Archives du mot-clé Raekwon solo album

Raekwon « The Wild » @@@


Personne n’a oublié F.I.L.A. de Raekwon, non pas parce que c’était un gros album, mais a contrario une grosse déception. Quand on en soulevait les couches de superficialité, il ne restait hélas pas grand chose à se mettre sous la dent. Que faut-il attendre de The Wild? Un indice dans la note.

Lire la suite Raekwon « The Wild » @@@

Raekwon « Fly International Luxurious Art (F.I.L.A.) » @@½


Le nom de Raekwon incite respect de plus total et unanime, celui que l’on doit au ‘chef’ du Wu-Tang Clan et auteur du classique Only Built 4 Cuban Linx et sa séquelle qui devrait acquérir ce statut, si ce n’est déjà le cas. D’une certaine manière, il a été aussi l’uns des initiateurs de ce qu’on appelle parfois le cocain rap.

Lire la suite sur Now Playing Mag

Raekwon « Shaolin vs Wu-Tang » @@@@


Le concept de cet album a germé dans la tête de Raekwon juste avant la sorti de 8 Diagrams du Wu-Tang Clan : produire un album estampillé Wu-Tang SANS RZA, à qui on lui reprochait de trop asseoir son contrôle sur la troupe de guerriers de Staten Island. Par ce crime de lèse-majesté, Raekwon est par conséquent devenu le chef de la rébellion Shaolin en se soulevant contre l’Abbé du Clan.

Depuis cet affront, la réputation de Rae ne s’est que consolidée ces dernières années par ses multiples sollicitations dans le rap game (jusqu’à figurer sur le remix de Justin hum Bieber…) et son nouveau classique Only Built 4 Cuban Linx 2. Le moment était propice pour lancer son attaque avec Shaolin vs Wu-Tang.

Lire la suite sur Streetblogger.fr

Raekwon the Chef featuring Tony Starks a.k.a. Ghostface Killah « Only Built 4 Cuban Linx… pt II » @@@@½


J’aurais pu vous raconter une histoire sur Only Built 4 Cuban Linx pt 2, néanmoins cette idée était plus compliquée à réaliser que je le pensais. Pourtant ce n’est pas faute d’avoir essayé mais je ne suis pas romancier, je ne sais pas écrire de polars. L’histoire que je voulais écrire racontait le retour de Chef Raekwon (a/k/a Lex Diamond), l’homme aux 8 millions d’histoires, et son partenaire de rime Tony Starks (a/k/a Ghostface Killah) dans la banlieue de Staten Island et comment, après avoir fait acte de son expertise en criminologie et vendu ce qu’il appelait des ice-creams dans les années 90, il a su reconquérir les rues New-York en rouvrant son réseau Cuban Linx. Voilà dans les grandes lignes ce que ce chef d’oeuvre m’inspirait, un retour au tier-quar, back to business… Sans métaphores, cette suite la plus anticipée du rap game n’est pas une chimère : elle succède dignement et fidèlement le premier volet considéré par tous comme un classique Eastcoast.

Lire la suite Raekwon the Chef featuring Tony Starks a.k.a. Ghostface Killah « Only Built 4 Cuban Linx… pt II » @@@@½

Raekwon guest starring Tony Starks [Ghost Face Killer] « Only Built 4 Cuban Linx… » @@@@@©


Après Method Man avec Tical et la Dirty Version d’Ol’ Dirty Bastard avec son loufoque Return to the 36 Chambers, le Wu-Tang continuait son emprise dans le rap game, et l’industrie du disque, au milieu des années 90 avec le Chef Raekwon et ce qui deviendra un très grand classique, Only Built 4 Cuban Linx, avec le renfort significatif de Ghostface Killah, écrit ici Ghost Face Killer. C’est le premier album de rap ‘solo’ à porter cette configuration en désignant un autre rappeur en featuring.

Lire l’intégralité de la rétrospective sur SURLmag →