Polyrhythm Addicts « Break Glass… » @@@1/2


Pendant que la communauté Hip Hop se subdivise dans de houleux débats (stériles) depuis la mise en scène de sa mise en terre par notre croque-mort Mr Jones (Nas pour les indisciplinés), certains groupes et rappeurs ont opté pour une alternative efficace : passer à l’action en tirant la sonnette d’alarme au lieu de tergiverser inutilement. C’est là qu’interviennent les Polyrhythm Addicts, que l’on avait cru mort-nés en 2000 avec l’EP Rhyme Related, une rareté expertisée comme étant une pièce de collection. À la base, le trio était composé du producteur DJ Spinna, le mellowman au prestigieux CV (Rawkus, BBE,…), et les MCs, Shabaam Saahdeeq et Mr Complex. La reformation s’est vu greffée d’une nouvelle arrivante, Tiye Phoenix, une rappeuse au flow mordant révélée il y a quelques années par Jean Grae. Voici leur première livraison en cette fructueuse année 2007 avec ce Break Glass, dont le garant n’est autre que le label Babygrande, gage de qualité pour sûr.

Il va de soi que DJ Spinna apporte sa touche personnelle à la production de l’album, caractérisée par des beats bien bruts auxquels il ajoute son groove cosmique et des instruments cuivrés : « Zonin’ Out », « The Purist » featuring Large Professor, les fanfaronnades « One Chance » feat Planet Asia et « What The Problem Is » appellent toute notre vigilance. Le plan d’urgence destiné à redonner du baume au cœur des amateurs de bon Hip Hop fonctionne à merveille, quoique certains titres sans réelle accroche peuvent échapper à notre attention, de part des sujets à première écoute sans originalité mais aux métaphores peut-être trop recherchées (« Ugly World »). De plus, certains instrumentaux manquent de quelques subtilités pour procurer ces effets de douce euphorie auditive, c’est le cas de « We Kno ». Des fois, il suffit qu’un invité relève le niveau lyricalement parlant pour mieux faire passer le message, par exemple un Pharoahe Monch en bonne forme sur « Reachin’ », et parfois un peu de chant pour conquérir les durs à cuire (« Revamp » et « Thoughts On You »). 

Malgré des temps de paroles égaux entre les trois rappeurs, c’est la tigresse Tiye Phoenix qui attire le plus notre curiosité de mâles, et pas simplement parce qu’elle est bonne (dans le sens douée). Plutôt dans le genre qui en a dans les tripes, elle sait aussi rentrer les griffes pour nous dévoiler ses charmes sur « Goin Down », l’instru étant parfait pour l’occasion grâce à cette soul intergalactique et sexy de Spinna. Dans son couplet, Tiye fait des nombreuses références au niveau des lyrics, en y mettant du Lil Kim, A Tribe Called Quest, Jay-Z, T.I. et même Prince ! Il faut languir jusque la fin de Break Glass pour entendre la profession de Foi des trois protagonistes accompagnés Phonte des Little Brother, avec l’excellent « It’s My Life » (produit un illustre inconnu du nom de Joc Max) : ligne de basse funky, filet de violon qui survole l’ensemble agréablement en attendant entendre arriver le refrain de Phonte élevés par des trompettes. Que du pur bonheur tympanique.

Bien que l’album possède beaucoup d’attributs intéressants et quelques plaisants moments à passer (en boucle), Break Glass n’est pas le classique tant attendu. Pour le coup, les Polyrhythm Addicts ont sonné une vraie fausse-alerte, avec une remise aux normes en douceur. Et ça ne fera de mal à personne !

 

(chronique écrite le 3 Juin 2007 sur Rap2K.com)

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s