Lyrics Born « Everywhere At Once » @@@@


Nouveau label nouveau départ pour Tom Shimura alias Lyrics Born. Laissant le Quannum Projects dont il était le fondateur après trois albums (Later That Day, Same !#@$ Different Day et le live récapitulatif Overnite Encore en 2006) pour la maison Epitaph, le MC de 36 ans basé à Berkeley, en Californie, nous offre un programme riche en festivités. Ce 3e effort studio Everywhere At Once se veut une œuvre résolument ‘funkadelic’ de A à Z et métissée au possible, à l’image de ses propres origines. En effet, Tom est né à Tokyo de parents japonais et italiens avant d’émigrer aux Etats-Unis.

 

Comment décortiquer le style unique de Lyrics Born et sa musique. Grosso modo, on peut parler de rap westcoast acoustique exempt de tout sample, d’une combinaison d’éléments empruntés chez Ice Cube (de l’époque 92 à 94), Jurassic 5 et les Goodie Mob. Ce bouillon de culture doré sous le chaleureux soleil californien est entièrement ‘fait mains’ par son groupe de musiciens, grandement inspirés de formations mythiques (George Clinton & The Parliament en tête), exceptés ceux livrés par des producteurs à la renommée underground (tels que Amp Live et Jake One). Dans cette même veine funky, on peut citer à titre d’exemples The Coup et Plantlife (le groupe formé par Jack Splash). L’ensemble est couvert par un flow à la technique proche d’un Suga Free (aux textes ‘cleans’ dénué d’obscénités) avec un timbre semblable à celui de Cee-Lo lorsqu’il s’agit de hausser le ton. Voilà pour donner un ordre d’idée.

 

            Lyrics Born ouvre le bal sur « Don’t Change » en entraînant avec lui son vieil ami DJ D-Sharp, le DJ qui l’accompagnait lors de ses tournées jusqu’en 2005. Dans la foulée, le single « Hot 2 Deff » (en featuring avec Chali 2NA) imprime un rythme ultra-groovy efficace et échauffe nos oreilles. Dans ce folklore psychédélique, il est dur de résister à la vibe laid-back de « Differences », une ballade en ‘low-rider’ en compagnie de sa femme, la chanteuse Joyo Velarde. Avec le morceau « Cakewalk » et sa ‘old school flavor’, ce sont clairement le genre de morceau aux influences G-Funk que les Snoop Dogg, Nate Dogg et DPG d’avant Chronic 2001 n’auraient certainement pas reniés. Nostalgie, quand tu nous tiens…

La synergie hip-hop/funk de Lyrics Born est variée à toutes les sauces, tantôt Reggae/Ragga (« The World Is Calling » et « Top Shelf »), tantôt New Wave post-Punk (« Do You Buy It ? »), un temps ‘vintage’ comme on dit souvent maintenant (pour qualifier le « I Like It, I Love It » très 70s), des passages rock, etc. Aucun raté dans ces mélanges des genres, les productions sont très équilibrées.

 

Les titres s’enchaînent sans mal grâce à la puissance de la Funk, le dénominateur commun de son hip-hop instrumental. L’auditeur baigne dans une ambiance éclectique et électrique, où seuls deux skits annoncent ponctuellement les temps de pause. Les effets secondaires provoqués par cet album se traduisent par une irrépressible envie de bouger, danser, s’éclater, bref célébrer et faire la fête. Clou du spectacle, « I Can’t Decide » est une belle démonstration de la créativité de Lyrics Born et ouvre une fenêtre sur l’horizon musical qui sera peut-être suivi à l’avenir sur son prochain album. Comme dit l’expression, le meilleur est gardé pour la fin, c’est bien l’occasion de le dire.

Pour résumer, une définition de ce disque en une seule phrase : Everywhere At Once, c’est le ‘One Nation Under A Groove’ de cette première décennie du 3e millénaire.

 

 

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s