PaceWon « presents TeamWon » @@@@


Croirez-vous un seul instant qu’un rappeur américain puisse être signé sur un label français ? « T’as méfu » répliquerait-on d’un air de vous prendre pour un pigeon capable de gober la résurrection de 2Pac. Le monde à l’envers hein ? Et bien sachez que cette éventualité est plus que réalisable. Si si, c’est possible mais personne n’aurait pu deviner que PaceWon des Outsidaz soit signé chez Ascetic, un petit indépendant hexagonal… J’admets avoir eu le même air ahuri que vous quand j’ai entendu ça de la bouche de mon contact chez Modulor. Bon OK c’est pas un rappeur mainstream et on n’en connaît que très peu de cet ancien proche d’Eminem en dehors de son appartenance à ce super-groupe du New Jersey. Peut-être que des rares spécialistes ont pu entendre son solo Won ou son dernier album avec Mr Green. Il n’empêche, cette news officielle en réveillerait notre chauvinisme bien français. 

Allez, maintenant que j’ai pu susciter votre intérêt, vous pourrez faire un effort pour écouter un bout de PaceWon presents TeamWon ? Je vois déjà vos mines circonspectes à propos de cette fameuse TeamWon Incorporated. La logique voudrait qu’il s’agisse de son crew, c’est bel et bien le cas : une société invisible ralliant des adeptes du hip-hop qui ne demandent qu’à tâter du micro, des gars répondant aux blases de Q.Bangz, Rhymeboss, J.Feltes, Jenz Cypher, Bee Uno, G-Smoke…

Juste le temps de mettre en route le CD que des coups de feu heurtent les tympans. Ça ne rigole pas, PaceWon et son acolyte Rival (ou Rhymeboss) mettent le feu aux poudres avec « Purple M3s ». C’est du pur emceeing underground, avec des principes d’écriture qu’on croyait enterrés depuis plusieurs années. La old school dans le hip-hop, c’est comme l’éducation de nos jours : c’était plus discipliné avant, les mecs savaient mieux écrire et de quoi ils parlaient. 

En se passant des titres comme « Keep It Live », « That’s TeamWon » ou « Real Niggaz » feat DU (des Outsidaz), on sent comme une odeur de sous-sol émanant de la bande audio, comme d’une bouche d’égoûts dans une rue d’un quartier pauvre. Impression renforcée par les prises de son faites sur le vif, l’ingénieur son a été bâillonné dans son studio ou quoi ? C’est ça qui rend cet album si authentique, une bande de gaillards prêts à en découdre au mic pour prouver leur valeur en se foutant complètement de la manière dont c’est fait pourvu qu’il y a le matériel de base qu’il faut, comme il y a…dix, quinze ans avant ? De toute façon, ils ne vont pas recevoir un chèque de royalties avec 6 chiffres, pas le genre de mecs à courir après les thunes. Une référence nous tombe dans les oreilles sur la piste « Crips, Bloods & Pimps » : le Wu-Tang Clan. Des débuts alors. Sauf que tous les membres de la TeamWon ne se réunissent pas au complet sur un morceau ou deux comme faisaient le Wu. Vous voyez de quoi je parle, une bonne grosse boucherie avec tous les MCs à l’unisson sur un beat, une somme de frappes verbales qui pourraient raser une ville entière. 

Avec Jenz, Pace Won passe derrière la MPC et les sampleurs pour confectionner ses propres instrus. Comme pour leurs raps hardcore, les beats sont bruts de chez bruts. Ne cherchez pas un arrangement, même microscopique, il n’y a que des rythmiques qui claquent et des boucles sans édulcorants ni additifs. C’est évident que ça paraîtra très artisanal pour les néophytes, mais comment ne pas résister à cette simplicité et cette technicité qui font les fondamentaux de la musique rap. Il suffit juste de trouver le bon sample, la bonne partition de kicks et de snares et un texte chargé en rimes comme sur cette démonstration « Just Rhymin’ With an R ».  Du « B-Boys Rap » vrai de vrai comme ils le rappent eux-mêmes. D’autres sons (« What’s The Word », « Stop It ») ont probablement moins leur place sur cette galette, pas mal néanmoins un peu trop sophistiqués par rapport au reste. Sauf « Bounce Rock » avec El Da Sensei, avec un tempo nécessitant un flow plus rapide mais pas moins dangereux.

Vous l’aurez compris, cet album est un produit Hip-Hop régit par des préceptes d’une lointaine époque. Bien que le travail au niveau du son aurait pu être de meilleure qualité, PaceWon peut être fier de sa team, pour avoir fait un maximum avec les moyens du bord, trouver la force dans une équipe soudée, car c’est cet esprit qui fait qu’on est devenu passionné par cette musique dans les années 90. Je n’ai rien d’un conservateur, bien au contraire, mais il aurait dû en rester ainsi je pense, ça n’est pas du tout une contrainte à l’évolution du genre, il s’agit simplement de préserver les principes d’une culture.

8 réflexions sur “ PaceWon « presents TeamWon » @@@@ ”

  1. Young Zee ne devient rien en fait. Un album en 95 sur Perspective records jamais sorti avec Krs One et Busta Rhymes en feat. puis Outsidaz enfin il devait signer sur Shady records… Il a fait un morceau sur 8 Miles. Et c’est le mari de Rah Digga… Pace Won parle d’une reformation de Outsidaz avec Young Zee, DU et Rah Digga…

    J'aime

  2. Junkadelic aussi c’est vrai j’avais oublié c’est vrai que ça reste très confidentiel
    Aux States je pense que ça donne de l’originalité au projet qui sort de savoir que l’album sort sur un label français

    J'aime

  3. Les seuls labels français à avoir vraiment produit des artistes américains sont Ascetic Music et Junkadelic. Dans une moindre mesure 45 Scientific avec Black Poet…

    Junkadelic ont entre autre produit Kool Keith, Mr Sche, Jackie Jasper etc…
    Ascetic Music: je crois Insight, Mr Live, Fred ones de Sonic Sum avec Vast Aire, Antipop, Slug, Life long, Pace Won…

    Les français commencent à se reveiller et même s’imposer sur la scène internationale…

    J'aime

    1. Ouep, Junkadelic je connais bien, ils ont produit pas mal de trucs effectivement dont Kool Keith et Mr Sche comme tu l’as dit, mais aussi le Lyrical C qui a été une véritable surprise pour moi. C’est juste dommage qu’on n’en parle que trop peu, ça reste trop confidentiel, après je ne sais pas trop ce qu’il en est aux Etats-Unis…

      J'aime

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s