Archives du mot-clé Pusha T discography

Pusha T « DAYTONA » @@@@½


Cet opus devait s’appeler King Push et sortir en Juin 2016. Finalement ce sera le 25 Mai 2018 et il s’intitule Daytona. Durant ce laps de temps, Pusha T ne s’était pas du tout tourné les pouces. En Septembre 2017, la moitié des Clipse déclarait que ce troisième album a été enregistré trois fois, trois fois, la faute à un Kanye West constamment insatisfait, la marque des perfectionnistes hein. Une dizaine à une douzaine de morceaux étaient prévus, avec divers producteurs aux commandes, et crac, du jour au lendemain, on efface et on recommence tout. Quelques jours et nuits de travail plus tard, et pas mal d’aléas indépendants de la volonté du rappeur, le nombre de titres s’est réduit à sept, tous produits par l’inénarrable Kanye.

Lire la suite Pusha T « DAYTONA » @@@@½

Pusha T « Darkest Before Dawn: The Prelude » @@@@


D’un duo de frangins produit par les Neptunes qui a lancé le coke rap depuis leur bourgade de Virginia Beach dans les années 2000, Pusha T est devenu fin 2015 le P.D-G. de G.O.O.D. Music, le label fondé par Kanye West, celui qui l’a recueilli en 2011 dans son catalogue d’artistes. De dealer à boss de label de musique, comme un certain Jay-Z.

Lire la suite Pusha T « Darkest Before Dawn: The Prelude » @@@@

Pusha T « My Name is My Name » @@@½


Après Malice cet été, au tour du cadet des Thornton, Terence alias Pusha T de dégainer avec le My Name is My Name (G.O.O.D. Music/ Def Jam), un des disques les plus anticipés de l’année 2013. Après avoir livré plusieurs paquets de coke dans la street (les mixtapes Fear Of God, Wrath of Cocaine…), un EP qui a mis le feu aux poudres (surtout les blanches) et de multiples apparitions ça et là en featuring, la vraie rencontre avec le dealer a enfin lieu, avec cette légère crainte qu’inspire les hommes imposant le respect. Yurk!

Lire la suite Pusha T « My Name is My Name » @@@½

Pusha T « Fear of God II: Let Us Pray » [EP] @@@½


Pusha T part enfin dans une campagne solo après avoir marqué une décennie toute entière avec les Clipse et leur crack music cuisinée par les Neptunes. Une étape nouvelle significative s’est amorcée dans la vie de ce rappeur qui a conjointement signé chez G.O.O.D. Music et Def Jam Recordings, avec pour débuter une apparition sur le single « Runaway » de Kanye West. Fort du succès de sa mixtape Fear Of God lancée l’été dernier, Pusha a réédité son contenu sous un format EP chez Decon Records, vendu avec un supplément.

Lire la suite Pusha T « Fear of God II: Let Us Pray » [EP] @@@½

The Clipse « Til’ The Casket Drops » @@@@


C’est Décembre, le temps hivernal est propice au retour des snowmen Malice et Pusha T. Les deux frangins galériens de Virginia Beach nous ont concocté de la poudre en sachet avec un changement de taille dans leur composition. La recette n’est plus la même, c’est une première pour les Clipse : les Neptunes ne sont plus responsables de la production toute entière de la nouvelle came des frères Thornton, elle est maintenant partagée avec Sean C & LV (ex-Hitmen) et DJ Khalil & Chin. Et ce n’est pas le seul risque entrepris sur ‘Til The Casket Drops. Aux consommateurs de juger de cette troisième livraison.

Lire la suite The Clipse « Til’ The Casket Drops » @@@@

Clipse « Hell Hath No Fury » @@@@@


Clipse ou l’histoire d’un groupe qui n’a pas marché sur la crotte du bon pied. Annoncé depuis Février 2004, Hell Hath No Fury (Re-Up Gang Records/Star Trak/Jive) aurait pu finir dans un fond de tiroir, tout comme le tout premier essai en 2001. ‘Non, pas une deuxième fois’ s’était-on dit. Mais les deux frérots sont malins, en sortant leur ligne de mixtapes We Got It For Cheap pour garder contact avec leurs fans hardcores et faire patienter. Il aura donc fallu deux ans de négociations tendues avec leur maison de disque pour que leur second opus puisse enfin voir le jour, et le lot de spéculations habituelles avec la brûlante question récurrente : y aura-t-il d’autres noms à la réalisation autre que Pharrell et Chad ? Et bien que nenni, Hell Hath No Fury, c’est un pur produit non-formaté et non-coupé 100% Neptunes. Alors, chaud les marrons car cet Hiver, ce sont les Clipse qui vont faire tomber de la poudreuse.

La formule reste la même que précédemment : Pusha T et Malice parlent de temps en temps de coke dans leurs textes. Et de temps à autre, ils parlent aussi de coke, sans oublier quelques allusions à la coke par diverses ellipses et métaphores. Cela ne leur a pas empêché en tout cas de taper modestement dans le XXL, la note maximale du magasine US du même nom, avec ce format court complété par douze grosses bombonnes de gaz. Hell Hath No Fury commence naturellement par l’hymne du Re-Up Gang, « We Got It For Cheap » et son bon gros orgue qui te souhaite la bienvenue dans leur univers, tout en balançant quelques piques malfaisantes. En bons dealers de son rap made in Virginia, les Clipse rappent comme des crève-la-faim avec leur « cocaïne flows » respectifs dès les présentations. Et nous en tant que futurs ou fidèles consommateurs, on ne demande qu’à goûter leur nouvelle came sans plus attendre.

Lire la suite Clipse « Hell Hath No Fury » @@@@@

Clipse « Lord Willin' » @@@@½


Voici l’un des duos de rappeur les plus authentiques de ce début de millénaire : les Clipse. Pourtant, au départ, aucun paramètre n’avantageait ces deux frangins natifs du Bronx pour sortir un jour un néoclassique Hip Hop : ils viennent de Virginia Beach, un bled à mi-chemin entre la Eastcoast et le Sud (casse-tête pour étiqueter entre Dirty South et Eastcoast), fréquentent des amis nerds comme Pharrell Williams et Chad Hugo, et leur signature sur Elektra a fait chou blanc. Flashback. 1999, Pusha T (anciennement sous le nom de Terrar) et Malice, premières signatures sur Star Trak (le label des Neptunes), font des apparitions sur les albums de Kelis et N.E.R.D., sortant dans la foulée le maxi The Funerals pour amplifier leur buzz. Un titre bien prémonitoire pour un album mort-né, trouvable uniquement sur Internet sous le nom de Exclusive Audio Footage. Joli gâchis. Déboires durant leur jeunesse et poissards dans les méandres de l’industrie musicale.

Lire la suite Clipse « Lord Willin’ » @@@@½