Archives du mot-clé Charlemagne

Cam’Ron « Killa Season » @@@


Fâché des maigres score de vente de ‘Purple Haze’ (pourtant disque d’or) et de la promotion un peu marinée depuis que Roc A Fella a splitté chez Def Jam l’année dernière, Cam’Ron n’était pas content: il a claqué la porte au nez de Dame Dash, fait un bras d’honneur à Jay-Z et s’est tiré aussi sec trouver asile sur Asylum Records (filiale de Warner). Il en a même oublié Juelz Santana chez Def Jam. Après une brève apparition sur la mixtape ‘More Than Music Vol.1’, le leader des Diplomats a bien fait savoir ses ressentiments envers son ancien patron du ROC, avec des vieilles attaques et diss-tracks (dont « Wet Wipes » produit par The Alchemist) à vocation pûrement lucrative. Entre nous, il fallait s’y attendre depuis le temps.

Mais les spots ne sont pas braqués sur lui, du moins pas autant qu’il ne l’espérait, d’autant plus que Jayhova n’est pas entré dans son jeu. Il faut savoir que maintenant les beefs commencent à ne plus faire vraiment recette et Cam’Ron a accusé le contre-coup. En addition, les rumeurs de mésententes au sein des Dipset n’arrangent pas vraiment les choses en sa faveur depuis que les artistes en violet sont un peu éparpillés sur différents labels maintenant. Voilà un peu le contexte de la sortie presqu’anonyme, en France du moins, de ‘Killa Season’, le 5e album de Cam.

Lire la suite Cam’Ron « Killa Season » @@@

Cam’Ron « Purple Haze » @@@


Bonjour les chéris, bienvenue dans le monde de la panthère rose de Harlem ‘Purple Haze‘! :) Fini d’attendre ce 2e disque de Cam’Ron estampillé Roc A Fella, repoussé moult fois pour cause de bootleging.

Retrospectivement, j’ai un peu honte de cette chronique écrite fin 2004 (et que j’ai quasi pas retouchée).

Lire la suite Cam’Ron « Purple Haze » @@@

Shyne « Godfather Buried Alive » @@@@


Shyne, la ‘copie’ de Notorious BIG, le gangster martyr de Brooklyn, l’adepte de la zonzon depuis l’âge de quatorze ans, le même qui a purgé une peine de dix ans d’emprisonnement pour avoir ouvert le feu dans une boîte de nuit et reconnu coupable afin de sauver la peau de son mécène P Diddy… Sombre histoire.

Sa carrière aurait pu s’arrêter net avec au compteur un album éponyme qui n’a pas fait l’unanimité (ni atteint le statut de platine qui lui était destiné). Controversé ou adulé, Shyne ne laissait personne indifférent, au point d’être le sujet des convoitises des gros labels du rap après avoir été ‘licencié’ (pour être poli) par Bad Boy Records. C’est Def Jam Recordings qui raflera la signature en proposant le contrat le plus juteux (on parlait d’un montant avec un 3 suivi de 6 zéros).

Lire la suite Shyne « Godfather Buried Alive » @@@@

Talib Kweli « The Beautiful Struggle » @@@½


Il en fallait bien un de successeur à ‘Quality’. Seulement, comme toutes les suites, la pression est toute autre, autre que celle du très attendu premier album qui succédait à deux album collaboratifs cultes (Black Star et Reflection Eternal). Et le piratage de ‘The Beautiful Struggle’ il y a quelques mois (un bootleg massif sur Internet) n’a pas vraiment arrangé les choses pour Talib Kweli. Tout est à refaire. On efface l’ardoise et on se remet au travail, avec encore une attente supplémentaire des fans du MC de Brooklyn. Maintenant que l’album est à son terme, ‘The Beautiful’ Struggle comble-t-il tous les espoirs ?

Chronique originale écrite en Octobre 2004. Dire qu’il s’agissait du dernier album paru sur le label Rawkus tel qu’on l’a connu autour des années 2000…

Lire la suite Talib Kweli « The Beautiful Struggle » @@@½

Jay-Z « The Blueprint²: The Gift & the Curse » @@@@½


Et puis il y a eu un ‘deux’… en exposant, pour annoncer un double-CD : The Gift et The Curse. Le pari était risqué pour Jay-Z : faire tapis avec deux paires, ses couilles et ces deux galettes. Réaliser un double-album n’a cependant rien d’un coup de poker, c’est déjà un lourd travail. Le rendre fondamental est une autre affaire, c’est l’attribut des grands rappeurs ou grands groupes, et Jay-Z était au sommet du rap game. 2Pac avait All Eyez On Me, Biggie Life After Death et le Wu-Tang Forever.  Considérés comme des classiques, ils n’étaient pas parfaits non plus il faut l’admettre, il y avait dessus quelques titres bouche-trous ou qui faisaient défaut.

Malheureusement pour Jay-Z, ce ne fut pas le cas pour lui, la critique fut plus tiède qu’espéré bien qu’en termes de ventes il égalait The Blueprint premier avec plus de 2 millions de copies vendues sur le sol américain. Rétrospectivement, appeler cet album The Blueprint² et le sortir juste un an après un classique instantané a été à la fois une malédiction et, mine de rien, une bénédiction. Il serait peut-être temps de la renconsidérer aujourd’hui.

Lire la suite Jay-Z « The Blueprint²: The Gift & the Curse » @@@@½

R Kelly & Jay-Z « The Best of Both Worlds » @@@


2Pac, Notorious BIG, LL Cool J étaient parmi les précurseurs de la fusion rap/r&b au milieu des années 90. Depuis, ce mélange parfois commercial est devenu un moyen d’adoucir la musique rap pour la rendre plus accessible, allant jusqu’à la ramollir sévèrement (on parle de Fabolous et Ja Rule?).

Pour faire un vrai album de « rap’n b » (appellons ça comme ça), il fallait le meilleur rappeur de l’an 2000 et le meilleur chanteur r&b. Qui d’autres que le King of NYC et le King du R&B pouvaient mieux représenter les deux genres? Alors pourquoi pas les combiner? C’est de là qu’est parti le concept de ‘Best of Both Worlds’ pour peut-être faire naître définitivement un nouveau genre hybride.

Chronique originale écrite sur Rap2K.

Lire la suite R Kelly & Jay-Z « The Best of Both Worlds » @@@