Archives du mot-clé Damon Albarn

Gorillaz « Humanz » @@@½


Le 12 Octobre 2015, Jamie Hewlett, illustre illustrateur anglais, annonçait travailler sur l’arrivée prochaine d’un quatrième album studio des Gorillaz pour le courant de l’année suivante, et naturellement, tout le monde a accueilli avec bonheur la nouvelle
comme l’arrivée d’un heureux événement. Bon, les aléas ont fait que la gestation a pris un peu plus de temps que prévu néanmoins il n’a pas été trop tard. Et en cette période morose et désespérante, voire dramatique et douloureuse, un nouvel opus d’un des groupes les plus appréciés de la galaxie pouvait apporter de la couleur, de l’espoir et de la joie dans nos existences désenchantées.

Printemps 2017, Humanz est disponible sur
Terre, malheureusement il ne ménage pas notre frustration.

Lire la chronique dans son intégralité sur Another Whisky For Mister Bukowski →

« and the ANONYMOUS NOBODY » by De La Soul @@@@


Et ils sont toujours là… Bientôt trente ans après leur formation, les De La Soul ne sont pas morts, pas encore ! La venue du huitième opus, le premier en douze ans(!), de notre groupe hip-hop préféré de Long Island tient du petit miracle. Tout a commencé lors d’une campagne de crowdfunding via la plateforme Kickstarter pour enregistrer un disque, avec un budget fixé à 110 000$. L’engouement a été tel qu’ils ont récolté une somme incroyable de plus de 600 000$… Bien plus que lorsqu’ils avaient un deal ! C’est dire la cote de popularité inaltérable des De La Soul et l’immense sympathie qu’ils inspirent depuis toujours. C’est reparti pour une nouvelle aventure.

Lire la suite « and the ANONYMOUS NOBODY » by De La Soul @@@@

Deltron 3030 « Event II » @@@@


Au crépuscule du second millénaire s’est déroulé un curieux événement. Ce qui ne devait être que l’opus conceptuel d’un super-groupe hip-hop s’est transformé en une oeuvre devenue culte : Event de Deltron 3030. Treize années plus tard, Del, Dan et Kid Koala sont de retour.

Lire la suite sur Now Playing Mag →

Lire la suite Deltron 3030 « Event II » @@@@

JJ Doom (Jneiro Jarel x MF Doom) « Keys to the Kuffs » @@@@


Combiner deux rappeurs/beatmakers parmi les plus emblématiques et mystérieux du hip-hop indépendant, ce n’est pas toutes les éclipses solaires que ça arrive. Un événement de ce genre a pourtant bien eu lieu très récemment, le rapprochement de deux exoplanètes rap issues d’un système très éloigné du mainstream, celles où résident Jneiro Jarel et MF Doom, fusionnant ensemble en une entité baptisée JJ Doom.

Lire la chronique sur Now Playing →

Snoop Dogg « Doggumentary » @@@½


Après l’amère déception de Malice N Wonderland, je n’attendais rien de spécial de la part de Snoop avec the Doggumentary. Je m’étais mis dans la tête que seul sans producteur derrière lui pour le diriger, il était incapable de mener un projet sans s’éparpiller dans tous les sens. Et quand j’ai entendu le single « Wet », douloureuse tentative de travestissement eurodance (commandée par le Prince William pour son mariage) et sa participation sur le single de Katy Perry, j’ai campé sur ma position au point de ne pas jeter une oreille sur les extraits qu’il mettait en ligne à l’occasion de son opération #passpasstuesday. Jusqu’à ce que j’écoute ce 11e album du Bigg Snoop Dogg, plus westcoast qu’espéré. Je retire – en partie – ce que j’ai pu dire.

Lire la suite Snoop Dogg « Doggumentary » @@@½

Gorillaz « The Fall » @@@½


À Noël, Gorillaz offrait en cadeau à son fanclub The Fall en téléchargement gratuit. Ce projet a été enregistré durant le Plastic Beach Tour aux Etats-Unis durant l’Automne… grâce à un iPad, la fameuse tablette tactile d’Apple. Comme quoi il suffit d’un outil technologique ultra-polyvalent, d’un peu de créativité, de moments de répit et d’une once de génie pour créer un curieux album, maintenant disponible dans le commerce en format physique. Merci Damon Albarn, merci Parlophone… et merci Steve Jobs.

Lire la suite Gorillaz « The Fall » @@@½

Gorillaz « Plastic Beach » @@@@½


Rendez-vous inloupable avec l’une des formations les plus informatables du troisième millénaire : les Gorillaz. Plus qu’un simple side-project du leader des Blur, ce groupe génialissime a, en deux albums et une multitude de singles inoubliables, marqué cette décennie, qu’il achève avec ce Plastic Beach. Et ils reviennent de très loin, nos quatre personnages cartoonesques emmenés par l’alter-ego de Damon Albarn ont navigué vers des océans inexplorés en quête de découvertes.

Lire la suite Gorillaz « Plastic Beach » @@@@½

Gorillaz « D-Sides » @@@1/2


À première vue, rien ne permet de comprendre pourquoi ce recueil de chutes de studio et autres faces B porte le nom de D-Sides, à moins d’avoir un esprit logique. Le G-Sides était réservé au complément de leur album éponyme Gorillaz, titre qui commence par un G, par conséquent avec Demon Days, je vous laisse faire le lien, si perspicace vous êtes. Dans ce package double-CD se trouvent des morceaux totalement inédits, des maquettes de studio et instrumentaux laissés de côtés, en plus de posséder de série une roue de secours contenant neuf remixes exclusifs. Reste à savoir si le chargement est à la hauteur de l’emballage. 

 

Lire la suite Gorillaz « D-Sides » @@@1/2

Gorillaz « Demon Days » @@@@@


Tout à commencé avec ce clip cartoonesque et désormais indémodable nommé « Eastwood » au début des années 2000. Après six millions d’albums éponymes vendus dans le monde, le side-project de Damon Albarn, leader du groupe culte de rock Blur, sort le 2e acte le 11 Mai 2005. Le chanteur anglais prenant l’alias 2-D s’est reformé avec sa clique de Gorillaz, à savoir Noodle, Murdoc et Russel pour ‘Demon Days’, cette fois produit et mixé par ce génie de Danger Mouse (le Gray Album de Jay-Z, Dangerdoom avec MF Doom, Gnarls Barkley…).

Lire la suite Gorillaz « Demon Days » @@@@@