Passi « Evolution » @@@@


‘Rappeur’ et ‘maturité’ sont deux mots que l’on associe très difficilement de par leur définition. Partons du constat qu’un artiste rap fait une ‘musique de jeune pour les jeunes’ et qu’être mature ne signifie pas seulement être sage et expérimenté mais aussi adulte responsable. Dès lors, il y a comme un oxymore qui peut se créer lorsqu’on parle d’un ‘rappeur mature’. Passi a maintenant 34 ans, bientôt 35 en Décembre, et loin derrière lui ses débuts au Ministère AMER, son classique Les Tentations et la traversée du désert durant son Odyssée. À l’instar de son comparse Stomy Bugzy qui est revenu en indé vers son style hardcore d’antan, l’Altesse Double S continue de regarder vers l’horizon avec Evolution, l’album d’un ‘rappeur arrivé à maturité’.

Esprit darwinien, Passi poursuit son évolution artistique en s’ouvrant à un plus large public, n’en déçoivent les nostalgiques consolés par son street-album Revolution. Pour commencer, Passi retrace quelques faits marquants de l’actualité et balaie un grand coup le champ médiatique avec un « Etats Des Lieux », consacrant un paragraphe notamment aux minorités visibles. Le rappeur n’a rien perdu de sa fibre militantiste, n’hésitant pas étaler les problèmes de notre pays, où le social prime en second plan malgré l’urgence, mais où finalement personne n’est vraiment à plaindre parce que « Là-bas C Pire ». Un morceau qui fait caisse de résonance dans la conscience collective, et ne fait pas que relativiser sur le sort des populations démunies et des quartiers, mais offre une vision étendue du monde dans sa globalité, aussi bien les pays pauvres que le monde occidental. Il évoque aussi les relations entre la France et l’Afrique, sa terre natale, qu’il humanise à travers les personnages de « Marianne & Mamadou » (titre présent sur la compilation Ecoute La Rue Marianne).

Le relationnel, sous n’importe quelle forme, possède une place importance sur cet album. Toujours dans le mariage des cultures France-Afrique (ou DOM-TOM), Passi fait parler son expérience personnelle sur « Devine Qui Vient Dîner », un sujet dont il n’est pas aisé de discuter à cause de la gêne occasionnée par la situation : la fille à papa-maman vient présenter à la famille son copain black. Le rappeur porte aussi un regard sur l’évolution des mœurs et de couples dans notre société, qu’il slamme sur « Roméo & Juliette 2000 ». Un constat désolant sur la décadence du monde adulte, les romances d’un soir, de la banalisation des divorces, des hommes et des femmes qui ne trouvent d’intérêt que dans une sexualité peut-être trop affirmée et des jeux parfois malsains. « A 2 Contre Tous » en duo avec la chanteuse Joy Denalane ne fait pas par contre dans le Shakespeare mais plutôt dans le remake de Bonye & Clyde 2007. Les enfants ne sont pas oubliés dans l’histoire, puisque Passi leur consacre le plus beau titre d’Evolution, « Chambre de Gosse ». C’est sur une superbe mélodie, qui rappelle les doux souvenirs de notre enfance, que Passi fait l’analyse de tout ce qui détruit la vie d’un enfant, victimes de la violence sous ses différentes formes et des adultes irresponsables. 

Entre une confession sur canapé (« Mon Psy ») et un passage aux aveux (« Coupable »), Passi revient sur des événements qu’on aurait pu croire prophétiques lorsqu’il a écrit « Emeutes » sur saGenèse. L’artiste revient (un peu tardivement) avec « Paris on Fire » sur ce fait marquant de ces dernières années, lorsque les banlieues et les villes de France se sont embrasées à l’Automne 2005. Le grand pacifiste Wyclef Jean vient apporter son soutien et un message de paix (en français dans le texte comme à l’oral) sur cette très belle chanson qui rappelle que l’union fait la force. Pour résumer en fait son quatrième album, Passi porte un regard critique sur l’évolution du monde d’aujourd’hui, en jetant son regard dans le rétroviseur de ses souvenirs et des racines du futur. Sans oublier pour autant les b-boys et les hip-hopers pour qui il dédie « Electric », un hymne Hip Hop qui rend hommage au Sugar Hill Gang, Afrika Bambaataa, le New Jack,… servi par un instrumental électro-funk qui se décroche totalement des tendances actuelles. Pas vendu pour un sou grâce à un discours tout-public intelligible, ni commercial parce que soigné musicalement,Evolution de Passi se joue dans la cours des hommes.

 

(chronique écrite le 18 Octobre 2007 pour Rap2K.com)

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s