People Under The Stairs « Sincerely, the P » @@@@


Les People Under The Stairs ont toujours été à part au sein de la Left Coast, qui est déjà une scène à part qui cohabite localement avec le rap westcoast, le gangsta-rap ensoleillé. Après plus de vingt ans de métier, le binôme underground californien composé de Thes One et Double K sortent Sincerely, The P, leur douzième album, et qui sera selon toute vraisemblance leur toute dernière étape. C’est un au-revoir… mais un ultime album qui s’écoute avec un immense plaisir pendant ces jours qui rallongent.

Alors voilà, c’est la fin de l’aventure pour les People Under The Stairs, donc on va écouter ce cadeau d’adieu avec une grande attention. Ça commence par un « Encore« , un terme faux-ami qui désigne un rappel après un concert. C’est le début de la fin pour ainsi dire, avec une note d’humour. Parce qu’avec ce qui suit, il n’y a vraiment pas de quoi être triste, c’est chouettement old school : les flows des deux MCs bien à l’ancienne, les instrus avec ses samples trop cool (quitte à se faire plaisir en utilisant « I Get Around » des Beach Boys), une dose de scratches… On se prend totalement le début des années 90 en pleine face ! Plein de bons moments à passer, comme le jazzy « The Effect of Climate Change on Densely Populated Area » suivi du très goûtu « The Red Onion Wrap« , entre guitare funk et cowbells, et puis ce bon vieux gimmick « it goes on and on and on and on, the beat don’t stop ’till the break of dawn »… Sans parler de « We Get Around« , il en fallait pas plus pour faire le bonheur d’un trentenaire comme moi. Il y a peut-être « Stars in The House » qui déstabilise légèrement l’homogénéité générale, mais qu’importe.

Yep, Sincerely The P, s’adresse principalement aux moins jeunes et futurs vieux, ceux qui apprécient le MCing du précédent millénaire, les boucles funky, du bon rap de papas, puisqu’ils abordent le sujet (« Letter To My Son« , « Family Ties« ). Mais hélas toutes les bonnes choses ont une fin et « The Sound of a Memory » nous le rappelle avec un pincement au coeur. Ce morceau faisant guise de générique final nous affiche dans nos têtes des visages disparus, des instants mémorables et dans le fond, la satisfaction d’un devoir accompli. Encore merci pour tout messieurs. Sincèrement, le peuple hip hop.

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.