Beni Snassen « Spleen & Ideal » @@@1/2


« Chevaleresque, est sans doute l’adjectif qui définit le mieux les Beni Snassen, ce peuple qui de tout temps n’a eu de cesse de défendre ces valeurs universelles inscrites sur leur peau et si profondément enracinées dans leur cœur. Ces valeurs qui au-delà des mers allaient se décliner en termes de liberté, d’égalité et de fraternité. »

Après l’immense succès critique de Gibraltar, Abd Al Malik a fondé son label du même nom pour mieux prolonger la péninsule Ibérique vers les terres nord-africaines des Beni Snassen. Beni Snassen, c’est le nom de baptême donné à ce collectif de rappeurs gravitant autour des NAP depuis bien longtemps avec parmi eux, Mattéo Falkone, Hamcho et les sœurs Bil’In. Abd Al Malik et sa compagne Wallen, à la ville comme dans la musique, coordonnent ce projet Spleen & Idéal, entièrement réalisé par un Bilal surprenant de fraîcheur et d’originalité.

Cette confrérie de chevaliers des temps modernes n’a pas seulement pour ambition de livrer un album de rap de rue digne de ce nom et faire halte aux clichés qui l’entourent, mais restaurer un mouvement Hip Hop en perdition en France, en suivant la trinité de la devise de la République Française, pour retrouver l’unité, la paix , l’amour et le fun bien sûr. Cette démarche demeure aussi difficile qu’ambitieuse, cependant elle nous donne beaucoup d’espoir avec cet idéal, celui de retrouver un réel engouement autour de notre culture et de leurs activistes.

Le premier extrait « Spleen & Idéal » a en premier lieu rassuré les aficionados d’Abd Al Malik : ce n’est plus le slammeur mais le rappeur qui a repris ses droits, avec ce flow toujours agile et des phases très habiles (« Ma bibliothèque, mes livres sont mes seuls bling bling »). L’instrumental convient parfaitement à l’intitulé, mélancolique et éclaircissant à la fois, avec un refrain samplé dans un genre Dido version Trip Hop. À ses côtés, son protégé Mattéo Falkone prend la parole et impose un style rapidement reconnaissable : une voix sombre et gutturale, alimentée par un flow discontinu et des rimes courtes. Le jeune rappeur essaie de mieux faire ses preuves sur « Bénef’ bénef’ », avec des propos plus durs pour décrire la réalité difficile des fils d’immigrés dans les quartiers. Rien de vraiment innovant dans le discours, Mattéo se révèle plus que très crédible et convaincant sur la chanson existentielle « Être ou ne pas être » une racaille, le récit d’une enfance et d’une adolescence dans les quartiers mal famés de Neuhof.

Parmi les autres révélations de cet album, les deux sœurs Bil’In apportent leur touche de féminité sur « Bil’In » (titre réalisé par Wallen) et dénoncent la bêtise humaine sur « Parabellum » avec une part d’humanisme bienvenue qui appelle au rassemblement (« Notre pire ennemi, meilleur ami, c’est nous-mêmes/ Qu’on soit bourge en cravate ou crevard dans la tess/ qu’on soit noir ou blanc l’même sang rouge pareil »). Malgré des flows perfectibles, espérons que leur message arrivera dans de nombreuses oreilles. Quant à Hamcho, il est la face « Gémeaux » de Mattéo Falkone, avec un côté plus street et une écriture écorchée qu’il délivre sur son passage en solo « La Mentale ». Cet album des Beni Snassen est l’occasion de prendre des nouvelles des N.A.P, mais force est d’avouer qu’Abd Al Malik fait (involontairement) de l’ombre à son compère Mustaffa, que ce soit sur le très bon « Requiem » et « Mauvaises Graines ». C’est un peu dommage mais cela reste une compétition interne saine et il est difficile de se mesurer à Abd Al Malik. 

Pas évident d’admettre qu’Abd Al Malik surclasse les autres Beni Snassen, mais il n’y a qu’à écouter son morceau en solitaire « Besoin d’Oxygène » et la force de ses duos avec Wallen (« Ô Combien (Te fais pas de bile) » et « A nous seuls ») pour en juger davantage. Tous, sauf un, leur invité d’honneur Ali (ex-Lunatic), qui arrive en fin d’album avec « Dramatique », un titre empreint de réflexion et de spiritualité comme à l’accoutumée. Les deux MCs se rencontrent en bonus track, « L’Unique », dont il est inutile de dire que le choc de cette conclusion est retentissant.

Les défauts principaux de Spleen & Idéal viennent des propos et sujets parfois redondants mais il est impossible de fermer les yeux face aux conditions de vie et la drogue qui ont littéralement ravagé les quartiers strasbourgeois. La différence de niveau entre les différents rappeurs se fait sentir aussi. Toutefois, Abd Al Malik, Wallen et le maestro Bilal assurent l’unité et la Foi de leur super-groupe, et leur offre l’opportunité de faire valoir leurs talents respectifs, pour que tous les Beni Snassen puissent forcer toutes les portes qui se sont refermés dans le rap français et recadrer les principes fondamentaux du Hip Hop.

A savoir que Abd al Malik a été fait chevalier dans l’ordre des Arts et des Lettres par la ministre de la Culture Christine Albanel, le 17 Janvier lors du Midem (Marché international du disque et de l’édition musicale) . Tout un symbole.

 

(chronique écrite le 28 Janvier 2008 pour Rap2K.com)

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.