Archives du mot-clé Vinnie Paz disco

Heavy Metal Kings « Black God, White Devil » @@@½


Au départ Heavy Metal Kings était un projet collaboratif et très explosif né en 2011 de la volonté de Vinnie Paz (Jedi Mind Tricks, Army of the Pharaohs…) et d’Ill Bill (Non-Phixion), faisant suite à leur titre apocalyptique « Heavy Metal Kings » extrait de Servants in Heaven, King in Hell, grand album des Jedi Mind Tricks sorti en 2007. Dix ans après leur rencontre historique, le duo reforme les Heavy Metal Kings pour Black God, White Devil (Enemy Soil, Uncle Howie Records) avec l’assistance d’un troisième larron, l’autre membre des Non-Phixion, Goretex.

Lire la suite Heavy Metal Kings « Black God, White Devil » @@@½

Vinnie Paz « The Cornerstone of the Corner Store » @@@½


Ce vieux bougre de Vinnie Paz rempile avec The Cornerstone of the Corner Store, son troisième album en solo, quatre ans après God of the Serengeti. Assassin verbal, Dieu martial, maintenant le membre éminent des Jedi Mind Tricks et Army of Pharaohs vise un statut plus modeste et terre-à-terre, celui de simple spectateur de son coin de rue, du quotidien des quartiers de Philadelphie.

Lire la suite Vinnie Paz « The Cornerstone of the Corner Store » @@@½

Jedi Mind Tricks « The Thief and the Fallen » @@@½


Les Jedi Mind Tricks sont de retour, et le sens du mot « retour » n’est pas aussi anodin. Pas seulement parce qu’il s’est passé trois ans et demi après Violence Begets Violence et que ça fait longuet, mais parce qu’il y a eu de nouveaux rebondissements dans la formation de ce groupe hardcore pour lequel beaucoup de hip-hop heads vouent un culte : Jus Allah out again, Stoupe back ! En gros, revoilà pour The Thief and the Fallen les deux piliers Vinnie Paz et Stoupe the Enemy of Mankind. C’est reparti comme en 40.

Lire la suite Jedi Mind Tricks « The Thief and the Fallen » @@@½

Vinnie Paz « God of the Serengeti » @@@½


L’ogre de l’underground Eastcoast Vinnie Paz n’a pas étanché sa soif de meurtre. Après le glacial Season of the Assassins, premier album solo convaincaint, le frontman des Jedi Mind Tricks, général en chef de l’Army of Pharaohs et membre de l’association illégale Official Pistol Gang change de terrain et de climat avec God of the Serengeti. La tueur en série de Philladelphie n’a pas finit de faire des victimes…

Lire la suite Vinnie Paz « God of the Serengeti » @@@½

Jedi Mind Tricks « Violence Begets Violence » @@@½


Violence Begets Violence est le premier album des Jedi Mind Tricks réalisé sans Stoupe the Enemy of Mankind. Une séparation plus qu’un départ forcé, Vinnie Paz et Jus Allah (tous deux réconciliés sur le précédent opus History of Violence) en ont eu marre du manque d’implication de leur producteur historique Stoupe, ils ont alors pris la décision de le désolidariser du groupe et continuer sans lui. Ce n’est pas la première fois que cette situation se produit dans le rap game, le cas le plus marquant été le divorce de 9th Wonder d’avec les Little Brother. Vinnie Paz a désormais le destin tout entier des Jedi Mind Tricks entre ses mains.

Lire la suite Jedi Mind Tricks « Violence Begets Violence » @@@½

Ill Bill & Vinnie Paz « Heavy Metal Kings » @@@@


Pas mal d’amateurs d’indie hip-hop ont été traumatisé à vie par le son cataclismique de « Heavy Metal Kings » des Jedi Mind Tricks (extrait de Servants in Heaven, Kings in Hell sorti en 2006), prémices de cet album en commun entre Vinnie Paz et Ill Bill (ex-Non-Phixion). Deux monstres de l’underground réunis sur un seul et même album ça ne pouvait donner que quelque chose de… monstrueusement monstrueux, à l’image de la pochette : rouge comme une giclée d’hémoglobine, lourd comme du métal, terrifiant comme un Terminator gothique. C’était prévisible.

Lire la suite de cette entrée sur Streetblogger.fr »

Vinnie Paz « Season of the Assassin » @@@@


Un des leaders de l’underground de Philly livre son premier album solo après quinze ans de carrière souterraine. Il est le MC impérial des Jedi Mind Tricks, au sein desquels il a écrit ses lettres de noblesse, et général de l’Army of Pharaohs, on le surnomme Louis Doggs, Vin Laden ou encore the Pazmanian Devil : Vinnie Paz, 31 ans. Mieux vaut tard que jamais comme on dit, l’occasion se présentait alors qu’il vient d’ouvrir son label Enemy Soil afin de pouvoir régner sans partage dans le milieu indie hip-hop en s’affrichissant de Babygrande Records. Avec un album très personnel et typique, Season of the Assassin va souffler un vent sec et glacial en toutes saisons.

Lire la suite Vinnie Paz « Season of the Assassin » @@@@

Jedi Mind Tricks « A History of Violence » @@@@


Automne 2007, l’Army of Pharaohs a littéralement écrasé l’ennemi avec Ritual of Battles, ne laissant derrière eux qu’une terre de désolation, un champ de bataille dévasté couvert de cadavres. Dans les contrées allemandes, les Snowgoons ont sorti les canons à neige pour descendre la température estivale à –20°C avec Black Snow. L’emprise des Jedi Mind Tricks est mondiale, les remparts de leur empire s’étendent de part en part dans la communauté hip-hop.

Avant de balancer leur sixième volume baptisé History of Violence (titre du film de David Cronenberg avec Vigo Mortensen), ils lancent une campagne « triple-menace » avec les albums de leurs recrues Doap Nixon, King Syze et les Outerspace pour semer la terreur dans les rues trop tranquilles des Etats-Unis. Le nouveau débarquement de l’Empire des Jedi Mind Tricks en pleine période de crise avec History of Violence (Babygrande/Modulor) est un événement en soi, car elle marque le retour de Jus Allah dans la formation. En plus, il n’est toujours pas vacciné contre la rage, ce qui est une excellente nouvelle ! 

Lire la suite Jedi Mind Tricks « A History of Violence » @@@@

Jedi Mind Tricks « Servants in Heaven, Kings in Hell » @@@@½


Salut Vinnie, c’est moi. Oui moi, que les naïfs et bien-pensants appellent la « mauvaise » conscience, celle qui écarte du droit chemin, celle qui mène inéluctablement à la perdition à en croire certains … hallucinant ce que les mormons peuvent dire comme conneries. Je dirais plutôt que je suis la voix qui te guide vers le vrai. J’irais même jusqu’à dire que c’est moi qui t’ai fait. Parce qu’au fond, sans moi, tu serais quoi ? Un vulgaire rappeur de supermarchés, tout juste bon à faire danser les midinettes en guenilles courtes, un ersatz de MC guimauve chloroformé destiné à égayer les cours de récréation d’écoles primaires. Mais toi, tu es plus que ça Vinnie. Tu es la terreur de Philadelphie, le cauchemard des conservateurs et le fantasme des républicains en manque de sensations, un épouvantail à bienséance, du moins, c’est ce que je croyais jusqu’à ce jour.

Chronique originale co-écrite avec Mano (en rouge)

Lire la suite Jedi Mind Tricks « Servants in Heaven, Kings in Hell » @@@@½