Prince « Planet Earth » @@@@


Même de retour en major, Prince garde l’esprit fertile, et continue de sortir son habituel album annuel, pour que ses insatiables fans puissent se délecter de ses nouvelles compositions. Après une parenthèse chez Universal Motown (avec 3121), le Kid de Minneapolis revient chez Sony-Columbia, la maison de disque chez laquelle il a refait un retour en grâce en 2004 avec Musicology. Et comme trois ans auparavant avec ce disque, Prince aurait réitéré son opération commerciale avec Planet Earth, qui consiste en la distribution gratuite de son album au public après chaque concert. Sachant qu’il s’est produit 21 soirs à Londres durant le mois de Juillet, imaginez un peu ce que cela représente. Et qu’en plus, il en aurait glissé des exemplaires gratuits dans le journal britannique le Mail Sunday. Une technique de vente géniale qui compense largement le prix d’achat d’un ticket de concert (…ou d’un journal papier).

Planet Earth est le 24e album studio de Roger Nelson, dévoilant au monde dix nouvelles chansons, avec cette thématique en vogue qu’est la protection de la planète. S’il nous avait déjà fait voyager aux quatre coins du globe avec l’album exclusivement instrumental N.E.W.S., cette fois le message de paix est beaucoup plus fort sur le morceau d’ouverture (« Planet Earth »), puisqu’il évoque notamment la lutte pour la cause environnementale. L’orchestration tient du chef d’œuvre grandeur nature, avec toutefois quelques inspirations trouvées chez les Earth Wind & Fire, ce qui n’a rien de dévalorisant, bien au contraire ! ‘Tenir la planète dans la paume de sa main’ comme il le dit lui-même, le monde devient plus petit, surtout pour deux amoureux pour qui le monde qui les entoure disparaît presque totalement sur le low-tempo soulful « Somewhere Here On Earth ».

Après Love Symbol et The Artist, Prince change une fois encore de pseudonyme le temps d’un morceau alternant rap et chant, « Mr Goodnite », avant de chanter la ballade pop « All The Midnights In The World ». Si de nouveautés il est question, on a connu un Prince beaucoup plus extraordinaire sur ses précédents opus. Bien que le single radio « Guitar » ait de quoi faire pâlir de jalousie un Carlos Santana ou un Lenny Kravitz au niveau de la maîtrise de l’instrument, le registre pop/rock commercial (« The One U Wanna C », « Lions of Judah »,…) n’est pas spécialement apprécié par ses fidèles adeptes, mais la critique s’efface avec la qualité des arrangements irréprochables et des mélodies aussi accrocheuses qu’efficaces. Avec un certain manque de fantaisie et d’imagination certes.

Prince s’en tire bien mieux avec l’excellent slow r&b « Future Baby Mama », avec tout le romantisme extravagant qu’on lui connaît, et surtout le terriblement funky « Chelsea Rodgers », qui ne manquera certainement pas de provoquer quelques pas de danse. Impression globale : Planet Earth est un cru princier dont l’objectif est d’englober un large public, pour mieux répandre sa musique à travers le monde.

 

(chronique écrite le 1er Aout 2007 sur Rap2K.Com)

Une réflexion sur “ Prince « Planet Earth » @@@@ ”

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s