Torae « Daily Conversation » @@@


Vous ne connaissiez pas Torae avant ce premier essai, normal. Durant les premiers pas de sa carrière, ce natif de Brooklyn a furtivement côtoyé de nombreux crews, que ce soit celui de Bad Boy, des Ruff Ryders, Dipset en passant par un détour par la Nouvelle-Orléans chez les Cash Money. Une discrétion qui expliquerait cette absence de notoriété dans le milieu underground, jusqu’à certaines apparitions à droite à gauche l’année passée comme sur la mixtape de Skyzoo et le Dream Merchant vol.2 de 9th Wonder. Au bout de compte, Torae se familiarise aux côtés de ces artistes de la maison Justus League, c’est pourquoi il a choisi d’incorporer partiellement la scène Hip Hop de Caroline du Nord pour ce Daily Conversation (FatBeats Records), en se départageant naturellement parmi ses influences new-yorkaises marquées (la présence notable de DJ Premier faisant Foi), et son attachement voué au son de Detroit, représenté singulièrement par Black Milk.

 

Il devient facile pour les connaisseurs de deviner quelle sera la teneur de l’album en parcourant le casting de producteurs morceau par morceau, surtout que les instrumentaux signés Eric G («Callin’ Me », « Think About It » avec le rugueux Teflon et « Tayler Made ») conservent une empreinte semblable à celle de 9th Wonder et DJ Khrysis. Black Milk pour sa part se confond dans l’album au point de passer inaperçu, « Switch » est anecdotique il faudra le reconnaître à trop vouloir tenter un truc original. Primo appose son nom dans les crédits sans forcément lâcher des beats de premier choix, laissant le MC se révéler sur « Click » et « Get It Done » (deux titres featuring Skyzoo), celui-ci rendant hommage aux grands classiques Hip Hop Eastcoast (de Gangstarr à Jay-Z en passant par Notorious BIG) qu’il ne manque pas de citer dans ses rimes. Oui, Daily Conversation n’est pas qu’un disque servant à appâter l’amateur de rap par sa prestigieuse liste de producteurs, Torae au micro balance des couplets bien garnis au travers d’un flow clair. Avec Chaundon, Skyzoo (ça sent le copinage à ce niveau-là) et Kil Ripkin, il forme les « Fantaztik 4 » servi par un 9th Wonder pas si éclatant, au contraire d’un Tash (des Tha Alkaholiks) boostant la track « Da Ni**uz Is Comin ».

 

Un bon MC, plus de bons beats, plus de bons lyrics, égal un bon album homogène, sans plus, si ce n’est une bonus track de marque (« Casualty » apportée par Marco Polo, la signature de chez Rawkus). Il manque ce ‘plus’ en plus qui le distinguerait d’un simple bon album de rap Eastcoast. La prochaine fois peut-être.

 

(chronique écrite le 12 Mars 2008 pour Rap2K.com)

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s