Reks « Grey Hairs » @@@@1/2


On dit que c’est lorsqu’on commence à perdre espoir, que des choses inespérées peuvent se produire dans notre vie, au moment où l’on s’y attend le moins. Je me suis rappelé de cette réflexion lorsque j’ai découvert Grey Hairs de Reks. Cela faisait perpet’ que je n’avais pas écouté un album hip-hop Eastcoast de ce gabarit, il faut que je remonte au dernier Main Flow ou A Long Hot Summer de Masta Ace. Déjà, ce MC de Boston plutôt discret a reçu une très bonne notoriété à l’échelle underground pour son premier LP Along Came The Chosen en 2001, et le voilà qu’il revient sans en informer qui que ce soit sept ans plus tard avec ce deuxième solo produit en partie par le mixtape DJ Statik Selektah. C’est vrai que Grey Hairs semble arriver de nulle part pour, très rapidement à tour de critiques élogieuses et de nombreux avis favorables, se voir classer parmi les meilleures sorties de l’année. Et je ne dis pas ça parce que DJ Premier et Large Professor lâchent chacun une prod dessus ou parce qu’il est très bien coté par les reviews. Moi-même je n’en reviens pas. Son pote riverain Termanology (présent sur ce disque) a du souci à se faire avec ce concurrent imprévu. Le protégé de Primo que l’on voyait déjà comme le nouveau souffle du Hip Hop a intérêt à frapper fort en Septembre avec Politics As Usual.

 

Vingt morceaux au compteur (avec le morceau caché), et pas un seul interlude à l’horizon (radieux), forgent cet album d’une épaisse consistance, majoritairement fourni par des beats à tendance soulful, à commencer par « Grey Hairs » qui engage l’entrée en matière de la meilleure façon qui existe. Sample de voix et de piano-violons du plus bel effet, une impressionnante démonstration de MCing qui donne le ‘la’, que demande le peuple ? Une production du légendaire DJ Premier ? C’est parti avec « Say Goodnight », suivant le schéma classique d’un instrumental de ‘Premier qualité’, quoique planant grâce à cet échantillon finement recherché, associant violons aériens, voix spectrale et harpe. Comme le dit Bobby Milk dans sa chronique, Reks démarre comme une fusée pour nous infliger une leçon de flow remarquable. Quoi d’autre pour faire plaisir aux puristes les plus exigeants : du Large Pro tant qu’à faire, sur la piste de « Stages », qui décoincera bon nombre de torticolis. Et comme si ça ne suffisait pas, Reks nous expose une fois de plus une excellente performance microphonique sur « All In One (5 Mics) », insufflant le retour à la vie de 2Pac, Notorious BIG, Big Pun et Big L en leur empruntant leur technique vocale. Un « quatre en un » absolument phénoménal, le cinquième micro étant celui de Lil Fame des M.O.P., là pour jouer le maître de cérémonie, robuste et énergique comme d’habitude. Je salue les performances de ce MC épatant (à rajouter sur la liste des highlights en solo « The One », « Rise », « Next 2 Me », « Long While » et « Isiah » destiné à son fils), il rappelle ce qu’est la définition d’un vrai MC et du véritable état d’esprit hip-hop. Dans chacune de ses punchlines, il associe la défense et l’attaque pour ridiculiser la mentalité dans le hip-hop et son aspect commercial, sans manquer d’écrabouiller le Sud (« 90% of the south is low ») et les faux-rappeurs qui se prennent pour des faux-criminels comme les Dipset. Comme il le dit si bien, « other rappers ain’t shit next to me ». 

Je félicite aussi le travail de Statik Selektah à la réalisation, qui fait partie de l’entourage de Reks depuis ses tout débuts. Avec Blaze P, ils apportent une ration d’instrus qui méritent en toute sincérité d’être applaudis sans vouloir les surestimer. Personnellement, je ne tarirai pas d’éloge sur leurs aptitudes insoupçonnées à l’ouvrage musical, surtout lorsqu’il introduisent généreusement des éléments de soul music sur des beats hip-hop, allant s’il le faut faire appel à des chanteurs pour agrémenter les refrains. Une grosse moitié de Grey Hairs est concernée,  des tracks dont « Black Cream (Negro Epidemic) » avec le baryton Big Shug, le magnifique « Love Sweet Misery » avec sa voix pitchée, pareil pour « Day 2 »,  « Telescopes », « Premonition » vraiment superbe, « My Life » feat Paula Campbell ou encore « Cry Baby ». L’émotion rattrape la raison, sans pour autant nous relâcher l’attention sur les épreuves de emceeing, qui atteignent un haut niveau constant. Note importante qui renchérit le côté hip-hop : l’intégration de phrases scratchées sur les refrains, dont on reconnaîtra des rimes de Nas, Jadakiss, Jay-Z parmi tant d’autres.  Aucune erreur de distribution n’est à déceler. Skyzoo balance un couplet satisfaisant sur « Money In The Ave », bonne chanson rap. Termanology s’octroie deux apparitions, la première sur « Premonition » avec notamment Consequence, et la formation 100% Bostonien sur le remix de  « Big Dreamers », le troisième homme étant ni plus ni moins que le redouté Krumbsnatcha. 

 

J’ai tellement du mal à m’en remettre de la claque que j’ai prise avec Grey Hairs (je dis ça en bien, je vous l’assure) que je n’ai même pas envie de chercher le moindre défaut minime. Pas la peine de faire la fine bouche devant un album pareil, il réunit tous les ingrédients nécessaires d’un album eastcoast digne de ce nom, plus proche des classiques d’antan qu’académique dans la forme. Il faut savoir prendre les choses comme elles sont et pas toujours comme on le souhaiterait. Ici en l’occurrence, j’en ai pris une belle grosse [de claque] en pleine face sans que je puisse clamer la moindre objection, et il va me falloir du temps avant de passer (penser ?) à autre chose. Je ne me pose pas non plus la question de savoir si j’encense ce disque simplement parce que, pour moi, il surclasse une bonne partie des sorties new-yorkaises des 36 mois précédents ou parce qu’il se place dans la continuité du son hip-hop traditionnel des années 90. Quand c’est du lourd et qu’on kiffe à mort, on ne se prive pas de le répéter à qui veut entendre. 

7 réflexions sur “ Reks « Grey Hairs » @@@@1/2 ”

  1. Je tenais à te dire que je te trouve ton blog super, vraiment intéressant et très a jour. Je viens de le découvrir, et tu pourras maintenant me compter parmi tes visiteurs réguliers :)
    En tout cas, bravo pour tout et bonne continuation.

    J'aime

  2. Mais quel enfoiré ce MC ! J’entends All In One pour la première fois en ce moment même, j’en ai des frissons quand j’l’entend rapper comme Pac, par contre BIG est pas super bien fait dommage… Faut pas oublier non plus une prod de ouf pour servir le tout.

    J'aime

  3. Pour être franc, le fait que Statik selektah soit annoncé en majorité sur cet Lp m’avait pas torp réjoui mais au final j’me retrouve avec une trés belle surprise.
    Même si quelques morceaux laissent le goût d’être juste là pour remplir le cd, il y a que néanmoins quelques bombes comme le Say Goodnight de Primo, The One et bien d’autres …

    Au final on se retrouve avec un album avec un bel esprit hip hop comme tu l’as dis et j’co-signe quand tu dis que ça faisait longtemps qu’on avait pas entendu un skeud de ce gabarit !

    J'aime

  4. Bon aller, je vais jouer l’avocat du diable.
    Galette redondante en milieu de partie.
    Sattic Selecktah qui, il le démontre manié bien le sample de soul, montre pour l’instant que son talent (il exite, oui) est quelque peu limité.
    Du coup, la galette est longue est certains morceaux se ressemblent.
    L’agencement des morceaux n’est pas tout le temp judicieux. On a le droit à un début d’album tonitruand avec la meilleure prod de Static sur ce cd, une prod génialissime de Primo et un Extra P en grande forme !
    Faut dire qu’il les a pas volé ces instrus Reks, c’est un déchireur de couplets derrière le mic !
    Bon ba moi non plus au final je fais pas la fine bouche et il me tarde que le facteur me livre ma version !

    J'aime

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s