Jazzanova « Of All The Things » @@@@


Voilà plus d’une décennie que Jazzanova demeure un collectif incontournable de la scène Nujazz et house-jazz en Europe. Fort d’un premier album (In Between en 2002) toujours considéré comme un chef d’oeuvre du genre et de multiples remixes agrémentant nombre de compilations de musique lounge, ce groupe de DJ/producteurs berlinois finit par se voir proposer une signature en major sur le label jazz Verve. Fruit de leurs nouveaux travaux, Of All The Things, un second ouvrage aux tonalités soul et modern jazz allègrement prononcées, sans once d’electronica et accessible à tout types de publics, n’en déplaisent aux puristes des premières heures. 

Quand je dis « pour tout types de public », il suffit de jeter un œil à la liste des convives pour comprendre où je veux en venir. Premier sur la liste, Phonte des Little Brother, sur l’enjoué « Look What You’re Doin’ To Me ». Entendre Phonte sur une chaleureuse composition instrumentale de qualité un brin latine est une chose extrêmement rare, sa voix ne paraît plus la même que sur Leave It All Behind produit par Nicolay, son timbre est étonnement feutré. C’est sensiblement différent, incomparable, bien que le registre semble proche. On retrouve Phonte en mode MC six pistes plus loin sur la track « So Far From Home », où les Jazzanova samplent leur propre musique, plus précisément « Let Me Show Ya » qui se trouve présent sur ce même album ! Mais pour en revenir à l’aspect purement musical, l’alchimie entre Phonte et les nujazzmen est incroyable, on sent le travail entre les différents musiciens et l’artiste, ça n’a rien à avoir avec un simple featuring où le rappeur pose un couplet standard et part avec un chèque. D’autres invités attirent notre attention, Dwele et Leon Ware, chanteurs tous deux natifs de Detroit. Ils mêlent leurs voix sur « Rockin’ You Eternally », une chanson low-tempo aux accents de soul des eighties, pleine de légèreté grâce à son air de flûte et ses violons. Si ce n’est pas un appel du pied aux amateurs de Hip-Hop et NuSoul ça… 

Bembé Segue, ambassadrice anglaise du Broken Beat, a l’honneur de faire part de sa présence sur « Morning Scapes », un morceau profondément… Jazz. Quand à Paul Randolph, on l’aperçoit nettement (trois fois !) sur les compositions les plus orchestrales de Of All The Things, comme « Let Me Show Ya » et le magnifique « Dial a Cliché ». L’ambiance générale subtilement aérienne se rapproche un peu – à titre d’exemple – de Playing With Changes de 4hero, avec de véritables symphonies (comme sur « Lie » feat Thief et « Little Bird » qui nous font littéralement planer) ou alors des influences soul/jazz que l’on retrouve sur les premiers albums de Jamiroquai. Puis, il y a du Bossa Nova aussi dans Jazzanova, en plage 10 avec « Galfiera », sinon des titres soul plus ‘roots’, tel que « I Can See » avec Ben Westbeech. Et le tout, sans un apport d’électro ou de matières synthétiques, un détail regrettable d’un certain point de vue mais qui aurait été considéré comme un anachronisme. 

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. Flow dit :

    Merci d’me faire découvrir d’aussi bons albums, ce disque est une réussite !

    Par contre moi j’ai une track 13 nommée exactement comme la 2… mais c’est pas le même morceau… tu peux m’éclairer là-dessus ?

    J'aime

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.