Archives du mot-clé Taz Arnold

GoldLink « At What Cost » @@@@


On se doutait bien qu’avec ses très beaux coups d’essais The Gold Complex et After That, We Didn’t Talk (édité par Soulection) que GoldLink allait percer. Avec At What Cost, son premier album en major (Sony), le rappeur de Washington et nouvel artiste préféré de Rick Rubin met plus concrètement un pied dans l’univers physique de l’industrie du disque.

Lire la suite GoldLink « At What Cost » @@@@

Kendrick Lamar « To Pimp a Butterfly » @@@@@


Aout 2013, le couplet de Kendrick Lamar sur « Control » de Big Sean crée un énorme séisme qui a secoué tout le rap américain comme cela n’est pas arrivé depuis très longtemps. Son but : devenir le numéro 1, en se couronnant lui-même Roi de la Côte Est. Culotté, sans parler du name-dropping, suscitant des réactions de toute part. Et après, « que de la gueule » ? Détrompez-vous, To Pimp a Butterfly est l’oeuvre d’un artiste qui a les épaules d’un leader-né, une oeuvre plus Noire qu’il n’y parait. Il n’y a qu’à regarder la pochette renversante de l’album pour le comprendre.

Lire la suite sur Now Playing Mag

Sa-Ra « Nuclear Evolution : The Age Of Love » @@@@@


Il s’est passé deux ans depuis l’atterrissage de l’OVNI Hollywood Recordings, un album unique en son genre qui fut pour moi une révélation (lire la chronique). Rien n’est plus vraiment pareil dans ma perception musicale des choses désormais. Les Sa-Ra Creative Partners représentent pour moi les figures indépendantes de l’innovation suprême en matière de musique urbaine haute-couture. Autant d’originalités qui rendent leur musique universelle et avant-gardiste et qui rejaillit sur l’aspect extérieur de ces dandys, arborant le look gentiment excentrique que l’on a pu observer pendant les Fashion Week à Paris quand ils accompagnaient Kanye West faire sa pub pour ses sneakers Louis Vuitton.
A l’arrivée de leur nouvelle collection 2009/2010 (à prendre à l’échelle de temps galactique bien entendu), je me suis empressé de commander Nuclear Evolution : The Age of Love sur Amazon, le temps qu’il arrive dans ma boîte aux lettres. L’intitulé peut paraître paradoxal en cette période où l’écologie et la mode du bio s’installent dans nos mentalités, c’est sans évoquer l’aspect cosmique de leur musique qui fait fi de la crise et du moral en berne. Cette nouvelle œuvre des Sa-Ra, publiée chez Ubiquity, redonne couleur, exotisme et gaieté comme en saison d’amour. Dépaysement et sensations fortes garanties.

Lire la suite Sa-Ra « Nuclear Evolution : The Age Of Love » @@@@@

Sa-Ra « The Hollywood Recordings » @@@@½


Les Sa-Ra Creative Partners, c’est une formation californienne composée de Om’Mas Keith, Shafiq Husayn et Taz Arnold, tous trois musiciens/producteurs/interprètes géniaux qui ne font rien comme personne dans la Voie Lactée. Ces hipsters en puissance au look rococo ultra-classos ont été pour moi ZE sensécheune de l’année 2007 avec leur premier LP Hollywood Recordings chez Babygrande. Peu de gens ont entendu parler de ces extra-terrestres hip-hop qui ont l’air d’avoir débarqué du XVIIe siècle avant que Kanye West les signe sur G.O.O.D Music. Hélas ou tant mieux, Sony-BMG absorbe le label de Kanye et les Sa-Ra redeviennent indépendants.

Comment décrire cet OVNI… Une rencontre entre George Clinton et Jay Dee répartie en trois entités, un Hip Hop d’un genre nouveau qui touille funkadelic et Soul psychélique avec cette attitude anti-conformiste que l’on retrouve chez les Outkast, et bien sûr cette touche très spécifique des Sa-Ra, que ce soit au niveau des chants ou des sonorités « electro-kitschic ».

Lire la suite Sa-Ra « The Hollywood Recordings » @@@@½