'aime

  3. j’aime beaucoup la chronique (Y)
    A ma grande surprise, j’ai vraiment aimé l’album. Il nous transporte loin, je ne sais où et on aimerai bien y rester.

    J'aime

  4. c’est vrai qu’a la première écoute , c’est assez déroutant , mais au fur a mesure des écoutes , je commence à l’apprécier a sa juste valeur , c’est un véritable ovni musical , pourtant les précédents skeuds de Sa-Ra j’avais aimé sans plus , je m’attendais pas a une telle claque de celui ci , je le range juste au coté de Deltron 3000 dans la catégorie d’Ovni

    J'aime

  5. Il n’y a pas longtemps que j’ai l’album mais même si la première écoute reste mitigé du fait que HR tourne encore sur mon ipod de temps a autres je reste cependant confiant il y a déja quelque titres qui se détachent. Mais comme pour HR qui était loin d’être parfait je trouve que NE ne peut décemment pas obtenir une note maximale !

    J'aime

  6. haaaaaaaaaa! Album de malade !!! J’étais en train de préparer ma chro moi aussi et je m’apprêtais à lui mettre 5 disques ou @@@@@ selon ton critère de notation. Quelle expérience musicale, c’est inter galactique, intemporel, funk, groove. Il n’y a pas assez de qualificatifs pour décrire cet OVNI. Perso je suis sous le charme.
    Good Review, on sent que t’as aimé ça fait plaisir !

    J'aime

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s