Archives du mot-clé NTM

Def Jam Rapstar @@@


Ça y est, je l’ai fait. J’ai pu tester Def Jam Rapstar à la maison. Avant de démarrer le jeu, je m’étais dit que ça devait ressembler grosso modo une sorte de karaoké rap. J’allume la Wii, je regarde la présentation et je parcours le menu. Effectivement, c’était difficile de se tromper : on a bien affaire à un karaoké rap. Dans la boîte de Def Jam Rapstar, Konami fournit un outil primordial, aussi bien pour un karaoké que pour un rappeur qui se respecte, le micro. Le précieux objet qu’il nous faut  absolument (brancher) : le microphone (prononcez « maillecrwofôn »), ‘the mic’, l’arme du MC. Test audio, « Mic check one-two, one-two ».

Lire la suite Def Jam Rapstar @@@

Suprême NTM « Le Best Of » @@@@@


Quand Youssoupha scande « tu n’as jamais écouté de rap français », les b-boys qui ont vécu le Hip Hop en France depuis le début des années 90 ont de quoi rire ou se sentir indignés. Il y a ceux qui disent aussi « laissez la place aux jeunes », mais quand les ‘anciens’ regardent une génération qui ne défend plus le Hip Hop, qui entretient ses clichés et qui laisse les maisons de disque en faire leurs affaires… C’est triste à voir. Que ce soient ceux qui font du rap de rue, les artistes signés en major (qu’on assimile faussement à des poids lourds), qui représente véritablement ? Tout est segmenté, chacun est retranché dans son département, refont ce que les américains ont fait cinq ans plus tôt…Chacun pour sa gueule. Que reste-il à faire ? À part critiquer les Fatal Bazooka, Kamini, Tony Parker ou Koxie, il faut sérieusement songer à resserrer les rangs et raviver l’esprit Hip Hop et revenir à des choses concrètes. Plus facile à dire qu’à faire…

Et à ce moment de doute, le Best-Of du Supreme NTM arrive presque miraculeusement dans les bacs en cette fin d’année 2007. D’habitude, un best-of, ça n’a pas trop de valeur usuelle. Bizarrement en ce qui concerne celui-ci, c’est plutôt l’impression d’avoir la mémoire audio d’une décennie de Hip Hop français débarquer devant nous. Les passionnés de rap qui espéraient un retour des NTM après leur Clash de 2001 (un album de remixes qui confrontait le B.O.S.S. et les IV My People) ont de quoi se faire une raison avec ça. Cet album n’a pas seulement pour but de faire l’éducation rapologique des jeunes d’aujourd’hui (rien de moralisateur là-dedans), ni de réveiller les souvenirs d’un rap réellement revendicateur et énergique qui n’avait rien à envier à son cousin américain, mais de montrer ce qu’était le Hip Hop par ceux qui lui ont fait vivre ses plus belles heures. Car quand on pense au Supreme NTM, pas pour jouer les vieux nostalgiques n’est-ce pas, on se rappelle que le Hip Hop est une musique et une culture qui revendique en métissant la richesse littéraire française à l’argot des jeunes des cités, des textes qui osent briser les tabous comme on fracture des tibias, faire éclater la réalité comme on explose une porte blindée, avec une fougue sans commune mesure qui motive les foules à provoquer les médias et le gouvernement. 

Lire la suite Suprême NTM « Le Best Of » @@@@@

Nas « It Was Written » @@@@@©


Comment donner suite à un grand classique instantané sacralisé par la critique, Illmatic ? C’est cette équation très difficile que Nas a du résoudre pour le 2 Juillet de l’an 1996, date qui coïncidait avec la sortie de Stake is High des De La Soul. Pour ce faire, le rappeur du Queens s’est entouré du très ambitieux manager Steve Stoute et d’une équipe de tueurs qui garantissaient de passer à la radio tout en restant street, Poke & Tone alias The Trackmasters. Ainsi fut It Was Written, ainsi Nas devint Nas Escobar, en gardant les projects du Queens en toile de fond.

Rétrospective écrite en Novembre 2016 pour HipHop Infos France

Lire la suite Nas « It Was Written » @@@@@©