James Delleck « LeCriDuPapillon » @@@@


Anomalie dans le rap français ? James Delleck, 32 ans, fait partie du cercle ‘ouvert’ des Originaux Volubiles Naturellement Imaginatifs. Électron libre gravitant autour du collectif TTC et membre actif du Klub des 7, le terrien originaire de Vitry cocoune depuis l’enfance dans son propre univers, dont l’éclosion artistique – par la forme d’expression orale qu’est le rap – est nommée métaphoriquement Le Cri Du Papillon. Certains ont pu déjà se familiariser avec James en regardant son « Profil Psychologique », un portrait sans pudeur ni complexe d’un adulte qui a gardé l’âme d’un enfant. Un détail qui rend le personnage immédiatement attachant, autant que la texture sonore électro-funk à la Jamiroquai qui l’accompagne.

De la fiction humoristique contant les mésaventures de « Gérard de Roubaix » dans le monde BCBG, à la parfaite description de la solitude sous Xanax (« Personne »), James Delleck déclame ses textes avec autant de poésie et de vocabulaire qu’un MC Solaar (à titre de comparaison), appliquant chaque syllabe avec son phrasé légèrement persifleur mais assez invariant au fil de l’album. Son but est d’interpeller une sensibilité humaine universelle grâce à sa narration hors du commun et ses dons de fin psychologue qu’il met très bien en exergue sur le dramatique « 15 ans », récit douloureux d’un adolescent qui ne sait plus comment vivre, entrecoupé par des ‘images chocs’ atrocement réalistes. Un talent d’écriture qui surpasse le ‘soi’ humain, James va jusqu’à se personnifier sous la forme d’un réverbère, grand témoin du fourmillement urbain depuis son œil incandescent, ou d’une innocente gouttelette d’eau et ses différentes vies ephémères.

Rappeur au sang d’encre et aussi compositeur, l’homme-lépidoptère n’a pas hésité à faire appel à des musiciens pour accoucher ses morceaux, un côté organique contrebalancé par une dose de musique électronique (comme sur le ‘banger à la française’ « Le titty twister » et « L’Etranger »). Le Cri Du Papillon s’achève par « J’ai Appris », en quelque sorte l’enterrement de vie d’un garçon qui a réalisé son autopsychanalyse avec la méthode de Rorschach.

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.