Archives du mot-clé Digga

Ghostface « The Pretty Toney Album » @@@@


Sorti des quartiers de Staten Island lors de ses débuts discographiques avec le mythique Wu Tang Clan en 1993 en une entrée remarquée sur Enter The 36 Chambers, Ghostface Killah comme bon nombre de ses compères (Raekwon, Method Man, GZA, ODB…) se lance en solo avec un contrat chez Epic Records. Arrive alors en 1996 son premier  le classique Ironman (avec Rae et Cappadonna en featuring), puis en 1999 Supreme Clientele, vrai album solo cette fois, classique aussi. Pour Bulletproof Wallet (avec Raekwon en feat de nouveau), la question ‘classique ou non’ se pose toujours malgré des critiques positives.

Changement de label en 2004, Ghostface rejoint Method Man chez Def Jam. The Pretty Toney Album tombait à pic pour prouver une nouvelle fois tout le réel talent de Ghost. « Run« , avec Jadakiss et produit par RZA, présageait un album estampillé Wu, sans fioriture, dans les règles de l’art.

Lire la suite Ghostface « The Pretty Toney Album » @@@@

Jay-Z « The Blueprint²: The Gift & the Curse » @@@@½


Et puis il y a eu un ‘deux’… en exposant, pour annoncer un double-CD : The Gift et The Curse. Le pari était risqué pour Jay-Z : faire tapis avec deux paires, ses couilles et ces deux galettes. Réaliser un double-album n’a cependant rien d’un coup de poker, c’est déjà un lourd travail. Le rendre fondamental est une autre affaire, c’est l’attribut des grands rappeurs ou grands groupes, et Jay-Z était au sommet du rap game. 2Pac avait All Eyez On Me, Biggie Life After Death et le Wu-Tang Forever.  Considérés comme des classiques, ils n’étaient pas parfaits non plus il faut l’admettre, il y avait dessus quelques titres bouche-trous ou qui faisaient défaut.

Malheureusement pour Jay-Z, ce ne fut pas le cas pour lui, la critique fut plus tiède qu’espéré bien qu’en termes de ventes il égalait The Blueprint premier avec plus de 2 millions de copies vendues sur le sol américain. Rétrospectivement, appeler cet album The Blueprint² et le sortir juste un an après un classique instantané a été à la fois une malédiction et, mine de rien, une bénédiction. Il serait peut-être temps de la renconsidérer aujourd’hui.

Lire la suite Jay-Z « The Blueprint²: The Gift & the Curse » @@@@½