KRS-One « The World is MIND » @@@


KRS-One fait partie de cette génération de dinosaures vivants toujours en activité, avec toutes ses dents. Hé oui, ce grand héros du rap boom-bap au glorieux passé tourne toujours partout dans le monde et depuis 2016, le Teacher, comme on le surnomme depuis mathusalem pour les leçons de hip-hop qu’il donne non sans sévices, est retourné en studio avec King of the Ol’ Skool. Jamais avare en rimes, il met à disposition ce mois de Mai 2017 The World is MIND, son nouvel album. Vraiment nouveau?

Sans surprise, KRS-One demeure  fidèle à ses valeurs et à sa philosophie. C’est clairement assumé comme il l’assène sur « Fuck This » : c’est du brut, du traditionnel. Du très rustique pour ainsi dire. On peut respecter cette démarche mais à force, on n’aura pas besoin d’ériger une statue à son effigie tellement il se fossilise dans le genre boom-bap. L’originalité de cet album vient dans le fait qu’il a été enregistré au Go Play Studios à Liverpool (oui en Angleterre). Les beatmakers avec lesquels il s’est entouré (Paul Lafree, Mlody…), inconnus aux US comme par chez nous, proposent des instrumentaux boom-bap pur jus en mode midtempos des années 2000 qui ont mal vieillis. On ne leur jettera pas la pierre, si ça se trouve c’est Kris qui les a choisis. C’est moins pire que pour le méga archi trop old school The BDP Album ceci étant.

Entendre une track comme « Same Shit » a quelque chose de terriblement ironique, le fait de voir qu’il critique le fait que rien n’a changé dans les règles du rap game et de la street alors qu’il fait lui-même la même chose depuis vingt ans. Le statu-quo est une des raisons pour lesquelles il y a eu de rares nouveaux adhérents dans son Temple du Hip Hop depuis une dizaine d’années. Pas qu’on lui demande de se mettre à la trap tout ça, mais de se renouveler un minimum, comme il le fait très bien sur « Keep Clicking » (produit par un certain Paul Lafree) et « No Problems » (malgré des synthés pas du meilleur goût). Regardez d’autres anciens comme les De La Soul ou les Tribe Called Quest, qui ont su rester frais pour leurs come-backs.

Très classique dans la forme, parfois trop, The World is MIND contient malgré tout une poignée de titres intéressants comme « My Dreams » (qui sample Aretha Franklyn) et le morceau-titre « The World is MIND« . Le reste ne nous épargne pas de la redite et de schémas de rimes maintes fois ré-utilisés. Bon Dieu, on a droit aussi au sempiternel titre nécrologique « Hip Hop Speaks From Heaven« , ce message envoyé aux rappeurs passés dans l’au-delà dans lequel il a commis cette bourde de confondre le nom de MCA avec celui d’Ad-Rock des Beastie Boys. Il a pu heureusement annuler et remplacer le morceau en question en corrigeant le nom (et deux fois ‘heureusement’ que ce ne soit sorti qu’en digital).

Au mieux, The World is MIND est une piqûre de rappel sur ce qu’on appelait autrefois le « real hip-hop ». Ce cours est digne d’un professeur d’université : académique. Mais ses élèves qui l’écoutaient dans les années 80 et 90 ont grandi et ne vont plus à l’école.

https://bandcamp.com/EmbeddedPlayer/album=2880737996/size=large/bgcol=333333/linkcol=e99708/artwork=none/transparent=true/

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s