Archives du mot-clé Showtyme

Mickey Factz & Nottz « The Achievement : circa ’82 » @@@@


Mickey Factz… il faut creuser dans sa mémoire pour se souvenir ce mec-là. Il faisait partie de la promo 2008 de XXL, c’est dire si ça remonte à loin. J’avais d’ailleurs chroniqué début 2010 un de ses ‘free EP’ en écrivant qu’il se situait « au dessus d’un Drake ou Kid CuDi ». Puis, comme Charles Hamilton arrivé à cette époque critique dans le rap game, on l’a perdu de vue sans qu’on se pose la question de savoir ce qu’il était devenu, comme si c’était une banale victime de la sélection naturelle. Huit ans après cette affiche de freshman dans le magasine rap, il revient sans prévenir avec dix titres pour nous faire regretter de l’avoir fait patienter si longtemps.

Lire la suite Mickey Factz & Nottz « The Achievement : circa ’82 » @@@@

Pharoahe Monch « W.A.R. (We Are Renegades) » @@@½


 

Si vis pacem, para bellum. Traduit du latin, « qui veut la Paix, prépare la Guerre ». C’est ainsi que l’on pourrait interpréter l’avertissement d’Idris Elba qui introduit W.A.R., ce troisième LP de Pharoahe Monch paru chez Duck Down Records. Armé de son micro, ses mots et ses couilles, Pharoahe part en mission en traitant ce vaste sujet socio-géo-politique suivant différents axes et méthodes de terrorisme intellectuel.

 

Lire la suite Pharoahe Monch « W.A.R. (We Are Renegades) » @@@½

Pharoahe Monch « Desire » @@@@


Depuis la fin de la période de gloire chez Rawkus, nous n’avions presque plus eu d’écho de Pharoahe Monch depuis son single « My Life » avec Styles P en 2002. Après une longue traversée du désert, ne survivant pendant quatre années que par quelques featurings au compte-goutte ça et là, l’ex-membre des Organized Konfusion revient huit ans après Internal Affairs.

Dire qu’un second album était attendu tenait du doux euphémisme, surtout lorsqu’il réapparaît en trombe l’été dernier sur The Shining de J Dilla, avant lâcher quelques semaines plus tard son premier extrait au titre évocateur, « Desire », qui deviendra l’intitulé de son deuxième opus. Sur cet instru triomphal signé Alchemist, boosté par les vocalises surpuissantes de Showtyme (et non K-Ci comme certains l’ont cru), Pharoahe montre avec panache qu’il a gardé du poil de la bête : « I am the poetical pastor/ Slave to a label but I own my masters/ Still get it poppin’ without artist and repertoire/ Cause Monch is a monarch only minus the A&R ». Vous l’aurez compris, personne ne dicte la direction artistique de Pharoahe Monch, il est sa propre entreprise, et c’est une très bonne chose.
Lire la suite Pharoahe Monch « Desire » @@@@