Denmark Vessey « Sun Go Nova » [EP] @@@@


Détour sur un projet très intéressant à plus d’un titre, Sun Go Nova du rappeur-producteur Denmark Vessey. Son nom ne vous dit peut-être rien et qu’il soit signé chez Mello Music Group ne nous en dit pas plus, mais on va y revenir en temps voulu. C’est le format de cet EP qui m’a interpellé à la base, une face avec cinq tracks produites par Earl Sweatshirt et Knxwledge et une autre face avec des instrumentaux, ça ainsi que cette pochette solaire avec ce découpage en profil.

Première chose à savoir, Sun Go Nova n’est pas son premier projet et c’est là qu’on se dit « mince j’ai loupé un train ». Pas loin, quelques wagons, comme un album solo en 2013, Life In My Direction, une multitude d’EP et autres albums collaboratifs dont Whole Food avec Gensu Dean, sa première sortie chez Mello Music Group… Et souvent quand on a mis un pied dans cette structure indépendante, l’une des plus florissante des années 2010, il en ressort d’autres projets, comme c’est le cas de celui-ci. Ce rappeur basé à Detroit et pote de Quelle Chris emprunte son nom à personnage historique, Denmark Vesey, qui a vécu au XVIIIe et XIXe siècle en Caroline du Sud. Charpentier et littéraire afro-américain ayant pu acheter sa liberté en gagnant à la loterie, il était devenu un leader de la révolte anti-esclavagisme et condamné à mort en 1822, taxé de conspirationniste pour ses actes de libérations d’esclaves.

Comme je disais plus haut, la première « face » (si on part du principe que l’album est formaté pour le vinyle) contient 5 titres, 3 instrumentaux signés par Earl Sweatshirt et 2 par Knxwledge, et combien savent à quel point ces deux beatmakers sont remarquables et atypiques. Pas qu’ils se font désirer mais voir leurs deux noms se partager une trackliste, il n’y a que Stones Throw qui aurait été capable d’une telle configuration. He bah non, c’est bien Mello Music Group. Il fallait bien des types de ce genre, qui font des beats de ce genre, pour seoir à Denmark Vessey et son sens de l’interprétation unique. On ne parle même plus de flow dans son cas. Très à l’aise aussi bien sur les samples sans filtre qualité cassette de Knxwledge aussi bien que dans cette ambiance chelou à la Odd Future portant la patte de Earl.

Puis, la seconde face instrumentale. Neuf pistes, quelques-unes très courtes, et parfois contenant plusieurs samples (et des fois des connus comme sur « Quiet Storm Jam« ). Alors qu’on pouvait s’attendre à des trucs à la Madlib ou J Dilla, ce qui est le cas (des références évidentes), Denmark la joue zapping. Un point pour l’originalité. Toujours intrigué par cette anomalie, on réécoute, par réflexe ou par envie. Jusqu’à me dire « Bon sang, de quoi serait-il capable de faire avec un album entier? »

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.