Archives du mot-clé Michael Jackson

Drake « Scorpion » @@½


Pour répondre à l’humiliation publique de Pusha T, Drake a directement embrayé sur la présentation de son cinquième album baptisé Scorpion, son signe astrologique, on s’en serait douté. Le rappeur canadien avait une belle fenêtre devant lui, tandis que J.Prince jouait son avocat et le buzz inespéré provoqué par son échange verbal avec l’ex-membre des Clipse. Le champs était libre pour lancer un double-album même, et aller battre des records de streaming : un milliard d’écoutes en une semaine. <Birdman_se_frottant_les_mains.gif>. Mais la confirmation que l’on retiendra le plus de ce album double-album fleuve (pléonasme) qui s’écoute préférablement le dimanche à l’heure de la sieste est que : Aubrey Graham le père d’Adonis.

Lire la suite Drake « Scorpion » @@½

Michael Jackson « Xscape »


michael-jackson-xscape

Excusez-moi si j’ai accueilli l’arrivée de ce second album posthume du King of Pop avec autant d’appréhension, le malaise du premier album posthume Michael m’a rendu EXCESSIVEMENT méfiant. Comme beaucoup de monde, j’ai été ultra-fan de MJ durant mon enfance et adolescence, alors pas touche à mon idôle. Alors evidemment, j’ai redouté, et repoussé l’écoute d’Xscape, le plus possible. J’ai réécouté attentivement toute sa discographie pour m’autodissuader de commettre une erreur, et finalement j’ai cédé. À raison.

Lire la suite Michael Jackson « Xscape »

Mack Wilds « New York : A Love Story » <3 <3 <3 <3 ½


Mack-Wilds-New-York-A-Love-Story

Si vous ne regardiez pas 90210 Beverly Hills : New Generation, alors vous comme moi, ne connaissiez pas Tristan Wilds, appelé aussi Mack Wilds. Le jeune acteur a sorti au début de l’Automne un album r&b produit par Salaam Remi, New York: A Love Story, et je ne le découvre qu’aujourd’hui. Non seulement les trois featurings sont prestigieux (deux membres du Wu et un beatboxer de légende) et les co-producteurs sont des monstres sacrés de la Gramde Pomme, cet album est aussi pur bijou. Ce qui m’amène à cette question : comment ce disque a-t-il pu passer à travers les radars ???

A la première chanson, la mâchoire tombe. Une composition alliant rythmes urbains et orchestre de classique, un Method Man qui débarque quelques instants comme une bourrasque, et notre Mack Wilds qui réussit cette percée dans le r&b avec assurance et talent. Qui plus est, il sait rapper, et monter dans les aigus (« Don’t Turn Me Down« , « MaGic!!!« ). Alors si vous glisser un belle mélodie avec un beat et des scratches DJ Premier, vous obtenez « Keepin’ It Real« . Ou alors Mack opte pour un sample de harpe très candide trouvé par Pete Rock sur « Art of Fallin’« . Les auteurs de l’album remettent aussi au goût du jour des instrumentaux parfois connus, comme « Burn » des Mobb Deep sur « Henny » ou alors « You, Me, Him and Her » de Jigga (The Dynasty) sur « My Crib« .

Ce n’est pas compliqué de nous séduire, il suffit simplement de faire preuve de délicates attentions, d’alterner avec un low-tempo (« Sober Up » pour le spleen, le superbe « U Can Cry To Me » avec Raekwon au premier verset), d’un peu de nostalgie pour revenir à l’essence même du rhythm’n blues new-yorkais. Jusqu’au point d’orgue, « A NY Love Story« . Difficile de décrire ce que fait ressentir ce morceau en particulier, ce sentiment d’intimité et les basses légères qui provoquent de légers frissons. C’est comme le troisième rendez-vous avec la fille qui occupe vos pensées depuis des jours ou peut-être des semaines, après ce jeu de séduction consistant à à apprendre à se connaître et se rapprocher. Et arrive ce moment de proximité, l’ouverture, le moment ou jamais où il faut arrêter de se poser les questions et faire le grand saut, quand le coeur tambourine dans la poitrine et les yeux qui ne se quittent plus. Et tout d’un coup se ferment, les lèvres se rencontrent avec une douceur infinie. Le temps se suspend alors qu’une bouffée de chaleur monte en nous et que les sensations parcourent, et quand se termine le baiser et qu’on réalise à peine ce qu’il vient de se passer, pas envie de se poser de questions à nouveau… C’est reparti pour un second plus langoureux. C’est cet instant parfait, cet instant de magie que capture cette chanson.

Pour enfoncer le clou, il reprend merveilleusement bien « Remember The Time » de Michael Jackson, un moelleux au chocolat qui terminera de faire fondre nos coeurs.

 

Terrace Martin « 3ChordFold » @@@@½


On a d’abord connu Terrace Martin en tant que producteur. Depuis 2006, beaucoup de rappeurs westcoast ont fait appel à ses talents, Snoop Dogg, Murs (avec qui il a sorti l’album commun Melrose Place), Jay Rock, le Strong Arm Steady ou encore Kendrick Lamar sur Section.80 et Good Kid, m.A.A.d. City. En parallèle de ces graines qu’il a semé, il développe ses talents de compositeur et multi-instrumentiste en laissant bourgeonner une série d’EP (le dernier étant The 4 Luv Suite) et réalise une apparition remarquée sur Wonder Years de 9th Wonder, faisant des merveilles au saxophone. 3ChordFold est le premier fruit gorgé de soleil, juteux, frais et parfumé qui vient de tomber de l’arbre.

Lire la suite Terrace Martin « 3ChordFold » @@@@½

R Kelly « Love Letter » @@@@½


C’est en toute discrétion que Robert Kelly nous a écrit pour les fêtes de Noël ce Love Letter, dont la promotion a été assurée par le bouche-à-oreille d’auditrices entièrement séduites mais pas seulement vous verrez. Il n’y a qu’à deviner en regardant la pochette (s’inspirant de Ray Charles et Stevie Wonder, nous ne sommes pas aveugles) que R Kelly opère la reconquête de son public avec un retour aux sources digne de ce nom. Mieux que ça, cette très bonne livraison nous rappelle que le R de Rhythm and Blues sait toujours réaliser des chefs d’oeuvres.

Lire la suite R Kelly « Love Letter » @@@@½

Michael Jackson « Michael »


Bambi ressuscité par des docteurs Frankeinstein du marketing, que c’est sinistre. Michael est le premier album posthume d’une série qui devrait s’échelonner sur les six prochaines années à venir. L’ai-je acheté ? Non. Me le suis fais-je offrir à Noël? Encore moins… Akon et 50 Cent en featuring, est-ce sérieux ? Malgré mes scrupules, j’ai écouté mon coeur de fan endeuillé, et Michael, en streaming. Je n’aurai pas dû… car je savais d’avance que j’allais être terriblement déçu.

Lire la suite Michael Jackson « Michael »

Michael Jackson « Thriller 25th Anniversary Edition » @@@


Thriller a 25 ans. Pour fêter l’anniversaire d’un des albums marquants du XXe siècle, Michael Jackson a préparé un cadeau pour tous ses fans : une réédition exclusive avec des remixes, une chanson totalement inédite, un DVD de clips remasterisés et un livret de photos. Thriller est indéniablement le chef d’oeuvre de tous les records (109 millions d’albums vendus à travers le monde, 8 Grammy Awards, etc.), à tel point qu’il en est impossible de l’adjectiver le long d’une chronique, il faudrait en écrire un roman. On dira succinctement que cet ultime classique demeure et demeurera à jamais historique dans le commun des mortels, comme l’un des meilleurs albums de tous les temps, qui fait que Michael Jackson a rejoint les sommets rarement atteints, au-dessus de celui des légendes, celui des demi-dieux de la Musique.

Au-delà de la (re)découverte des neufs chansons mythiques que composent Thriller et de ses chorégraphies incroyables dans ses clips vidéos, le principal intérêt de cette édition 25e anniversaire était de mettre l’oreille sur ces fameux remixes. Nous ne ferons pas de commentaires sur le morceau inédit « For All Time », la balade romantique n’ayant été retenue dans le tracklisting final de Thriller lors de son édition fin 82, car il n’est pas facile de porter un jugement sans tenir compte du contexte de l’enregistrement à l’époque, d’imaginer le Thriller original avec un titre en plus. Reste que nous faire part d’une telle rareté, scellée depuis un quart de siècle dans sa ‘chambre forte’, reste une belle surprise. Maintenant place au décorticage des remixes réalisés par Will.I.Am, Akon et Kanye West, non sans interrogations. Pourquoi a-t-il choisi ces producteurs-là ? Plus agaçant comme question, pourquoi a-t-il osé retoucher l’intouchable ? Réponse : nous ne sommes pas dans la tête de Jacko pour le savoir, et puis il est le propriétaire de ses œuvres donc… Passons alors à l’évaluation des cinq titres en question.

Lire la suite Michael Jackson « Thriller 25th Anniversary Edition » @@@