Prodigy*Big Twins*Un Pacino « Product of the 80s » @@@1/2


Ça pour une surprise, un nouvel album de Prodigy ! alors qu’il est en train de croupir dans sa geôle à l’heure qu’il est. Enfin, quand je dis album, ce serait plutôt un « presqu’album-en-commun » entre lui et ses compagnons d’infortune Big Twins (des Infamous Mobb) et Un Pacino. Product of the 80s est produit en majorité par les Sid Roams, garants d’une atmosphère purement et durement Queensbridge, secondé par Jake One et Sebb. Vu la situation, on peut s’imaginer tout de suite de toute évidence qu’il n’a pas enregistré cet album en prison (à moins d’avoir emménagé un studio dans sa cellule), mais parallèlement à HNIC 2 (lire la chronique). C’est peut-être pour cette raison que cet album fait jeu égal, limite un peu mieux que son semi-décevant prédécesseur. Si ce n’est pas une surprise ça… 

Comme le confère la thématique de l’album, certaines sonorités et thèmes sont tout droit issues (ou inspirées du moins) des années 80 (claviers, beats, etc…), par exemple « Stop Stressin’ », « In The Smash » ou « Catch Body Music » qui débute par une musique de jeu vidéo de console 8-bit. C’est la mode des 80s qui revient au triple galop en ce moment, impossible d’en échapper, même la pochette très ‘américaine’ mêle tout ce qui réfère à ces années-là. P est le dénominateur commun de Product of the 80s, toujours avec son flow anémié et empestant la misère des projects du Queens, lancé sur des sujets et des histoires glauques (un euphémisme) qu’il a connu durant son enfance, les années Reagan, la montée de la violence, l’arrivée du fléau qu’est la drogue, etc… En somme, tous les facteurs et domaines d’influences de leur enfer juvénile qui ont fait ce qu’ils sont devenus maintenant : des criminels du mic. On le sent très impliqué, Prodigy, dans ce projet que personne n’attendait, relevant son écriture pour parler de « Sex, Drugs & Murder » avec Un Pacino et Big Twins réunis ensemble, également sur le titre qui précède, « Damn Daddy ». Si Prodigy s’affranchit de titres en solo relativement bons (comme « Stop Stressin’ », la question existentielle « Am I Crazy ? », « Waddup Gz », « Test Tube Babies »), Big Twins a.k.a. Twin Gambino et Un Pacino ne font que de l’assistanat. Mais leurs renforts ne sont jamais vains, « Boxcutters » ou alors « Anytime » prouvent qu’ils méritent leur place aux côtés de Prodigy. 

Ce n’est pas un disque qui fera date dans les recoins sombres du Queens, mais qui pourra être considéré comme culte les années à venir, à condition que Product of the 80s vieillisse bien. Réservé à tous les inconditionnels des M.O.B.B.. 

Une réflexion sur « Prodigy*Big Twins*Un Pacino « Product of the 80s » @@@1/2 »

  1. En fait c’est la version hip hop de « Zo & Tigallo – Love The 80’s »!!!
    Sinon écouté vite fait a la fnac c’était plutot pas mal , je vais surement le download vu la note que tu lui donne!!

    J'aime

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s