Conway the Machine « Eif2 : Eat what you kill » @@@@


Conway the Machine, ou Conway simplement, ce gaillard-là pas commode avec sa bouche de coin, est le frère de Westside Gunn. Pas que le frère d’arme, le frère de sang. Fers de lance du label indépendant Griselda Records, on s’était félicité de la signature de nos deux flingueurs de Buffalo chez Shady Records, même si bon, il est vrai qu’on ne sait pas tellement où ça va les mener cette affaire. Comme le frangin, Conway enchaîne projet sur projet depuis Reject 2 en 2015 Pourtant, il n’a toujours pas de page wikipedia en son honneur, c’est une injustice !

Eat what you kill est la suite de Everybody is F.O.O.D., d’où l’abréviation eif2. Paru fin décembre, il s’agit du troisième album que Conway a sorti en 2018. On dit souvent qu’il faut privilégier la qualité sur la quantité, or Conway ne transige avec aucun des deux. Les albums sont courts et dès qu’il a utilisé toutes ses bastos, il remet un chargeur plein et dégaine à nouveau pour neuf morceaux (on bazarde l’interlude « Corners« ). Les rues où circulent les paquets de drogues comme des globules blancs dans le corps, il les gère en tant qu’agent indépendant, c’est son pain quotidien, et qui dit pain, dit gain (parce que « no pain no gain » comme disent les amerlocks, ça veut pas dire pareil mais c’était pour faire un jeu de mot en français).

Ça paraît coutumier un rappeur qui parle de vendre de la drogue et de refroidir des humains. Conway raconte en rime ces choses-là avec talent et description, comme si ces activités criminelles n’étaient un job alimentaire parmi tant d’autres (« Cocaine Paid« , « Hide The Body » avec le complice Benny the Butcher), comme pour cet ouvrier qui raconterait sa journée passée à l’usine pour faire bouillir la marmite et nourrir sa famille. La routine pour notre rappeur, et c’est sans doute ça qui est fascinant quand il le raconte sur des prods d’Alchemist, Khrysis ou encore DJ Skizz. C’est sombre, new-yorkais, tout à fait ma came. Parmi les substances opioïdes qu’il affectionne, une substance très tendance actuellement, le « Fentanyl« , une molécule beaucoup plus puissante que l’héroïne et qui fatalement mène à l' »OverDose » en moins de deux. Un vrai fléau responsable d’une explosion du nombre de décès aux Etats-Unis.

Heureusement Conway est un homme de valeurs et de principes (« Be Proud of Me« , « Piece of my Heart« ) donc on fermera les yeux sur ce qu’il fait, et ouvrira grand les oreilles pour ce qu’il dit. Ecouter ses raps fait de nous des clients. Pourvu que cette série se poursuive !

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.