Guru 8.0 « Lost & Found » @@


guru8.0De tous les rappeurs et groupes qui ont construit le hip-hop dans les années 80 et début des années 90, beaucoup sont considérés comme des icônes et paradoxalement, très peu d’entre eux sont parvenus à conserver leur place dans le rap game. Pratiquement tous ont la quarantaine passée et dans l’esprit du public rap et de l’industrie musicale, il y a comme un âge fatidique à ne pas dépasser sous peine d’être poussé à la retraite anticipée.

Ils ont beau posséder une discographie sacrée, lorsque ces rappeurs légendaires re-sortent un disque ancré dans leur style old school pour rester authentique, on dit d’eux qu’ils sont passés de mode et ringards, et à l’inverse lorsqu’ils essaient d’être à la mode, ils passent aussi pour des vieux ringards. Certains parviennent à trouver un juste milieu comme les EPMD et Public Enemy, tant mieux. Le cas de Guru est plus délicat à traiter…

La séparation des Gangstarr fut douloureuse pour les fanas de hip-hop comme chacun sait, même si une lueur d’espoir demeure… (lire l’interview pour en savoir plus). Pas grave, Guru trace sa route et fait copain-copain avec Solar son ‘superproducteur’ avec qui il fonde son label 7 Grand Records. Il y sort en 2005 Guru 7.0 Street Scripture, qui fut ma Foi très réussi, puis Jazzmatazz vol.4 Back to the Future qui selon les fans de la première heure est le moins de bon de la quadrilogie. Guru 8.0 Lost & Found, le sixième LP de Guru entièrement produit par Solar a été reçu par des critiques pas très tendres… Decryptage.

Après, quelques écoutes, j’avoue être d’une extrême perplexité. « Lost & Found » montre pourtant bien que lyricalement parlant, Guru a son mot à dire avec la morale à la fin. Pendant tout l’album, Guru a cette constance dans le flow et des textes conscients. Le principal défaut de Guru est son narcissisme. Qu’il se considère comme un icône légendaire, c’est un fait, c’en est une, personne ne le contredira. Qu’il dise que Gangstarr c’est lui et que DJ Premier lui doit tout, c’est avoir un égo plus gros que Kanye West. Qu’il déclare être le futur du rap avec cet album, c’est hautement prétentieux et pas crédible du tout. L’autotune ? Tout le monde s’y met, c’est un effet de mode qui saoule une bonne partie du public rap, plus spécialement les puristes. C’est certes un outil technologique mais quand on entend Guru faire n’importe quoi avec (sur le refrain de « Fastlane », « It’s a Shock »…), on n’en comprend pas l’utilité. Musicalement c’est nul. Même Omar s’y met sur « Ride », ça devient n’importe quoi. Omar, l’une des pointures de la Soul anglaise !

Le principal responsable de cette débâcle – pas parce qu’il en faut un mais parce que c’en est un – est Solar. Ses instrumentaux sont… médiocres. Les samples qu’il utilise sont pop, rock, OK, mais peut-être mal séquencés ou trop longs. A côté de ça, il a essayé de faire un mélange des genres hasardeux au niveau des beats, entre up-tempo dirty et rythmiques « neo-new-yorkaises » chelou. Résultat, c’est de la flotte. Pour le côté post-moderne, c’est loupé. Tiens, j’écoute à l’instant « Divine Rule » qui repompe un tube disco des années 80 et ça sonne has-been, car il n’a pas su moderniser ou revisiter le truc. Il sample même du Queen à un moment donné, c’est une bonne idée mais exploitée lamentablement. Il est moins catastrophique lorsqu’il rappe (parce qu’il s’y est mis). Ce n’est pas tant les habiletés de Guru qu’il faudrait remettre en question, c’est son sens artistique et celui de son producteur.

Malgré tout, il ressort de bons titres : « Best of my Yearz » et le old school « Stop Frontin’ » forcément. Je pense que les gens seront d’accord là-dessus, la pêche est très maigre.

Franchement, je suis compréhensif vis-à-vis des critiques, il faut admettre que ce disque est raté. Guru et Solar ont essayé de faire du rap de djeunz, d’innover à leur façon ce qu’ils considèrent comme du ‘real hip-hop’ et… ils sont complètement à côté de la plaque. Signe du temps…

5 commentaires Ajouter un commentaire

  1. escobar56 dit :

    J’avoue : une daube. Fin bon c’est une daube indé, ce qui est quand même « mieux » qu’une daube commerciale en major (n’est ce pas Fat Joe).
    Donc concernant l’album rien d’autre à rajouter. Par contre je persiste à dire que Solar n’est pas si bidon que cela. Jazzmatazz 4 était quand même bien produit. J’avais d’ailleurs beaucoup aimé ce volet.

    J'aime

    1. Sagittarius dit :

      Papier recyclé j’dirai même (dans le sens où les samples sont méchamment recyclés…)

      J'aime

  2. plb dit :

    Je totalemnt d’accord avec toi sur cette chro’
    Le probleme de Guru c’est son égo quand tu vois Primo qui reste humble avec toutes ses années dans le game même quand il lache une prod couci-couca on lui pardonne mais quand c’est Guru qui se la pète (ya qu’a voir son itw sur StreetBlogger pour s’en convaincre) quand il te lâché un album comme ça t’as même plus envie qu’il revienne avec Primo pour Gangstarr parce qu’il est capable de l’influencer n’importe comment lol

    J'aime

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.