The D.O.C. « No One Can Do It Better » @@@@@©


Petit point historique. Fin des années 90, les Niggaz Wit Attitude écument les charts avec un nouveau genre de rap, appelé officiellement gangsta rap, qui a éclaté dans les rues comme un bâton de dynamite avec leur ‘Straight Outta Compton‘.

Dans l’ombre du groupe, The D.O.C., acronyme que l’on retrouve sur les habits de détenus (Departement Of Correction) et n’a donc aucun rapport avec la médecine, est auteur-rappeur californien, comme on peut s’en douter, évoluant au sein de la sphaère des NWA en étant signé sur Ruthless Records, le label d’Eazy-E et Jerry Heller (qui vient de nous quitter), et accessoirement ghostwriter du groupe pour Dre et Eazy. C’est aussi le premier artiste rap solo produit par ce cher Dr Dre. Indiscutablement, ‘No One Can Do It Better‘ est un immense classique du rap westcoast de plus de 25 ans d’âge c’est-à-dire encore loin des samples clintoniens mais incroyablement funky.

Chronique rééditée en Septembre 2016

Les beats de l’époque suivaient des tempos rapides, et c’est peut-être ce qui peut surprendre en premier lieu à notre époque. C’était aussi des vrais gangstas rappeurs qui crachaient dans les micros, des gars fraichement sortis de dangereux ghettos pour squatter les studios et parler réalité de la façon la plus crue et directe qui soit, ce qui était assez révolutionnaire, on l’a vu avec les N.W.A.. Le discours du D.O.C. avait un sens, d’ailleurs il en a toujours, pas comme nos actuels thugs d’opérette qui pataugent des propos futiles et sans interêts.

Nostalgie, quand tu nous tiens… « It’s Funky Enough« , mortelle par le flow et la production de Dre… « Let The Bass Go » avec sa ligne de basse funky… quelle ambiance! Real shit! Les deux docs expriment leurs complémentarités sur « The DOC & The Doctor« , le premier au rap, l’autre à la prod et aux scratches avant de balancer le morceau phare « No One Can Do It Better« . Saignant. Des morceaux typiquement ‘hood’ comme on n’en fait plus aujourd’hui, nous immergeant carrément dans le décor des ghettos mal famés de L.A. où les armes et le crack sont les principales causes de mortalité. Passage sur « The Formula » dans un style plus laid back au niveau de l’instrumental et « The Grand Finale » en compagnie des NWA au grand complet se passe de commentaire, bouquet final explosif.

En définitive, ‘No One Can Do It Better‘ est un disque incontournable pour les amateurs de Westcoast bien old school, un classique oui. The D.O.C. y a démontré tout son talent de rappeur, qui malheureusement ne pourra plus s’exprimer normalement à la suite d’un grave accident qui lui a valu une extinction définitive de sa voix. Il sortira deux autre albums des années plus tard, notamment Deuce en 2003 où son acolyte Six-Too lui servira de porte-parole.

Postez vos avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s